La CGT travaillée par le gauchisme

La CGT travaillée par le gauchisme

Depuis des années la CGT et tiraillée entre le radicalisme des gauchistes notamment de solidaire et le réformisme incarné notamment par la CFDT. Pour ne pas être débordé à gauche, la CGT est donc contrainte d’en rajouter ou au minimum de s’aligner sur les positions les plus radicales. Radicales offrant aussi ainsi à la CFDT l’occasion d’occuper l’espace réformiste. En cause les positions erratiques de l’organisation depuis le deux Bernard Thibault, lequel avait commencé à opérer un sérieux recentrage de la centrale. Depuis la CGT est écartelé entre sa situation de syndicat majoritaire qui implique de mener les luttes de manière responsable avec des résultats dans les entreprises où il signe d’ailleurs de nombreux accords et ça tentation permanente d’apparaître au plan national comme le fer de lance de la contestation systématique. Bref il y a une urgence de recentrage de la ligne idéologique et de la stratégie.  La CGT a entamé lundi à Marseille un congrès crucial pour son avenir, un an après l’éviction du secrétaire général Thierry Lepaon et face à une CFDT qui menace de lui ravir la première place des organisations syndicales françaises. Philippe Martinez, qui a remplacé dans la douleur Thierry Lepaon en février 2015, a résolument placé la confédération sous le signe de l’opposition à la politique du gouvernement, dont la CGT rejette notamment le projet de réforme du Code du travail contre laquelle elle a co-organisé plusieurs journées d’action. Pour la CGT, ce 51e congrès a un double enjeu : solder la succession ratée de Bernard Thibault, qui a culminé fin 2014-début 2015 avec l’affaire de la rénovation du logement de fonction et du bureau de Thierry Lepaon ; mais surtout enrayer la perte d’influence de la première centrale syndicale française désormais talonnée par le premier syndicat réformiste, la CFDT. « La CGT est bien présente dans le paysage social français, c’est la première centrale syndicale de notre pays et elle compte bien le rester », a lancé Philippe Martinez. « On nous traite de dinosaure, de dernier des soviets. Ces insultes nous montrent au contraire qu’on est bien vivant, car on ne tire pas sur les morts », a-t-il dit. La crainte de perdre la première place des organisations syndicales lors de la prochaine mesure de leur représentativité en mars 2017 est dans l’esprit des délégués. Philippe Philippe Martinez l’a lui-même reconnu lors d’une récente rencontre avec l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis). « On constate (…) qu’il y a un différentiel de 300.000 électeurs entre la CFDT et nous », avait-il alors expliqué. « Cela pose la question de notre implantation dans les entreprises. » En 2013, la CGT, qui revendique près de 700.000 adhérents, est arrivée juste en tête des élections professionnelles avec 26,77% des suffrages, devant la CFDT (26%), Force ouvrière (15,94%), la CFE-CGC (9,43%) et la CFTC (9,30%).

0 Réponses à “La CGT travaillée par le gauchisme”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol