Loi travail : une trentaine d’économistes pour

Loi travail : une trentaine d’économistes pour

 

La loi travail continue d’entretenir le clivage entre les partisans de cette réforme et ceux y sont opposés. Un clivage qui concerne aussi les experts de l’économie. Des experts dont il est possible de contester la pertinence dans la mesure où l’étude de l’économie est loin d’être une science exacte. Pour preuve le fait que les plus grandes catastrophes n’ont guère été prévues. Bien peu d’économistes envisagent par exemple l’hypothèse possible d’un krach  qui pourrait résulter de l’actuel tassement de l’économie mondiale. En cause le fait que la France en particulier distribue très largement les diplômes d’économistes (la France est un des pays qui en  forme le plus, il en est de même pour les sociologues ou les psychologues !) d’où la diversité des points de vue. En outre la plupart de ces économistes sont directement indirectement rémunérés par l’État ou les lobbys et ont parfois tendance à s’aligner sur des courants de pensée dominants. Il y a aussi le vieux clivage entre la pensée d’inspiration marxiste et la pensée d’inspiration libérale. Du coup l’expression des uns comme des autres revêt parfois un caractère assez caricatural. L’explication d’un fort chômage en France ne serait en effet découler d’un seul facteur explicatif comme la complexité du code du travail. Seul une approche systémique prenante en compte bien sûr les éléments économiques mais aussi sociaux, environnementaux, technologiques et sociétaux serait de nature à éclairer un peu mieux le débat ; de ce point de vue la seule expertise économique paraît insuffisante. La loi travail comporte sans doute des éléments pertinents mais de toute évidence elle justifierait un sérieux rééquilibrage prenant en compte les différents facteurs explicatifs évoqués ci-dessus. En bref l’analyse est un peu courte et la vision globale bien insuffisante. Dans une tribune publiée dans Le Monde et intitulée «cette réforme est une avancée pour les plus fragiles», ces chercheurs estiment que l’un des avantages de la loi El Khomri est qu’elle propose «un barème plus précis des indemnités octroyés par les prud’hommes et une définition objective des situations pouvant justifiées un licenciement». Une mesure qui pourrait inciter les entreprises à avoir davantage recours aux CDI, selon eux. Parmi les signataires de la tribune figurent le prestigieux Jean Tirole, prix Nobel d’Economie 2014. Alain Trannoy, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, dont la thèse portait sur «la théorie de la mesure des inégalités» apporte également son soutien à la loi. Les chercheurs Hélène Rey, professeur à la London Business School et spécialisée en macroéconomie internationale ainsi que Pierre Olivier Gourinchas économiste français et professeur à Berkeley dont les travaux se concentrent sur la macroéconomie et la finance internationale ont également cosigné la tribune. Ces soutiens viennent d’horizons divers.

0 Réponses à “Loi travail : une trentaine d’économistes pour”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol