• Accueil
  • > social
  • > Grèves anti-loi Travail : une décrue pitoyable

Grèves anti-loi Travail : une décrue pitoyable

Grèves anti-loi Travail : une décrue pitoyable

 

 

La mobilisation contre le projet de réforme du Code du travail s’effondre progressivement et tente d’être compensée par des actions irresponsables de blocage qui par ailleurs portent gravement préjudice à une croissance déjà fragile du fait d’un environnement mondial de plus en plus déprimé, des conséquences toujours présentes des attentats de novembre sur l’activité touristique et des  les inondations. Faute de deux participations significatives des salariés aux grèves,  les syndicats contestataires tentent de masquer leur échec par la radicalisation notamment dans le secteur public et nationalisé qui n’est pas qui pourtant n’est pas concerné par la loi travail (fonctionnaires, SNCF, RATP, EDF etc). Une dérive gauchiste qui démontre la fébrilité de syndicats dont les objectifs sont davantage politiques que sociaux. Face aux  débordements et à leurs conséquences économiques, l’opinion publique est en train de se retourner. Le bilan de cette gestion du mouvement de contestation est à la fois. Catastrophique et pitoyable ;  une attitude qui ne grandit pas une image des syndicats déjà très affectés et qui devrait renforcer l’idée qu’il est urgent de décentraliser la négociation des conditions sociales au plan des entreprises afin d’échapper à l’approche marxiste et –ou gauchiste des appareils centraux. La mobilisation s’écroule dans les notamment à la SNCF où le taux de grévistes répondant à l’appel de la CGT et de Sud-Rail est tombé à 10,5%, selon la direction. Ces deux syndicats ont maintenu leur mobilisation, rejetant un appel à la « solidarité » avec les Français touchés par les inondations lancé par le président de la compagnie ferroviaire, Guillaume Pépy. Depuis le début de cette grève reconductible, le taux de grévistes a reflué – il s’élevait à 17% mercredi – et le syndicat réformiste Unsa, satisfait des « éclaircissements » obtenus de la direction, a suspendu jeudi son préavis. A la RATP, où a débuté jeudi une grève censée être illimitée à l’appel de la CGT, la direction n’a relevé aucune perturbation sur les réseaux de métro, de bus, de tramway ou de RER – lequel était en revanche affecté par les inondations sur un tronçon exploité par la SNCF. Les contrôleurs aériens ont par ailleurs levé jeudi leur préavis pour ce week-end, mais l’intersyndicale des pilotes d’Air France a appelé le même jour à la grève du 11 au 14 juin pour défendre les rémunérations. Dans les raffineries, les salariés de Grandpuits ont voté la fin de la grève vendredi, a-t-on appris auprès de Total. Trois autres sites opérés par le groupe pétrolier (Normandie, Donges et Feysin) restaient à l’arrêt et la plateforme de La Mède (Bouches-du-Rhône) tournait à 80% de ses capacités. A Donges (Loire-Atlantique), les salariés ont reconduit le mouvement vendredi. Selon la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), des « clous de fabrication artisanale » ont été répandus sur la route permettant d’accéder au dépôt de carburant voisin de cette même raffinerie. L’Union patronale des Bouches-du-Rhône a quant à elle demandé à l’Etat de mettre fin à un « abus caractérisé du droit de grève », qui entraîne le blocage des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Le mouvement anti-loi Travail touche aussi le secteur du traitement des déchets et des ordures ménagères, en particulier en Ile-de-France où trois des quatre principaux centres sont bloqués – à Ivry-sur-Seine, Saint-Ouen et Issy-les-Moulineaux. (Avec Reuters)

0 Réponses à “Grèves anti-loi Travail : une décrue pitoyable”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol