Les villes les plus endettées

Les villes les plus endettées

Une étude du JDN  and révèle l’endettement des villes de France en 2016. Un endettement qui explique pour une grande partie l’envolée de la fiscalité locale notamment de la taxe foncière et de la taxe d’habitation Dette totale, par tête, évolutions… Découvrez tous les détails des emprunts des communes de plus de 20 000 habitants.

L’endettement des villes françaises n’en finit pas de progresser. L’encours total de la dette des 36 600 communes de France (Dom inclus) augmente pour la 12e année consécutive, pour s’élever à 64,2 milliards d’euros en 2015, soit une hausse de 1,2% par rapport à 2014. Un rythme plus soutenu qu’entre 2013 et 2014 (+1,1%) mais nettement moins élevé qu’entre 2012 et 2013 (+2,3%) et 2011 et 2012 (+2,5%). Reste qu’en dix ans, l’endettement des villes tricolores a grimpé de 23% (+26% depuis 2000).

1er : Levallois-Perret (92), 7 406 € de dette par habitant

VOIR LE CLASSEMENT

 

Entre 2000 et 2015, la dette par habitant de Levallois-Perret a augmenté de 162%.  ©  JDN

L’endettement par habitant enregistre lui aussi une hausse de 1,2% en 2015, avec une dette moyenne (pondérée par le poids de la population des villes) de 958,59 euros par tête (+13% sur dix ans).

Source : Direction générale des Finances publiques / JDN © JDN

Un chiffre qui masque les disparités entre villes, comme le donne à voir ci-dessous la carte de l’endettement par habitant des communes de plus de 20 000 administrés. Pour connaître l’endettement de votre ville, consultez notre encyclopédie du budget des villes de France.

Les dettes des villes de plus de 20 000 habitants en 2015

Passez votre souris sur une ville pour connaître sa dette par habitant

Parmi les 465 grandes villes passées au crible, 264 présentent un endettement par tête supérieur à la moyenne nationale, soit 57%, et une seule seulement n’a pas recours à l’endettement. Il s’agit de Mons-en-Barœul qui n’a, rappelons-le, jamais fait peser la moindre dette sur ses administrés depuis 2000. A l’opposé de l’échelle, 9% des grandes municipalités de France affichent un endettement par habitant supérieur ou égal à 2 000 euros. Pour certaines, ce n’était pas le cas fin 2014 : les villes de plus de 20 000 habitants à avoir passé la barre des 2 000 euros d’endettement par tête en 2015 sont : Antony, Asnières-sur-Seine, Brive-la-Gaillarde, Châtillon, Gennevilliers, Lanester, Montreuil, Paris, Rueil-Malmaison et Vichy.

Source : Direction générale des Finances publiques / JDN © JDN

La carte montre que l’on trouve principalement les grandes villes au fort endettement par personne sur le littoral méditerranéen et en Ile-de-France. Pour plus de lisibilité, voici une dédiée à cette dernière région.

Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson, et Sceaux dans les Hauts-de-Seine, Bagnolet et Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis, Saint-Maur-des-Fossés dans le Val-de-Marne ainsi qu’Argenteuil dans le Val-d’Oise affichent une dette par habitant supérieure à 2 500 euros. Mais ce n’est rien comparé à Levallois-Perret qui arrive une nouvelle fois en tête du classement des grandes villes de France les plus endettées par habitant, avec 7 406 euros en 2015. A noter toutefois que la dette par Levalloisien, qui a presque doublé en dix ans, est repassée sous son niveau de 2008. C’est par ailleurs la 3e année consécutive que le fief du député-maire Les Républicains Patrick Balkany enregistre une diminution de son endettement par habitant. Contactée par le JDN, la mairie n’a pas réagi à ces chiffres.

Les villes à la plus forte dette par habitant en 2015 (villes +20 000 habitants)

Rang Ville Département Dette par habitant (€) Annuité par habitant (€) Capacité de désendettement (années)

1

Levallois-Perret Hauts-de-Seine

7 406

1097

18

2

Bagnolet Seine-Saint-Denis

3 642

310

ND

3

Saint-Ouen Seine-Saint-Denis

3 539

317

9

4

Aubagne Bouches-du-Rhône

3 294

199

51

5

Châtenay-Malabry Hauts-de-Seine

3 078

247

51

6

Cannes Alpes-Maritimes

2 997

377

6

7

Argenteuil Val-d’Oise

2 925

253

16

8

Le Plessis-Robinson Hauts-de-Seine

2 914

248

10

9

Sceaux Hauts-de-Seine

2 898

396

17

10

Saint-Maur-des-Fossés Val-de-Marne

2 870

302

26

11

Agde Hérault

2 833

332

9

12

Les Mureaux Yvelines

2 797

292

52

13

Fort-de-France Martinique

2 639

301

36

14

Melun Seine-et-Marne

2 577

187

17

15

Antibes Alpes-Maritimes

2 538

429

35

16

Aubervilliers Seine-Saint-Denis

2 494

228

18

17

Maubeuge Nord

2 453

233

14

18

Villiers-sur-Marne Val-de-Marne

2 431

238

15

19

Fréjus Var

2 423

272

32

20

Clichy Hauts-de-Seine

2 327

222

9

Avec une dette par habitant de 3 642 euros fin 2015, Bagnolet, 4e lors de la précédente édition du classement, monte sur la 2e marche du podium. L’encours total de la dette de la ville administrée par Tony Di Martino (PS) a grimpé de 17% par rapport à 2014. Bagnolet est par ailleurs la seule ville de France métropolitaine à afficher une capacité d’autofinancement négative en 2015.

A l’inverse, Saint-Ouen (3e) et Aubagne (4e) ont vu leur endettement total diminuer respectivement de 0,1% et 3,3% sur un an, ce qui leur a permis de reculer d’une place chacun au classement des 20 grandes villes françaises les plus endettées par habitant.

Parmi les autres mouvements notables cette année, l’entrée d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et Maubeuge (Nord) en 16e et 17e positions. Qui dit entrées dit sorties. Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et Dax (Landes) ont déserté le palmarès. Avec 2 309 euros, Dax reste cependant aux portes de celui-ci. La ville de Noisy-le-Grand, elle, prend plus franchement ses distances, forte d’un recul de près de 10% de sa dette par habitant en 2015.

Le classement des 20 grandes villes à la plus forte dette totale accueille lui aussi un nouvel arrivant : Montreuil (18e). L’encours total de la dette de la municipalité de Seine-Saint-Denis a bondi de plus de 10% par rapport à 2014, à 218,5 millions d’euros. Montpellier, dont l’endettement total a fondu de 8%, s’est quant à elle éclipsée.

Les villes à la plus forte dette totale en 2015 (villes +20 000 habitants)

Rang Ville Département Encours de la dette (€) Annuité de la dette (€) Capacité de désendettement (années)

1

Paris Paris

4 664 775 000

306 760 000

19

2

Marseille Bouches-du-Rhône

1 824 132 000

212 367 000

12

3

Nice Alpes-Maritimes

501 866 000

55 012 000

13

4

Levallois-Perret Hauts-de-Seine

487 834 000

72 260 000

18

5

Lille Nord

425 887 000

41 910 000

7

6

Lyon Rhône

415 942 000

58 256 000

5

7

Bordeaux Gironde

377 106 000

56 849 000

5

8

Reims Marne

352 555 000

41 619 000

6

9

Saint-Étienne Loire

349 474 000

44 233 000

10

10

Argenteuil Val-d’Oise

317 153 000

27 375 000

16

11

Grenoble Isère

277 619 000

42 194 000

53

12

Le Havre Seine-Maritime

274 032 000

35 064 000

9

13

Strasbourg Bas-Rhin

245 625 000

25 123 000

6

14

Perpignan Pyrénées-Orientales

234 933 000

24 481 000

9

15

Tours Indre-et-Loire

228 559 000

21 534 000

16

16

Fort-de-France Martinique

225 053 000

25 655 000

36

17

Cannes Alpes-Maritimes

222 738 000

28 026 000

6

18

Montreuil Seine-Saint-Denis

218 506 000

21 906 000

17

19

Nantes Loire-Atlantique

216 942 000

47 905 000

4

20

Saint-Maur-des-Fossés Val-de-Marne

215 328 000

22 665 000

26

Autre changement notable : Levallois-Perret sort du trio de tête et laisse sa place à Nice. Non pas que l’endettement de la commune des Alpes-Maritimes ait explosé en 2015 – il a même diminué de 1,1%. C’est celui de la ville des Hauts-de-Seine qui a régressé, et pas qu’un peu : -10,4% sur un an. L’endettement total de Marseille a lui aussi reculé, avec -1,5% par rapport à 2014.

En revanche, la dette de Paris, croît de 11,6%, à 4,7 milliards d’euros. Attention toutefois à ne pas confondre dette et mauvaise gestion. Tout dépend de l’utilisation qui en est faite : sert-elle à financer des investissements ou à payer les charges de fonctionnement, comme la rémunération des personnels, les dépenses d’entretien et de fourniture ? Il faut également prendre en considération la capacité de désendettement d’une commune, exprimée en nombre d’années qu’elle mettrait à rembourser l’intégralité de sa dette si elle devait y consacrer la totalité de son épargne. Et si certains chiffres ont toujours de quoi impressionner, il faut les relativiser par rapport au montant de l’endettement par tête et à la moyenne de la strate. L’endettement par Parisien, qui passe la barre historique des 2 000 euros cette année, est cependant supérieur de 50,3% à la moyenne des villes de plus de 100 000 habitants et en hausse de 11,6%. Une augmentation sensible mais là encore à relativiser par rapport à celle enregistrée par certaines municipalités.

Les villes où la dette par habitant a le plus augmenté entre 2014 et 2015 (villes +20 000 habitants)

Rang Ville Département Dette par habitant en 2015 (€) Evolution 2014/2015 (%) Capacité de désendettement (années)

1

Istres Bouches-du-Rhône

1 115

+157,7

5

2

La Garenne-Colombes Hauts-de-Seine

388

+104,4

1

3

Maisons-Laffitte Yvelines

224

+84,7

1

4

Neuilly-sur-Marne Seine-Saint-Denis

294

+77,7

2

5

Villeurbanne Rhône

48

+58

0

6

Lanester Morbihan

2 314

+50,4

8

7

Oullins Rhône

1 601

+48,7

19

8

Clamart Hauts-de-Seine

1 729

+47,7

11

9

Montmorency Val-d’Oise

1 391

+43,6

7

10

Toulouse Haute-Garonne

202

+35,5

1

11

Montluçon Allier

1 578

+35,3

7

12

Seynod Haute-Savoie

1 522

+34,1

7

13

Bordeaux Gironde

1 523

+32,6

5

14 ex aequo Bois-Colombes Hauts-de-Seine

1 465

+30

16

14 ex aequo Colomiers Haute-Garonne

329

+30

2

16

Mont-de-Marsan Landes

1 458

+28,9

14

17

Villiers-le-Bel Val-d’Oise

1 305

+26,3

11

18 ex aequo Bastia Haute-Corse

971

+26,1

8

18 ex aequo Hazebrouck Nord

666

+26,1

5

20

Stains Seine-Saint-Denis

1 817

+25,8

17

Istres (Bouches-du-Rhône), par exemple, voit sa dette par habitant s’envoler de 157,7% en 2015. Celle de La Garenne-Colombe (Hauts-de-Seine), a, elle aussi, plus que doublé par rapport à 2014.

Les chiffres sont encore plus vertigineux lorsqu’on regarde du côté des grandes villes de France dont l’endettement par tête a le plus augmenté en 15 ans.

Les villes où la dette par habitant a le plus augmenté entre 2000 et 2015 (villes +20 000 habitants)

Rang Ville Département Dette par habitant en 2015 (€) Evolution 2000/2015 (%) Capacité de désendettement (années)

1

Istres Bouches-du-Rhône

1 115

+74179

5

2

Cergy Val-d’Oise

419

+61070

3

3

Baie-Mahault Guadeloupe

536

+6102

2

4

Remire-Montjoly Guyane

422

+1656

54

5

Courbevoie Hauts-de-Seine

1 700

+1338

8

6

Angers Maine-et-Loire

632

+1034

4

7

Guyancourt Yvelines

366

+734

5

8

Malakoff Hauts-de-Seine

1 087

+463

4

9

Sceaux Hauts-de-Seine

2 898

+451

17

10

Oullins Rhône

1 601

+435

19

11

Le Plessis-Robinson Hauts-de-Seine

2 914

+390

10

12

Évry Essonne

1 348

+324

10

13

Saint-Mandé Val-de-Marne

777

+294

3

14

Les Mureaux Yvelines

2 797

+293

52

15

Talence Gironde

736

+271

6

16

Cenon Gironde

836

+270

10

17

Caluire-et-Cuire Rhône

1 117

+257

18

18

Le Mans Sarthe

667

+240

6

19

Le Gosier Guadeloupe

1 508

+231

12

20

Paris Paris

2 069

+218

19

Il faut toutefois prendre en compte le niveau de la dette par habitant. Certes, la dette par Cergyssois a augmenté de plus de 61 000% depuis 2000, mais à 419 euros en 2015, elle a de quoi faire rougir la commune voisine d’Argenteuil, où l’endettement par tête n’a progressé que de 50% sur la période mais atteint 2 925 euros.

L’Île-de-France, largement représentée dans le classement

La ville de Levallois-Perret est loin d’être la seule ville francilienne dans ce classement. Le trio de tête se situe d’ailleurs en Île-de-France. Bagnolet (Seine-Saint-Denis) arrive en deuxième position cette année, avec 3642 euros de dette par habitant soit une progression de près de 17% sur un an. En troisième position, on retrouve Saint-Ouen (également en Seine-Saint-Denis), qui enregistre une dette de 170 millions pour l’année 2015. Plus loin, on retrouve Châtenay-Malabry (92),Argenteuil (95), ou encore Saint-Maur-des-Fossés (94)..

 

Le sud de la France n’est pas en reste: Cannes se trouve en sixième position avec une dette de 223 millions d’euros pour 2015. Antibes (06) et Fréjus (83) se trouvent respectivement en 15ème et 19ème place. Sur l’ensemble de l’étude, 9% des grandes municipalités de France présentent une dette par habitant supérieure ou égale à 2000 euros. Sur 10 ans, l’endettement des villes tricolores a bondi de 23%. Quant à la dette moyenne par habitant, elle s’élève à 959 euros en 2015.

0 Réponses à “Les villes les plus endettées”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol