Marine Le Pen manque de fonds

Marine Le Pen manque de fonds

 

Le Front National manque de fonds. De fond  bien sûr en matière d’orientation politique ou plus exactement de trop-plein car le programme du FN c’est un peu le catalogue de la Redoute ou l’auberge Espagnole. On n’y trouve tout empilé aussi bien des orientations marxistes que des propositions ultra libérales sur fond de poujadisme anti républicain. L’insuffisance de fonds ne concerne pas simplement le programme mais aussi les moyens financiers. Du coup le Front National pourrait une nouvelle fois faire appel à des fonds russes. En novembre 2014, le FN avait obtenu un prêt de 9 millions d’euros auprès d’une banque russe réputée proche du Kremlin, ce que la présidente du FN avait justifié par le refus des établissements français de lui consentir la moindre avance.  Le Front national n’a toujours pas trouvé les financements nécessaires pour la prochaine présidentielle et les élections législatives, soit environ 27 millions d’euros, a déclaré jeudi le secrétaire général du FN, Nicolas Bay. En attendant le Front National a accepté un prêt de Cotelec micro parti de Jean-Marie Le Pen pourtant exclu du front national. Un micro parti qui dispose encore de nombreuses liquidités. Le principe est le suivant le micro parti emprunte et prête  au Front National avec intérêt qui rembourse ensuite grâce aux fonds publics liés à la représentativité. Des fonds qui sont prêtés aux  candidats qui veulent l’étiquette du Front National avec une surfacturation de pseudo-prestations. A chaque élection ou presque, le FN est soupçonnée d’escroquerie pour des surfacturations qui permettent de détourner des frais de campagne remboursés par l’Etat. En fait il ne s’agit pas directement du FN mais de structures bidon proches de Marine Le Pen (avant de Jean Marie) qui font en quelque sorte de l’optimisation financière des remboursements par l’Etat de l’Etat de frais de campagne. De toute évidence Marine qui sait gérer comme Jean Marie  son patrimoine personnel de millionnaire (des enquêtes sont en cours pour dissimulation de patrimoine) sait aussi optimiser les ressources provenant de l’Etat dans des structures non pas contrôlée par le parti mais par elle- même ou de très proches. . Le Front national est en effet de nouveau dans le viseur de la justice. Le parquet de Paris a ouvert le 9 novembre une enquête préliminaire sur des soupçons d’escroquerie dans le financement de la campagne des régionales de décembre 2015 du FN, a appris vendredi l’AFP de source judiciaire, confirmant une information du Monde. Cette enquête ouverte pour escroquerie, abus de biens sociaux et blanchiment de ces délits, vise l’entreprise Presses de France, dirigée par Axel Loustau, conseiller régional FN d’Ile-de-France. C’est un proche de Frédéric Chatillon, renvoyé en procès dans l’affaire des kits de campagne aux législatives de 2012. Dans l’affaire des kits, les juges d’instruction Renaud van Ruymbeke et Aude Buresi ont aussi ordonné le 5 octobre le renvoi en correctionnelle du FN et de deux dirigeants du parti d’extrême droite, Wallerand de Saint-Just et Jean-François Jalkh. Les juges soupçonnent une escroquerie au préjudice de l’Etat, qui rembourse les frais de campagne, par le biais notamment de surfacturations. Le Front national, qui clame son innocence, a été renvoyé pour complicité d’escroquerie et recel d’abus de biens sociaux. Son trésorier Wallerand de Saint-Just a été renvoyé pour recel d’abus de biens sociaux.   La nouvelle enquête ouverte le 9 novembre s’intéresse cette fois à l’entreprise Presses de France. Créée en juillet 2015, elle était chargée de l’impression des documents électoraux, à la place de la société de communication Riwal dont le dirigeant Frédéric Chatillon, très proche de Marine Le Pen, était alors interdit de toute relation commerciale avec le parti frontiste en raison de son contrôle judiciaire dans l’affaire des kits. Les investigations tournent autour de « la problématique d’éventuelles surévaluations des dépenses d’impression » remboursables par l’Etat, selon une source proche de l’enquête. Le parquet a ouvert une enquête à la suite d’un signalement fin juillet de Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, visant des « virements suspects », vers deux sociétés financières impliquant l’entourage d’  Axel Loustau, pour un total avoisinant deux millions d’euros. Sa société avait perçu 4,7 millions d’euros de l’Etat au titre des frais de campagne remboursables mais seul 1,2 million a été débité au profit de sous-traitants imprimeurs, selon la source. Ces nouvelles investigations s’ajoutent à une information judiciaire ouverte fin octobre sur des soupçons d’escroquerie dans le financement des campagnes du FN aux municipales et aux Européennes de 2014 et aux départementales de 2015.

0 Réponses à “Marine Le Pen manque de fonds”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




bessay |
Perspectives et Alternatives |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol