• Accueil
  • > politique
  • > La loi Travail : changer mais sans dénaturer ou la langue de bois du rapporteur

La loi Travail : changer mais sans dénaturer ou la langue de bois du rapporteur

La loi Travail : changer mais sans dénaturer ou la langue de bois du rapporteur

Ce qui résume la pensée du Le député socialiste Christophe Sirugue, rapporteur du projet de loi sur la réforme du Code du travail présentée jeudi en conseil des ministres. Bref la langue de bois habituelle  car on voit mal comment pourrait concilier les points de vue par exemple ceux du patronat qui demande davantage de liberté sur les licenciements économiques alors que les syndicats sont unanimement contre comme l’opinion publique aussi ;  comment concilier le plafonnement  des indemnités de licenciement demandé par le patronat et contesté par les syndicats, aussi par l’opinion publique. Mais le rapporteur du projet de loi à l’assemblée l’affirme,  on peut changer sans dénaturer. Bref pas du détricotage mais du bidouillage de la part de cet oligarque typique de la sociologie du parti socialiste. Un rapporteur  pur produit du parti qui n’a pratiquement jamais travaillé en dehors de la politique puisque dès 24 ans il était déjà permanent avant de devenir assistant parlementaire puis  dirigeant local du PS , enfin élu. Bref quelqu’un qui n’a jamais connu le monde du travail ; vraiment idéal pour rapporter une loi qui précisément a pour ambition de bouleverser la donne dans ce domaine mais « C’est  un professionnel de la politique », rassure le député Carlos da Silva, relais de Manuel Valls à l’Assemblée. On peut lui faire confiance il maîtrise la dialectique du flou comme en témoigne ses autres propos.  Christophe Sirugue se déclare prêt à tenir compte des observations de ses collègues députés PS mais sans le remettre en cause la philosophie du texte : « Sur certaines demandes sur les conditions de licenciement, je me rapprocherai probablement de leur position. Mais je ne vais pas supprimer les éléments qui ont été intégrés (au texte). » « Il y a de vraies évolutions possibles de ce texte mais je ne suis pas rapporteur pour le dénaturer », insiste-t-il. Conclusion le texte d’une ministre du travail qui n’a jamais pratiquement travaillé et qui sera présenté à l’Assemblée nationale par un autre oligarque. On s’étonne ensuite que les réformes du gouvernement soient mal comprises par les acteurs économiques !

0 Réponses à “La loi Travail : changer mais sans dénaturer ou la langue de bois du rapporteur”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol