Une solution pour la dette de la SNCF, comment ?

Une solution pour la dette de la SNCF, comment ?

 

L’État s’est évidemment pris les pieds dans le tapis en contredisant la direction de la SNCF sur les négociations en cours concernant les conditions de travail et au-delà sur le statut de cheminot. Pour obtenir le soutien de certains syndicats le gouvernement a d’une part cédé sur les modifications envisagées par la direction et s’est engagé par ailleurs à trouver une solution pour alléger la dette de la SNCF. Une question centrale qu’on a oublié de traiter dans la récente réforme SNCF et qui revient à l’occasion du conflit. Une énorme dette de 50 milliards qui hypothèque tout redressement financier significatif de l’entreprise et qui n’a pas les moyens de financer ses investissements et même d’entretenir un réseau dont l’État ne cesse de ce dégradé. Cette dette n’est pas récente, elle s’est accumulée au cours des dizaines d’années passées simplement parce que la SNCF n’a jamais eu les moyens de financer des projets TGV qui lui ont été imposés par l’État. À cela s’ajoute le coût excessif des conditions de production de l’entreprise du fait du manque de productivité et des conditions sociales des cheminots. Le gouvernement s’est donc engagé à remettre en août en août au Parlement un rapport sur « les solutions envisageables pour traiter la dette historique et les frais financiers qui pèsent sur le groupe SNCF ». Tout dépendra donc de ce qu’on entend par le concept de « dette historique » et surtout quels montants on prendra en compte. Selon une source familière du dossier, ces solutions pourraient prendre la forme d’une prise en charge d’environ un milliard d’euros d’intérêts payés par l’entreprise, d’une reprise partielle de sa dette ou de moratoires. La dette de la SNCF a atteint 50 milliards d’euros fin 2015, dont près de 43 milliards au titre des infrastructures. La direction de la SNCF négocie depuis des mois avec les quatre syndicats de l’entreprise (CGT, Unsa, Sud-Rail et CFDT) un accord sur une réorganisation du travail dans l’entreprise, dans la perspective de l’ouverture à la concurrence du trafic passagers dans l’Union européenne en décembre 2019.  Ces négociations sont censées aboutir à un accord le 6 juin mais le mouvement contre le projet de loi Travail, auquel se sont joints mercredi une partie des cheminots sont venues brouiller le calendrier. Le gouvernement a fait pression sur la direction pour accepter des compromis et a même conclu directement le week-end dernier un accord avec la CFDT cheminots, au grand dam du président de l’entreprise. L’Etat se fixe par ailleurs pour objectif de signer avec les différentes entités de la SNCF des « contrats de performance » à la fin de 2016, rappelle Alain Vidalies dans son courrier. « Ces contrats intégreront une poursuite de l’accroissement de l’effort de régénération des infrastructures existantes par SNCF réseau, actuellement de l’ordre de 2,5 milliards d’euros par an », écrit le secrétaire d’Etat aux Transports.

(Avec Reuters)

0 Réponses à “Une solution pour la dette de la SNCF, comment ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol