Montebourg, le Sarkozy de gauche, candidat

Montebourg, le Sarkozy de gauche,candidat

De Charybde en Sylla pour le parti socialiste avec la candidature de Montebourg sorte de Sarkozy de gauche : plus c’est gros plus ça passe,  l’essentiel est de faire de bruit. Et il en a fait du bruit mais avec peu de résultats l’ancien ministre de l’économie. Il n’a pas réussi à sauver Florange,  pas plus à empêcher la lamentable scission entre la branche énergie et la branche ferroviaire d’Alstom. Il s’est surtout borné à critiquer le gouvernement dans lequel il était au lieu de gérer son portefeuille. Ce qui lui a valu d’être exclu. Difficile de voir clair dans le corpus idéologique de Montebourg tout simplement parce que la faconde, le verbe, le baratin masque le vide sidéral. Un responsable du type Sarkozy,  près à tout en politique ;  un jour une chose, le lendemain une autre, le contraire est à nouveau retour à la première version. Bref des responsables qui confondent la démocratie avec les prétoires où il est autorisé que les avocats disent à peu près n’importe quoi du moment où cela peut assurer la défense du client. Le seul bilan positif pour Montebourg c’est d’avoir inventé la marinière made in France,  a quand le slip tricolore ? Ancien allié de François Hollande devenu depuis deux ans l’un de ses principaux détracteurs, il avait jusqu’ici laissé planer le doute sur son intention de participer à la primaire de la gauche, craignant que ses modalités ne reviennent à limiter la consultation aux seuls soutiens du gouvernement. « J’ai décidé d’inscrire ma candidature à l’élection présidentielle de 2017 dans le cadre des primaires de la gauche », a déclaré l’avocat de 54 ans, qui était l’invité du journal de 20 h de TF1 Le « parlement » du PS s’était réuni à huis clos à la Maison de la Mutualité, à Paris, pour arrêter les modalités de ce scrutin organisé par la « gauche de gouvernement » – qui réunit le PS et ses partenaires de la Belle Alliance populaire – afin de désigner le candidat de la gauche pour l’élection présidentielle du printemps. « Ces primaires ne sont pas faites pour punir mais pour unir » et « elles doivent être loyales, impartiales et transparentes », a déclaré Jean-Christophe Cambadélis devant la presse après cette réunion. La sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann, le militant socialiste Gérard Filoche et l’ex-ministre de l’Education nationale Benoît Hamon, désormais l’une des figures des frondeurs socialistes, ont déjà annoncé leur souhait de participer à cette primaire.  Le député écologiste François de Rugy, transfuge d’Europe-Écologie-Les Verts (EELV) compte également se présenter, tout comme Jean-Luc Benahmias (Front démocrate). Mieux que les guignols de Canal dont on commence à s’ennuyer !

 

0 Réponses à “Montebourg, le Sarkozy de gauche, candidat”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol