• Accueil
  • > social
  • > Rémunération des patrons : non à une loi (Macron)

Rémunération des patrons : non à une loi (Macron)

Rémunération des patrons : non à une loi (Macron)

 

D’une certaine manière Macron prend le contre-pied de Hollande et de Valls vis-à-vis de la perspective d’une loi destinée à encadrer les rémunérations des grands patrons. Alors que Manuel Valls avait clairement indiqué qu’il était désormais nécessaire de légiférer sur le sujet, Emmanuel Macron, lui, considère que ce n’est pas la bonne manière de réguler la question. Emmanuel Macron n’en finit plus de se distinguer et d’approcher le point de rupture. Le ministre de l’Economie s’est payé le luxe ce jeudi de contredire, à quelques minutes d’intervalle, le Premier ministre Manuel Valls  qui estimait sur RTL qu’il était temps de légiférer sur l’encadrement de la rémunération des grands patrons. «Je pense que la loi n’est pas la bonne méthode, a dit M. Macron devant une conférence d’investisseurs. C’est au monde économique de montrer qu’il est à la hauteur de cela, sinon, celles et ceux qui proposent aujourd’hui une loi seront légitimes dans quelques temps à la faire.»
En disant cela, il contredisait également  le président de la République François Hollande qui, pas plus tard que mardi, avait menacé sur Europe 1 de recourir à la loi, si le patronat ne faisait rien. François Hollande avait notamment proposé que les décisions des assemblées générales sur le sujet soient  immédiatement exécutoires, sans que le conseil d’administration ne puisse les défaire, comme cela s’était passé dans l’affaire de la rémunération du PDG de Renault Carlos Ghosn.  Manuel Valls avait renchéri ce jeudi matin : «Nous avons fait le choix dans un premier temps de mettre les entreprises face à leurs responsabilités, en l’occurrence le patronat. Force est de constater que cela n’a pas été respecté. Donc maintenant, il faut légiférer», a déclaré Manuel Valls sur RTL. Le Premier ministre a approuvé la décision des députés mercredi en commission de rendre contraignants les votes des assemblées générales d’actionnaires et voit d’un bon œil  l’appel lancé dans Libération par quarante personnalités, dont le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, pour limiter le salaires des patrons du Cac 40. Ceci étend le débat risque de demeurer relativement théorique. Si effectivement on peut contraindre à faire prendre en compte le vote des actionnaires lors des assemblées générales on voit mal par contre comment juridiquement on pourrait limiter la rémunération des patrons trop parenthèse  saufs dans le cas des entreprises publiques où les rémunérations sont déjà encadrées.

0 Réponses à “Rémunération des patrons : non à une loi (Macron)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol