Ces start-ups qui vendent du vent

Ces start-ups qui vendent du vent

Dans la Tribune on apprend qu’une start-up utilise Internet pour analyser le profil des candidats à l’emploi et pour apporter leurs conseils aux entreprises en matière de politique d’embauche. La start-up utilise un logiciel qui analyse tout ce qu’écrit le candidat à l’emploi sur les réseaux sociaux. Bref une nouvelle fois on se fonde sur ce que disent les personnes et non sur leur comportement réel. Une erreur évidemment car c’est bien le comportement du candidat à l’emploi qui compte et non seulement l’analyse du bla-bla lors de l’entretien d’embauche ou du bla-bla déversé sur les réseaux sociaux. Il y a encore des progrès à faire en matière de méthodologie pour les procédures de recrutement. Mais en attendant les start-ups vendent du vent. Comme beaucoup. Certes le numérique est nécessaire, indispensable même mais il est illusoire parfois même dangereux de le mettre à toutes les sauces. Y compris dans les discours politiques où le numérique apparaît comme la solution miracle pour régler tous les problèmes économiques ou sociaux. Certaines start-up n’ont aucune utilité voire  même sont nuisibles quand par exemple elles opèrent un détournement de la valeur ajoutée à ceux plaçant inutilement entre la production et le consommateur pour détourner une partie de la valeur ajoutée. On ne peut évidemment généraliser ; certains sites sont utiles, d’autres inutiles, d’autres enfin dangereux. Le site évoqué fait sans doute parti des signes inutiles. Il est encore étonnant que certain site n’est pas pensé à vendre en bouteille de l’air dépollué en provenance de l’Himalaya. Ou encore un site Uber pour trouver un boulanger qui vend du pain.  Pour permettre aux employeurs de disposer d’une information qui tend vers l’exhaustivité, Fiona McLean a donc créé The Social Index, une start-up qui propose aux entreprises de dresser un profil complet d’une recrue potentielle. Et l’utilisation est très simple. Les candidats à un entretien par exemple reçoivent un mail personnalisé qui les enjoint à s’inscrire sur un site en utilisant leurs identifiants Facebook, Twitter et LinkedIn. En 30 secondes, l’algorithme de The Social Index passe alors en revue les différents comptes du candidat. Et 24 heures plus tard, l’employeur ainsi que le candidat reçoivent le résultat du rapport. Le résultat prend la forme d’une fiche très complète présente l’activité internet du candidat sous la forme de différents graphiques. Sur l’exemple présenté ci-dessous on peut voir que le dénommé Kevin Michaels a un activité importante sur les réseaux sociaux (« high »), qu’il est influent, que les sites qu’il fréquente le plus sont Pinterest et Facebook ou encore qu’il poste le plus de messages à 8h30 le matin et le samedi. Voilà pour les éléments quantitatifs. Mais The Social Index donne aussi des éléments qualitatifs. Il peut ainsi juger du sentiment général qui se dégage des commentaires (positif en l’occurrence pour Kevin Michaels) ou analyser sa personnalité pour voir si elle est compatible avec un groupe. On n’arrête pas le progrès !

0 Réponses à “Ces start-ups qui vendent du vent”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol