Loi travail : demi-échec ou demi-succès ? .

Loi travail : demi-échec ou  demi-succès ?

À lire la presse difficile de se faire une idée quant à l’impact de la manifestation du 9 mars contre la loi travail. Première difficulté l’évaluation du nombre de manifestants qui varie de 200 000 à 1 million. Un écart classique en France quand on compte les manifestants selon qu’il s’agit des chiffres de la police ou des chiffres des organisateurs. La première question qui se pose est de savoir si c’est bien à la police de compter le nombre de ceux qui protestent dans la rue. On pourrait sans doute déléguer à un organisme indépendant le soin d’évaluer la participation. Sur le fond,  on retrouve les clivages entre les libéraux et les gauchistes. Pour les libéraux la manifestation est un demi-échec qui donne une légitimité supplémentaire à la mise en place de la loi. Pour les gauchistes,  il s’agit au contraire d’un encouragement pour amplifier la protestation dans les jours et les semaines qui viennent. Un clivage en fait un peu caricatural qui ne rend pas compte de ce que pense la masse des Français. Contrairement à ce qu’affirment les libéraux,  cette loi ne permettra pas à elle seule de modifier de manière significative et rapide la situation du chômage. Au contraire dans un premier temps elle pourrait être de nature à faciliter les licenciements. Les facteurs explicatifs du chômage en France sont en effet nombreux, le premier est sans doute lié à l’insuffisance de compétitivité des entreprises dont une grande partie découle d’une fiscalité et d’une bureaucratie qui plombent  la croissance et donc l’emploi. Second élément le relatif blocage du pouvoir d’achat qui freine la consommation des ménages. De ce point de vue là politique monétaire et  la politique budgétaire ne sont  pas à la hauteur de l’enjeu. Or ces politiques imposées par l’Europe condamnent à la croissance molle pour longtemps. Certes le marché du travail justifie d’être réformé mais cette réforme doit être équilibrée entre les garanties à donner respectivement aux entreprises et aux salariés. De ce point de vue en l’état actuel la loi n’est pas acceptable et elle se caractérise notamment par un manque de vision globale, un manque de préparation et d’équilibre. Il est vraisemblable que d’autres manifestations vont se dérouler d’ici l’adoption d’une loi qui nécessairement pour être voté devra être sérieusement amendée. Les organisations de jeunes ont d’ailleurs prévu une autre journée d’action le 17 mars, nouveau test avant la vaste mobilisation du 31 mars, sous la forme de manifestations et de grèves, à laquelle appellent à la fois les syndicats étudiant et lycéens et la CGT, FO ou la FSU. La CFDT, principal syndicat réformiste, n’est pas partie prenante à la mobilisation actuelle mais menace de durcir sa position si elle n’obtient pas une réécriture du texte, et notamment le retrait de l’article fixant un plafond pour les indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif. « J’invite (le gouvernement) à faire des arbitrages conséquents avec des modifications substantielles, sinon la CFDT se mobilisera », a dit Laurent Berger mercredi matin sur BFM TV.

0 Réponses à “Loi travail : demi-échec ou demi-succès ? .”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol