Taux de chômage en baisse : du bidouillage méthodologique

Taux de chômage en baisse : du bidouillage méthodologique

 

Le taux de chômage calculé par l’INSEE aurait reculé de 0,3 point au deuxième trimestre en France métropolitaine pour toucher un plus bas depuis l’automne 2012, à 9,6% de la population active. Résultat d’autant plus surprenant que la France a enregistré une croissance zéro au second trimestre (mais plus 0,4 % pour l’Allemagne). En réalité ce taux de chômage en baisse n’est possible que grâce aux glissements artificiels de chômeurs précédemment en catégorie A et qu’on a fait passer en catégorie D (petit boulot, stage et formation). Concrètement le nombre global de chômeurs ne diminue donc pas ; comment pourrait-il en être autrement sans croissance ? Grâce à ce bidouillage méthodologique, le taux pour la France entière repasse sous le seuil de 10% pour la première fois depuis le troisième trimestre 2012. La ministre du Travail Myriam El Khomri l’a attribuée « aux effets du CICE, du pacte de responsabilité et de solidarité et du plan d’urgence pour l’emploi, qui combinent des mesures structurelles et conjoncturelles de soutien à l’activité et à l’emploi. » Cependant, l’Insee a recensé 1,5 million de personnes souhaitant un emploi sans être considérées comme des chômeurs par le BIT, parce qu’elles ne sont pas disponibles dans l’immédiat ou qu’elles ne cherchent pas activement. Cette population, qualifiée de « halo du chômage », a augmenté de 29.000 personnes par rapport au premier trimestre et de 43.000 sur un an. Le nombre de personnes en sous-emploi, généralement des salariés à temps partiel qui souhaiteraient travailler davantage, s’inscrit également en hausse de 0,3 point, à 6,7%. « Techniquement, statistiquement on voit que les chiffres sont meilleurs, car ce que nous regardons aujourd’hui, ce sont les chômeurs de catégorie A, c’est à dire ceux qui cherchent activement un emploi et on sait très bien que depuis quelques mois déjà on crée beaucoup d’emploi quelque peu fictifs », analyse Marc Touati, économiste et président du cabinet ACDEFI. Il pointe notamment la multiplication des stages et des emplois aidés pour expliquer cette baisse du taux de chômage : « C’est à dire des stages, on sort les chômeurs de la catégorie A pour la mettre dans la catégorie D ».

0 Réponses à “Taux de chômage en baisse : du bidouillage méthodologique”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol