Quel avenir pour l’industrie ? (Loïk Le Floch-Prigent)

  • Quel avenir pour l’industrie ?  (Loïk Le Floch-Prigent)
  • L’ancien patron d’Elf dans une interview au Figaro fait  l’analyse du déclin de l’industrie et propose des pistes pour son redressement.

 

Quel l’avenir de la filière industrielle française ?  Dans votre livre La bataille de l’industrie  (Éditions Jacques-Marie Laffont Éditeur), vous poussez un cri de colère…

 

Loïc Le Floch-Prigent - Nous avons commis trop d’erreurs depuis vingt ans, et le cœur de notre filière industrielle fiche le camp. Il y a une guerre à livrer, mais certains dirigeants de nos grandes industries ne veulent pas la mener. On cède le contrôle, on démantèle, on hisse le drapeau blanc partout. Pechiney, la Compagnie générale d’électricité, Arcelor, Rhône-Poulenc, Alstom, les Ciments Lafarge, Alcatel… cette liste est trop longue.

 

Nous sommes pourtant dans la moyenne européenne en matière d’industrie.

Pas avec l’Allemagne. L’activité industrielle représentait 20% de notre PIB il y a vingt ans et 24% de celui de l’Allemagne. Nous sommes à 11% aujourd’hui, et ils sont à 28%. La France ne peut pas parier seulement sur le tourisme et les start-up!

 

Peut-on encore revenir en arrière? Que faites-vous de la révolution numérique?

C’est un faux dilemme. Nous n’avons pas à faire un choix entre la vieille industrie et la nouvelle économie. Nous avons l’opportunité de réinventer l’industrie grâce à la révolution numérique. La numérisation change les modes de production: grâce à la simulation par ordinateur, on peut fabriquer le produit avec le client, en fonction de ses demandes spécifiques. On peut changer le design, modifier le processus de production. L’activité industrielle n’a plus rien à voir avec le taylorisme du XXème siècle.

 

Mais ne peut-on pas laisser la fabrication matérielle du produit, qui apporte peu de valeur ajoutée, aux économies en développement?

Non, c’est l’erreur à ne pas commettre. Quelle que soit la valeur ajoutée de la conception, la fabrication requiert des corps de métiers très pointus. Il faut des ouvriers qui savent programmer un logiciel, et manier des outils. Et l’ouvrier a un savoir-faire biface: il comprend les demandes de la machine, et il peut produire l’objet. Grâce au numérique, nous avons une occasion à saisir pour inventer une nouvelle main d’œuvre industrielle.

 

Les économistes nous parlent surtout de la robotisation. Cette révolution industrielle ne créera pas d’emploi…

 

Je suis pour la robotisation, et nous devons rattraper notre retard. Mais chaque filière a des contraintes différentes. La robotisation de l’industrie navale, par exemple, peut représenter aux alentours de 20% maximum des tâches de production. Dans la fabrication des pièces automobiles on n’arrivera pas forcément à un plus haut niveau. Il faut à chaque fois voir au cas par cas. Cela laisse encore beaucoup de place aux humains. Où sont les soudeurs, chaudronniers, et les électriciens?

 

Quelles sont les autres conditions d’un sauvetage de l’industrie?

 

Tout d’abord il faut arrêter de dire que c’est de la faute du contexte fiscal, ou de la compétition internationale, que nous avons perdu des pans entiers de notre industrie. En France, dans le même environnement concurrentiel, certains réussissent, d’autres pas. Pourquoi? D’abord parce que les chefs d’entreprises dans le secteur industriel sont trop souvent recrutés sur de mauvais critères. On a fait un choix de société sélectif et généraliste en faveur des intelligents à dix-huit ans, contre les empiriques qui connaissent le métier de l’intérieur et progressent dans les entreprises. Monsieur Michelin «sentait» le pneu. Trop d’autres ne sentent rien. Les gens qui font carrière ne sont pas les mêmes que ceux qui savent prendre des risques. Cela n’a rien à voir avec la qualité des études!

 

C’est votre vieux contentieux avec les grandes écoles…

Je n’ai rien contre les bons élèves, et certains sont d’excellents chefs d’entreprises. Mais je suis un ardent partisan de la connaissance du terrain, de l’apprentissage et de la formation continue. Personne ne s’est étonné en Allemagne que le nouveau président de Volkswagen ait commencé comme apprenti. En France, on en ferait un événement.

 

Quelles sont les autres conditions?

Il faut que nous arrivions à orienter notre épargne vers l’industrie. Pour quatre épargnants allemands qui placent leurs économies dans l’industrie, il n’y a qu’un seul épargnant français. Il faut réorienter l’épargne des français vers l’industrie, et il est aussi urgent de bâtir des fonds souverains français. La Caisse des Dépôts ne peut pas tout faire. Patrick Kron a commis deux erreurs stratégiques. Il a vendu les Chantiers de l’Atlantique tandis qu’il a conservé la construction des turbines à gaz de grande puissance qui ne marchaient pas et qui avaient été achetées trop cher à ABB. On a mis dix ans à les mettre au point, et au bout du compte elles ont été revendues récemment pour une bouchée de pain. Il fallait conserver Alstom, nous y avions dans l’hydraulique, le charbon, le nucléaire et les grids des positions mondiales de premier plan.

 

Autre catastrophe, notre filière nucléaire…

Là aussi, les erreurs tragiques commises par Anne Lauvergeon ont coûté beaucoup plus cher que Fukushima, qui a le dos large. «Atomic Anne» s’est laissée griser par son pouvoir, et par ceux qui la portaient aux nues. Au fond, elle n’avait pas de réelle compétence nucléaire. Il n’y avait pas en face d’elle un actionnaire fort, pas de conseil d’administration digne de ce nom. Il n’y a aucune corde de rappel face à ce genre de personnalités.

 

L’État est bien le pire des actionnaires.

Oui, mais ne privatisons pas Areva, qui est un actif sensible, tant qu’on n’a pas de fond souverain national. En attendant, il faut que l’État choisisse des gens parce qu’ils sont compétents et non pas parce ce sont des copains ou qu’ils sont obéissants.

 

Fallait-il mettre entre parenthèses le projet d’EPR en Grande-Bretagne?

Oui, de toute urgence. Emmanuel Macron et Jean-Bernard Levy ont tort de s’obstiner, et tout le personnel d’EDF en est conscient. Sauver la filière nucléaire ne veut pas dire pratiquer la fuite en avant.

 

Angela Merkel a-t-elle eu raison de sortir du nucléaire aussi brutalement?

Ce fut une énorme erreur. Son choix a abouti au charbon. Allez dans la forêt noire par vent d’Est. La transition énergétique se prépare sur le long terme. Pour le moment, nous avons toujours besoin de nous appuyer sur le pétrole et le gaz, et pour longtemps.

 

Et Ségolène Royal?

La loi sur la transition énergétique montre aujourd’hui ses limites. J’ai toujours cru au solaire moi aussi, mais il faut garder le sens des proportions. Ségolène Royal fait trop de «com.». On ne prépare pas l’avenir en prenant des postures. Nous savons que nous avons besoin des énergies fossiles pendant un certain temps. Pour le moment, les énergies vertes ne sont pas capables de relever le défi, elles sont intermittentes, et donc chères.

 

Qu’attendez vous du débat de la présidentielle?

Je ne vois personne porter le message politique de l’importance vitale de l’industrie pour le pays. Je vois des postures. Or c’est là que tout se joue. Les Français le savent, car ils voient ce qui se passe quand une industrie part. Les services et les start-up ne peuvent pas la remplacer. Ce ne sont pas les mêmes ordres de grandeur: quel rapport entre les start-up rennaises qui font 5000 emplois et la filière bretonne de l’agroalimentaire, 220.000 emplois? Les bassins d’emplois sont indexés sur la filière industrielle, au sens large.

 

Qui voyez-vous gagner?

Je regarde tout ça avec le souvenir de Mitterrand, et je me dis que Sarkozy va sans doute finir par y arriver: celui qui le veut le plus gagne. En 1995, Mitterrand m’avait dit: «C’est dommage que je sois obligé de partir, je les aurais eus encore une fois». Mais ce n’est qu’une opinion.

 

Et Hollande?

Hollande est égal à lui-même, ce n’était pas mon choix.

 

Que pensez-vous des polémiques sur le salaire des patrons?

La morale n’est pas le seul critère, ce qui est important c’est le pacte social entre un patron et ses salariés. Si les gens travaillent bien ils doivent se faire payer et que ceci apparaisse légitime pour le personnel. Ce qui me choque profondément, en revanche, c’est quand certains vendent leur entreprise à l’étranger, et que, fortune faite, ils s’en vont hors de France pour ne pas se faire fiscaliser, c’est inacceptable, à la fois pour notre pays et pour le respect des salariés. On se trompe donc de débat.

0 Réponses à “Quel avenir pour l’industrie ? (Loïk Le Floch-Prigent)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol