Hollande en candidat pour 2017

Hollande en candidat pour 2017

 

Sur Europe 1 a clairement laissé entendre qu’il serait candidat en 2017. Il s’est montré particulièrement pugnace tant  vis-à-vis de ses adversaires de droite que vis-à-vis de ses concurrents à gauche. Il a réaffirmé son constat d’amélioration de la situation économique française, il a encore répété « ça va mieux. ». Il n’y a donc plus guère de doute sur sa candidature en 2017. D’une part parce qu’il a discrédité tous ses concurrents à gauche considérant qu’il n’y avait pas d’autres alternatives que sa ligne sociale-démocrate. De fait,  il n’y a guère de candidat à gauche susceptible de le remplacer. Ni Macron,  ni Vals ne font l’unanimité à gauche quant à Mélenchon il fait cavalier seul. Face à une gauche très zen éclatait François Hollande pense pouvoir incarner la gauche. Pour étouffer les velléités de candidature, François Hollande attendra fin décembre pour se déclarer. C’est-à-dire suffisamment tard pour éliminer toute perspective de primaire à gauche et pour empêcher ses éventuels concurrents de faire réellement campagne. François Hollande a aussi réglé ses comptes avec la droite considérant que les promesses d’économies étaient largement hypothéquées par l’endettement accumulé pendant le mandat de Sarkozy. L’impopulaire président a justifié sur Europe 1 son action, défendu son bilan, promis de nouvelles baisses d’impôts si les finances de la France le permettent, juré qu’il ne céderait pas sur la loi Travail. « Ce n’est pas un propos de circonstance, de campagne ou de tribune, c’est une réalité », a dit le chef de l’Etat, indicateurs économiques à l’appui, tout en admettant que ce n’était pas le cas « forcément pour tous les Français ». Réagissant à l’appel lancé dimanche par l’ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg pour « un projet alternatif en 2017″, François Hollande assorti sa réponse d’un lapsus laissant peu de doutes sur ses intentions, qu’il dévoilera officiellement à la fin de l’année en fonction de l’évolution du chômage. « En dehors du gouvernement qui est aujourd’hui en place, il n’y a pas d’alternative à gauche », a-t-il insisté. « Il n’y a pas d’alternative de gauche, au sens où il n’y a pas un mouvement qui aujourd’hui puisse accéder au second tour de l’élection présidentielle et puisse, sans avoir notre appui, conduire les destinées de la France ». François Hollande a aussi remis à sa place de ministre de l’Economie Emmanuel Macron, qui a lancé un mouvement hors partis aux ambitions encore floues. « S’il veut développer ses idées, il en a le droit, mais dans le cadre (…) de la solidarité gouvernementale », a dit François Hollande à propos de son ancien conseiller à l’Elysée. « S’il n’avait pas ma confiance, il ne serait pas au gouvernement. » Le président français a réservé à la droite ses flèches les plus acérées, invitant les Français à lire, comme lui, les programmes des candidats à la primaire prévue en novembre. »Je lis ce que les uns et les autres proposent, c’est d’ailleurs ça la démocratie », a-t-il reconnu, fustigeant certaines propositions, de la hausse de la TVA à la baisse du nombre de fonctionnaires en passant par la suppression de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF). « Je pense toujours que les hommes politiques sont sincères. Le risque c’est qu’ils le fassent, qu’ils détruisent ce que nous avons fait, qu’ils remettent en cause les fondements de notre Etat », a-t-il dit. Ces propositions de la droite, « lisez-les ! », a-t-il même lancé à l’adresse des futurs électeurs.

(Avec Reuters et AFP)

 

0 Réponses à “Hollande en candidat pour 2017”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol