L’inversion de la courbe du chômage : une escroquerie statistique

L’inversion de la courbe du chômage : une escroquerie statistique

 

 

Il est clair que l’environnement économique de la France s’améliore légèrement avec une croissance qui pourrait atteindre 1,6 % en 2016 après 1,2 en 2015. Du coup le solde des emplois créés pourrait devenir positif de 2016. Pour autant peut-on parler de ce concept d’inversion de la courbe du chômage qui constitue en fait une escroquerie statistique. En vérité le chômage aura augmenté de l’ordre de  500 000 depuis 2012, on ne saurait donc parler d’inversion du chômage. D’une certaine manière plus la dégradation a été importante en matière d’emploi et plus il était prévisible qu’un jour on commencerait très modestement à retrouver une situation du chômage très légèrement amélioré. L’inversion de la courbe du chômage est un concept statistique méthodologiquement juste mais qui ne peut être interprété comme l’apurement de la situation dégradée Le chômage devrait tomber à 9,5% de la population active à la fin de l’année en France métropolitaine, soit 0,4 point de moins qu’en 2015, prédit jeudi l’Insee, donnant enfin corps à l’inversion de sa courbe après laquelle le gouvernement court depuis 2013. Le rythme élevé de la croissance des trois premiers mois de 2016, revu fin mai à +0,6% (0,1 point de plus que précédemment), explique que l’Insee soit un peu plus optimiste que les organisations internationales, dont les attentes se situent entre 1,3% et « près de 1,5% ». A plus court terme, l’institut ne voit le PIB du deuxième trimestre progresser que de 0,3%, là où il anticipait avant 0,4%, puis 0,3% à nouveau au troisième et 0,4% au quatrième.  l’accélération attendue sera avant tout due à la demande intérieure, avec une consommation des ménages (+1,6%) qui enregistrerait sa plus forte hausse depuis 2010 grâce au redémarrage de l’emploi et à un investissement des entreprises en progression de 4,7%, ce qui n’était pas arrivé depuis 2007, sur la lancée de son début d’année très fort. Il reste un gros point noir, le commerce extérieur, qui devrait contribuer négativement à hauteur de -0,7 point au PIB français cette année et dont l’Insee constate la dégradation en parallèle au rebond des investissements des entreprises. Le déficit commercial hors énergie pourrait selon lui atteindre 22 milliards d’euros, soit l’équivalent d’un point de PIB et un plus haut depuis 2011. S’agissant de l’emploi, l’institut table sur 139.000 créations nettes de postes dans le secteur marchand cette année, soit 30.000 de plus qu’en 2015, et 209.000 dans toute l’économie.

(Avec Reuters)

0 Réponses à “L’inversion de la courbe du chômage : une escroquerie statistique”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol