• Accueil
  • > social
  • > Manif loi travail: les casseurs cherchent l’incident dramatique

Manif loi travail: les casseurs cherchent l’incident dramatique

Manif loi travail: les casseurs cherchent l’incident dramatique

 

 

Contre la loi travail les manifs succèdent aux manifs malheureusement la radicalité qui s’exprime est inversement proportionnelle à la participation ; du coup ; les protestations deviennent de plus en plus violentes. Une violence soutenue implicitement par quelques organisations d’extrême-gauche qui cherchent  le coup dur pour relancer une mobilisation qui s’épuise. En fait on recherche l’incident dramatique qui serait de nature à remobiliser les troupes. Dans ce cadre les casseurs servent d’avant-garde à la contestation même si officiellement, ici et là on condamne ces actes. D’une certaine manière, la multiplication des manifs révèle une certaine irresponsabilité. Certes la loi travail peut être contestée sur le fond comme sur la forme mais elle ne saurait justifier les violences de groupes très minoritaires qui d’une certaine façon discréditent la protestation. Samedi à Rennes on a encore évité l’incident mais de peu. Quelques centaines de personnes, entre 400 et 500 selon les sources, se sont rassemblées samedi après-midi dans le centre de Rennes pour protester contre les « violences policières », bravant l’interdiction de manifester décrétée par les autorités après une nuit de violences dans la préfecture d’Ille-et-Vilaine. Réunis sur l’esplanade Charles-de-Gaulle, elles ont été cernées par de très importantes forces de police et de gendarmerie qui avaient mobilisé des canons à eau et un hélicoptère. Les manifestants, qui portaient lunettes, foulard et capuche pour se protéger des gaz lacrymogènes, ont brièvement affronté en début d’après-midi les forces de l’ordre qui ont fait usage de grenades lacrymogènes pour les repousser sur l’esplanade. Ils entendaient dénoncer des blessures infligées par les forces de l’ordre lors des précédents défilés contre la loi Travail et ont justifié les dégradations survenues dans le centre-ville au cours de la nuit de vendredi à samedi. « Ces violences répondent à la violence de l’Etat, à la précarité, à l’usage de l’article 49.3 pour faire passer la loi Travail, auxquels s’ajoutent les violences policières », a déclaré à Reuters Hugo Poidevin, membre de l’Union des étudiants communistes.  Vendredi soir, plusieurs vitrines d’agences bancaires et de téléphonie mobile, ainsi que celles de deux commerces de vêtements et d’un commissariat ont été détruites à coups de barres de fer par près de 300 activistes lors d’une « action très rapide de guérilla urbaine », a indiqué la préfecture. Cinq personnes ont été interpellées lors des incidents.

(Avec Reuters)

 

0 Réponses à “Manif loi travail: les casseurs cherchent l’incident dramatique”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol