• Accueil
  • > social
  • > Loi Travail : trouver un os à ronger pour la CGT

Loi Travail : trouver un os à ronger pour la CGT

Loi Travail : trouver un os à ronger pour la CGT

Le gouvernement et surtout Hollande réfléchissent aux différentes solutions de sortie de crise y compris en donnant un os à ronger pour la CGT pour que cette dernière n’ait pas le sentiment d’une défaite totale. Pas sûr cependant que la CGT se contente de ces miettes car elle a poussé le curseur de la révolte très loin  et elle devra rendre des comptes le moment venu quant à l’efficacité de sa stratégie syndicale. En outre l’enjeu n’est peut-être pas sur la loi travail modifiée ou retirée mais ailleurs ,  dans la question de la représentativité de la CGT. En effet à l’ occasion de ce mouvement la CGT sera apparue comme l’organisation en point en matière de radicalisation marginalisant ainsi les gauchistes de Solidaires (SUD) . En retour la CGT espère regagner quelques points sur SUD pour conserver sa place de premier syndicat en France. Une place très menacée par la CFDT. Si la CFDT devait passer devant la CGT, ce serait un coup dur pour la CGT, un coup dur symbolique et sans doute aussi historique car il traduirait le décalage entre la CGT et l’évolution de la société. La CGT concurrencée en matière de radicalisation par SUD doit absolument se garder sur sa gauche car sur sa droite la bataille est perdue avec la CFDT. Enfin Martinez en profite pour solidifier sa position au sein d’une CGT très divisée sur sa stratégie syndicale. La guerre ouverte avec le gouvernement lui évite de rouvrir en interne le dossier des questions doctrinales. En voulant lâcher un os à la CGT Hollande se trompe peut-être sur les facteurs explicatifs de la ligne gauchiste de la CGT.  Ceci étant le conflit actuel risque d’avoir des conséquences heureuses pour la CGT (et les autres syndicats) car certaines réformes prévues notamment dans le transport risque d’être enterrées.  Sur la loi Travail, Hollande veut en effet  tenir, mais le chef de l’État n’entend pas désespérer les grévistes. « Il faut être ouvert à des formes de discussion et de dialogue. Pas sur la loi elle-même. Mais à la SNCF, à la RATP, à Air France, dans l’aviation civile, des discussions sont déjà ouvertes ; elles étaient prévues, indépendamment de la loi. Il y aura aussi bientôt l’accord définitif sur les intermittents. Dans les ports, Alain Vidalies mène une négociation européenne sur les dockers. La CGT sait qu’elle n’obtiendra pas le retrait de la loi, mais il faut qu’ils obtiennent des choses dans d’autres secteurs », raconte un intime du Président. Les routiers en entrant dans le mouvement contre la loi El Khomri ont déjà obtenu satisfaction sur le paiement de leurs heures supplémentaires. « Tu ne peux pas arriver avec une CGT frustrée et une CFDT trahie. Alors tu donnes des choses à des gens qui sont mobilisés mais qui ne sont pas vraiment concernés par la loi. Et puis roule ma poule », décrypte un dirigeant de la majorité. «? Il y a des luttes partielles qui s’agrègent dans ce mouvement, qui ne concernent pas la loi travail proprement dite et qui sont en négociation en ce moment. Ces salariés peuvent obtenir satisfaction, au moins en partie. Ils ne rentreront pas chez eux penauds, frustrés, sans rien, ils auront trouvé leur débouché », analyse un proche de Hollande, qui sait bien que l’humiliation de jours de grèves et de manifestations sans victoire est mauvaise conseillère

(Avec le JDD°

 

0 Réponses à “Loi Travail : trouver un os à ronger pour la CGT”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol