Assurance-maladie : Fillon dans le potage

Assurance-maladie : Fillon dans le potage

 

Avec ses propositions à l’emporte-pièce concernant l’assurance maladie Fillon suscite de nombreuses réactions critiques. Sa proposition qui vise à ne couvrir par la sécurité sociale que les pathologies lourdes -le reste incombant aux mutuelles et assurances- suscité de nombreuses protestations. Du coup le candidat de la droite  a d’abord adouci son orientation en indiquant que les plus défavorisés seraient entièrement couverts par la sécurité sociale. Désormais il ajoute aussi les personnes âgées. On conviendra aisément que les risques pour les personnes âgées sont évidemment plus importants que pour les personnes plus jeunes. Cependant cette proposition n’a aucun sens sur le plan social car certaines personnes âgées ont les moyens de payer eux-mêmes leurs soins mais pas d’autres. On sent bien que la proposition de Fillon pour assainir les comptes de l’assurance maladie est assez approximative. Certes il ne s’agit pas de nier l’ampleur des questions financières à gérer. La dette totale de la sécu se monte à 162,4 milliards d’euros, fin 2015. Selon le gouvernement, elle a baissé de 900 millions en 2015. La tendance devrait se poursuivre en 2016. Non pas que les déficits qui alimentent la dette sociale ont disparu. Mais ils sont devenus inférieurs, l’année dernière et cette année, aux recettes affectées au remboursement de ladite dette et générées par les prélèvements sociaux (principalement la CSG et la CRDS, contribution au remboursement de la dette sociale). Une dette toutefois qui  ne représente qu’à peine un dixième de cet ensemble, qui s’élève au total à 2.103 milliards d’euros tout compris (État, collectivités locales et sécurité sociale). Le déficit annuel n’est pas négligeable bien qu’en réduction il sera au tour de 4 milliards pour l’ensemble de la sécu  (dont 400 millions pour l’assurance-maladie), des chiffres importants mais à relativiser et à mettre en rapport avec un budget total de leurs deux 500 milliards. Des économies sont cependant indispensables mais elles doivent être opérées de manière fine et pertinente notamment pour éliminer des dépenses vraiment superflues (deux  exemples : le nombre de cures thermales dont certaines relèvent du tourisme ou certaines chirurgies esthétiques).

0 Réponses à “Assurance-maladie : Fillon dans le potage”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




bessay |
Perspectives et Alternatives |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol