Le revenu universel en France pour vivre ou survivre ?

Le revenu universel en France pour vivre ou survivre ?

 

Le revenu universel doit permettre à tout habitant d’un pays de percevoir une somme lui permettant de vivre, ou, au minimum de survivre. La plupart des défenseurs de cette nouvelle forme de protection sociale estiment que ce revenu doit être distribué à tous et, bien entendu, cumulable avec un salaire ou toute autre forme de revenu. Manuel Valls se contente d’indiquer que le revenu de base pourrait « remplacer la dizaine de minima sociaux existants ». Le concept est différent du salaire à vie qui, lui, présuppose la disparition du marché du travail dans sa forme actuelle. Si le Premier ministre s’en fait, depuis peu, l’ardent défenseur, l’idée du revenu universel est promue de longue date par d’autres personnalités politiques. Une cohorte plutôt éclectique. Les écologistes se sont depuis longtemps prononcés en sa faveur, de même que l’ancien ministre socialiste Benoît Hamon. Plus récemment, Arnaud Montebourg a repris l’idée à son compte, parlant lui d’un « revenu d’existence ». Mais l’idée fait également son chemin à droite. Nathalie Kosciusko-Morizet a récemment proposé sa création, rejoignant ainsi l’ancien secrétaire d’État Frédéric Lefebvre, jusqu’ici isolé au sein des Républicains sur la question. Également candidat à la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson plaide de son côté pour une « allocation universelle ». Le concept est également défendu par des personnalités telles que Dominique de Villepin ou Alain Madelin. Marine Le Pen, quant à elle, a indiqué en avril dernier qu’elle « réfléchissait » à l’intégrer à son programme. La question reste très ouverte. Si le Premier ministre s’est bien gardé d’en définir un, d’autres osent franchir le pas. Dominique de Villepin avait ainsi proposé une allocation unique de 850 euros, quand le parti chrétien-démocrate milite pour un montant de 200 euros jusqu’à 18 ans, puis 400 euros ensuite. Plus à gauche, la Fondation Jean Jaurès, proche du PS, s’est penchée sur la question. Après avoir étudié trois hypothèses (500, 750 et 1.000 euros par mois), elle a tranché en faveur de la solution intermédiaire, jugée plus réaliste: 225 euros jusqu’à 15 ans, 750 euros ensuite. L’étude de la Fondation Jean Jaurès estime que la mise en place d’un revenu universel ne pourra se faire qu’en « réorientant l’ensemble des dépenses actuelles de protection sociale (retraite, assurance-maladie, chômage, allocations familiales), à l’exception de celles consacrées à la prise en charge des affections de longue durée ». Une idée partagée par l’économiste libéral Jean-Marc Daniel, pour qui la fin programmée du salariat doit, à terme, provoquer l’explosion du modèle social actuel. En clair: un capital de départ conséquent (les sommes accumulées jusqu’à la majorité de chaque citoyen) et un revenu assuré, mais plus de pensions de retraite, de remboursement des dépenses de santé (hormis les maladies graves et les affections de longue durée), plus d’allocations familiales ni d’aides au logement, etc. Chacun sera libre d’utiliser une partie de son revenu universel pour s’offrir la protection d’une assurance privée. Le pourcentage du PIB actuellement affecté aux dépenses sociales servirait ainsi à financer ce modèle. Questions : d’abord les plus pauvres seront ils capable de conserver le capital alloué pour leur protection sociale ou pour leurs dépenses courantes ? Ne s’agit-il pas d’une vaste opération de privatisation de la protection sociale (vers les assurances en particulier) ? Au-delà de 500 euros il faudra forcément une fiscalité supplémentaire, laquelle et quelle conséquence ?

0 Réponses à “Le revenu universel en France pour vivre ou survivre ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol