• Accueil
  • > politique
  • > Les Républicains : remise en cause des investitures législatives par Juppé

Les Républicains : remise en cause des investitures législatives par Juppé

Les républicains : remise en cause des investitures législatives par Juppé

 

 

De manière à peine voilée Alain Juppé s’il est élu président de la république déclare qu’il remettra en cause les investitures décidées par le parti républicain concernant les législatives. Il est clair en effet que Sarkozy candidat aussi aux présidentielles de 2017 profite de sa position ambiguë de président des républicains pour choisir des candidats qui lui sont proches à fin de conforter ses soutiens. En effet dans les circonscriptions de gauche qui risque de basculer tous les candidats proches de Juppé ont été écartés. Donc  tout porte à croire que les hostilités vont se prolonger au-delà de l’élection attendue en décembre prochain. Un accord politique négocié entre les différents candidats statuait que pour le renouvellement des députés en 2017, les candidats LR sortants seraient automatiquement réinvestis. Dans les nombreuses circonscriptions de gauche que la droite espère rafler, les divers candidats à la primaire pouvaient proposer leurs champions, et le meilleur devait être désigné par consensus. Mais selon l’entourage d’Alain Juppé, les candidats favorables à Nicolas Sarkozy ont été préférés dans 15 à 20 circonscriptions. «Nous avions décidé d’identifier, partout en France où il n’y avait pas de député LR sortant, les meilleurs candidats pour chaque circonscription, et qu’il soient désigné par consensus. Les cas litigieux devaient être réglés après la primaire. Nous constatons que partout où des candidats juppéistes ont été proposés aux côtés de candidats sarkozystes, ces derniers ont été systématiquement choisis. Il n’y a donc aucune volonté, ni de consensus, ni de rassemblement dans cette démarche», explique au Scan Gilles Boyer, directeur de campagne du maire de Bordeaux, qui dénonce «un processus mené à la hussarde».  Actuellement favori des sondages parmi les candidats à la primaire, Alain Juppé ne compte pas en rester là. «Ces investitures doivent être validées, comme le prévoient nos statuts, par le conseil national du parti, ce qui interviendra au lendemain de la primaire. En conséquence, Alain Juppé se réserve le droit de revoir les investitures sujettes à débat annoncées jusqu’ici, à partir du mois de décembre», indique Gilles Boyer, qui brocarde la manière dont ont été désignés les futurs candidats. «Beaucoup de ceux qui sont actuellement investis ne le seront probablement pas au final. Il y aura certainement des négociations à rouvrir avec l’UDI, surtout si Alain Juppé l’emporte». «Ces investitures ont été bâclées, on a passé à peine 10 minutes par département. Il n’y a eu aucune sélection chez les députés sortants…», regrette encore Gilles Boyer. Rue de Vaugirard, il n’est pas le seul: la désignation de Patrick Balkany, notamment, sème un malaise certain. «Le seul député sortant qui n’est pas réinvesti, c’est Frédéric Lefebvre (candidat à la primaire de la droite, ndlr), et on se demande pourquoi», fulmine le juppéiste.

0 Réponses à “Les Républicains : remise en cause des investitures législatives par Juppé”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol