Manif loi travail : un mouvement à bout de souffle

Manif  loi travail : un mouvement à bout de souffle

 

Une participation de plus en plus ridicule qui témoigne de l’essoufflement d’un mouvement sans issue. À chaque manifestation la participation se réduit encore témoignant de l’impasse dans laquelle conduit la stratégie gauchiste des organisations contestataires. Plusieurs milliers d’opposants seulement au projet de loi Travail se sont retrouvés mardi dans la rue pour la 11e journée d’une mobilisation qui tend à s’essouffler, à l’approche d’un nouvel examen de ce texte par l’Assemblée nationale. Le cortège parisien a rassemblé « plus de 55.000 personnes », selon la CGT et Force ouvrière. La préfecture de police en dénombrait entre 14.000 et 15.000. La manifestation de jeudi dernier dans la capitale avait rassemblé de 19.000 à 20.000 personnes, selon la police, et 60.000 d’après les organisateurs. Pour l’ensemble de la France, le ministère de l’Intérieur a dénombré près de 65.000 manifestants, contre 70.000 jeudi dernier, tandis que la CGT en revendique 200.000; 81 personnes ont été interpellées sur tout le territoire, a-t-il précisé. Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a promis d’autres mobilisations « C’est possible qu’il y ait d’autres manifestations (…). Tout l’été, il y aura des initiatives pour bien préparer la rentrée », a-t-il dit au départ du cortège parisien. En province, les cortèges étaient tous très maigres, au point que les manifestants de Toulouse ont renoncé à se compter. Jean-Claude Mailly a dit espérer encore que Manuel Valls annoncerait des modifications au texte, notamment pour garantir le rôle des branches professionnelles. « C’est bien qu’on soit reçus, mais il faut des réponses aux questions qu’on pose », a dit Philippe Martinez. « Ce n’est pas une visite de courtoisie ». Il a insisté sur le « problème » de l’inversion de la hiérarchie des normes. « Il doit y avoir un cadre collectif. Ça ne peut pas être entreprise par entreprise », a-t-il dit. Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, qui soutient le projet de loi adopté en première lecture par les députés, comme la CFTC et l’Unsa, exhorte au contraire Manuel Valls à tenir bon, en particulier sur l’article 2. Il s’oppose notamment à ce qu’un droit de regard soit donné aux branches professionnelles sur les accords d’entreprise, que ce soit a priori ou a posteriori. « La CFDT, s’il y avait un recul du gouvernement sur l’article 2, serait évidemment vent debout et complètement opposée », a dit Laurent Berger sur France 2.

(Avec Reuters)

0 Réponses à “Manif loi travail : un mouvement à bout de souffle”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol