Hollande : trop peu, trop tard

Hollande : trop peu, trop tard

Le renoncement de François Hollande résulte des résultats notoirement insuffisants de sa politique, aussi des contradictions entre ses promesses de campagne et son action de président de la république. Dans le domaine économique en particulier il aura fallu attendre les dernières années du mandat pour qu’il prenne un peu conscience des facteurs explicatifs du manque de la compétitivité qui génère le chômage. Les mesures prises pour redresser cette compétitivité notamment l’allégement des charges et la loi travail ont été bien trop tardives. En outre,  elles ont été caractérisées par un manque de préparation évidente. François Hollande a également été victime de son propre entourage et des divisions de la gauche. Le premier à rompre l’union a été Mélenchon qui refuse tout processus de primaire. Le second à enlever  toute chance à François Hollande et Macron. Macron qui d’une certaine manière s’est autonomisé suite à la lutte fratricide avec Valls. Un Valls qui s’est toujours voulu l’héritier, n’a cessé de marginaliser Macron et a porté le coup fatal à Hollande en menaçant de se présenter en 2017. Bref le retrait de Hollande  doit aux échecs économiques et aux luttes internes à gauche y compris au PS. De toute manière Hollande n’avait plus aucune chance d’être élue et ne pouvait sortir qu’humilier lors des échéances prochaines. Paradoxalement Hollande sortira sans doute grandi pour cette lucidité un peu tardive. Son héritage sera cependant lourd à porter car le champ de bataille de la gauche et dévastée et Valls lui-même risque d’essuyer une grave défaite. L’existence même du parti socialiste pourrait être mise en cause. Dans un tel contexte la décision Hollande devenait inévitable « Aujourd’hui je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle, aussi j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle », a dit le chef de l’Etat, le visage grave et visiblement ému, dans une déclaration à l’Elysée. « Dans les mois qui viennent, mon devoir, mon seul devoir sera de continuer à diriger le pays, celui que vous m’avez confié en 2012, en m’y consacrant pleinement et dans le dévouement le plus total à la République », a-t-il ajouté après avoir dressé un bilan positif de son quinquennat. Président le plus impopulaire de la Ve République, François Hollande était crédité de moins de 10% dans les sondages pour le premier tour de l’élection présidentielle alors que le candidat de la droite et du centre, François Fillon, caracole en tête des sondages pour le second tour de la présidentielle. Son Premier ministre, Manuel Valls, qui a assuré à de nombreuses reprises être prêt à affronter la droite à la présidentielle, devrait donc concourir à la primaire de la gauche organisée fin janvier. Dressant un inventaire de ses quatre années et demie passées à la tête de l’Etat, François Hollande a dit « assumer » son bilan, « revendiquant les avancées, en reconnaissant les retards et en admettant certaines erreurs ». (Papier bilan:) « Les résultats arrivent, plus tard que je ne les avais annoncés, j’en conviens, mais ils sont là : l’investissement, la consommation, la construction repartent et, depuis le début de l’année, le chômage enfin diminue », a souligné le chef de l’Etat qui avait fait de l’inversion de la courbe du chômage une condition pour sa candidature. « Il reste à un niveau très élevé et je mesure ce que cette situation peut avoir d’insupportable pour nos concitoyens qui vivent dans la précarité. » Constat lucide mais tragique.

0 Réponses à “Hollande : trop peu, trop tard”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




bessay |
Perspectives et Alternatives |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol