• Accueil
  • > Archives pour février 2016

Archive mensuelle de février 2016

Page 4 sur 16

Hausse du chômage en 2016 (Unedic)

Hausse du chômage en 2016 (Unedic)

D’après l’Unedic pas d’inversion de la courbe du chômage en 2016 et même une légère augmentation toutes catégories confondues. En cause, une croissance économique qui ne sera pas suffisante pour absorber l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi. L’Unedic se fonde sur une hausse du PIB de 1,4 % alors que le gouvernement a retenu 1,5 % mais rien n’est sûr dans ce domaine, l’OCDE par exemple ne prévoiet que 1,2 % pour la France. Un chiffre plus vraisemblable si l’on s’en tient aux résultats probables du premier trimestre 2016 et notamment au recul de l’activité privée en février. En effet L’activité dans le secteur privé en France s’est légèrement contractée en février après 12 mois consécutifs en zone de croissance, sous l’effet notamment d’une baisse des nouvelles commandes, selon la version flash des indices PMI de Markit publiée lundi en conséquence, L’organisme gestionnaire de l’assurance chômage a revu en hausse ses anticipations pour 2016, où elle n’attend plus qu’une baisse limitée à 25.000 du nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A (sans activité) et une hausse de 26.000 en y ajoutant les catégories B et C. Elle tablait précédemment sur 51.000 demandeurs de moins en catégorie A cette année et 1.000 de moins en A, B et C. Pour 2017, le scénario de l’Unedic diffère peu, avec une nouvelle baisse de 26.000 du nombre de demandeurs de catégorie A mais encore une hausse de 10.000 pour les A, B et C. Si ces prévisions qui porteraient à 5,502 millions le nombre de chômeurs fin 2016 puis 5,511 millions fin 2017 se confirment, la perspective d’une réelle baisse du chômage, dont François Hollande à fait une condition de sa candidature pour un nouveau bail à l’Elysée, s’éloignerait à nouveau. Les révisions de l’Unedic tiennent pour une bonne partie à une année 2015 plus difficile que prévu précédemment, qui s’est soldée par près de 90.000 demandeurs de catégorie A en plus là où l’institution gérée paritairement par le patronat et les syndicats tablait encore en octobre sur +62.000. Elle attribue la baisse des demandeurs de catégorie A attendue cette année à l’entrée en formation des chômeurs concernés par le plan d’urgence annoncé par le gouvernement.

(Avec Reuters)

Moral des ménages : en baisse

Moral des ménages : en baisse

 

L’indicateur mesurant le moral des ménages en France s’est replié en février à 95 points, en raison notamment d’un « regain de craintes » sur le front du chômage et sur le pouvoir d’achat, a indiqué mercredi l’Insee. Le moral des ménages a reculé de deux points par rapport à janvier. Il s’écarte ainsi un peu plus de sa moyenne de long terme, qui est de 100 points, précise l’Institut dans un communiqué. L’Insee établit cet indicateur à partir de divers soldes d’opinion divisés en deux grandes catégories: l’une portant sur la situation personnelle des ménages, l’autre sur leur perception de l’évolution économique générale. Le moral des ménages est un élément clé pour évaluer le niveau à venir de la consommation, moteur important de la croissance en France. En février, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle s’est légèrement dégradée, le solde concernant l’évolution passée perdant 1 point et celui sur l’évolution reculant de 2 points. « Les ménages sont nettement moins nombreux qu’en janvier à considérer qu’il est opportun de faire des achats importants », souligne l’Institut, qui fait état sur ce point d’un recul de 6 points, après un rebond de 8 points en janvier. Selon l’enquête mensuelle de l’Insee, l’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne est en revanche restée stable, à son niveau moyen de long terme pour l’épargne actuelle, et légèrement au-dessus de sa moyenne pour l’épargne future. « Les ménages sont de nouveau moins nombreux à considérer qu’il est opportun d’épargner », souligne l’Insee qui évoque sur ce point un solde en baisse de 4 points, à son niveau le plus bas depuis août 2015. Selon l’Insee, le moral des ménages est notamment plombé par un « regain de craintes » sur le front du chômage. Le solde d’opinions, sur cette question, a augmenté de 13 points, retrouvant son niveau de décembre. L’opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France a quant à lui fortement diminué, perdant 7 points après en avoir gagné 5 en janvier. Le solde sur le niveau de vie passé est quasi stable (-1 point).

Croissance mondiale 2016 : comme en 2015 et encore !

Croissance mondiale 2016 : comme en  2015 et encore !

 

 

Selon l’OCDE, La croissance mondiale aura peut-être du mal à atteindre celui  de 2015, qui était déjà le plus faible des cinq dernières années.  « Avec 3 % de croissance en 2016 ou 3,4 % en 2017, cela ne permet pas aux jeunes de trouver un emploi, aux retraités de percevoir l’intégralité de leur pension et aux investisseurs d’avoir des retours sur investissement suffisants », analyse Catherine Mann, chef économiste de l’OCDE. . L’absence d’accélération de l’activité se voit dans la faiblesse du commerce et dans la dégringolade des prix des matières premières. La contraction des importations en provenance de Chine et d’autres grands émergents ont pesé sur les exportations des pays avancés et ralenti d’un demi-point, en 2015, la progression du PIB de la zone OCDE. La faiblesse de la demande est, de l’avis de l’institution, un des facteurs principaux des bas prix des matières premières, pétrole en tête. La reprise dans la zone euro reste des plus laborieuses. La croissance a été révisée de 0,4 point en moyenne à + 1,4 % en 2016 et de 0,2 point à + 1,7 % en 2017. Les ajustements les plus forts, cette année, concernent l’Allemagne et l’Italie, qui ont perdu chacune un demi-point de croissance, à respectivement + 1,3 % et + 0,9 %. La France afficherait : + 1,2 % en 2016 et + 1,5 % en 2017, soit une baisse limitée à 0,1 point dans les deux cas. Dans l’ensemble de la zone euro, l’investissement est faiblard et le chômage élevé, deux points au-dessus de sa moyenne d’avant-crise. Les premiers indicateurs de début d’année  ne sont pas réjouissants.  Comme dans toutes les autres zones mondiales, la croissance stage aussi en zone euro en février. Du coup la reprise économique du premier trimestre subira vraisemblablement un ralentissement. Pour la France il s’agit même d’une contraction en février. Les résultats préliminaires de l’enquête mensuelle de Markit, qui montrent également de nouveaux signes de baisse des prix, devraient renforcer les anticipations de nouvelles mesures de soutien à la croissance de la Banque centrale européenne (BCE) lors de sa prochaine réunion en mars.  L’indice composite des directeurs d’achats (PMI) — qui intègre le secteur manufacturier et celui des services — est ressorti à 52,7 ce mois-ci dans sa version préliminaire, à son plus bas niveau en 13 mois, contre 53,6 en janvier. Selon un consensus établi par Reuters, les économistes attendaient en moyenne 53,3. « La forte baisse en février de l’indice PMI composite de la zone euro soutient notre conviction que la reprise économique de la région pourrait bien avoir ralenti au premier trimestre. La BCE devra renforcer son soutien via la politique monétaire le mois prochain », souligne Jessica Hinds chez Capital Economics. Les économistes interrogés par Reuters récemment estimaient à 50% la probabilité de voir la BCE augmenter en mars le montant de son programme de rachat d’actifs, actuellement à 60 milliards par mois, et une nouvelle baisse du taux de dépôt est considérée comme étant presque acquise. La croissance du secteur privé a ralenti en Allemagne pour le deuxième mois de suite, freinée notamment par les exportations qui ont souffert du ralentissement mondial. En France, l’activité s’est contractée pour la première fois en plus d’un an. Les responsables de politique monétaire noteront également la faiblesse du sous-indice PMI de la production de la zone euro, qui est tombé à un creux d’un an à 48,6 contre 48,9 en janvier, s’enfonçant un peu plus sous la barre des 50 points qui marque la frontière entre la croissance et la contraction. L’inflation s’inscrit tout juste à 0,4% en janvier, selon les statistiques officielles, très loin du taux légèrement inférieur à 2% visé par la BCE.  L’indice PMI du secteur dominant des services en zone euro, qui était attendu à 53,3 contre 53,6 en janvier, est tombé à un plus bas de 13 mois de 53,0. Celui du secteur manufacturier, attendu à 52,0 points, a reculé à 51,0, son plus bas niveau depuis un an, contre 52,3 en janvier. Il s’est retrouvé en dessous de l’estimation la plus pessimiste des économistes interrogés par Reuters. Le sous-indice de la production est tombé pour sa part à un creux de 14 mois, à 51,9 contre 53,4 le mois précédent.  Et les perspectives d’une nette amélioration le mois prochain sont maigres, la croissance des nouvelles commandes à l’industrie étant tombée à un plus bas d’un an avec un sous-indice à 51,6 contre 53,0 en janvier. En conséquence, après avoir vu la confiance des entrepreneurs pour l’année à venir atteindre son plus haut niveau depuis mi-2011 le mois dernier, l’optimisme dans le secteur des services est lourdement retombé.  Le sous-indice des attentes des entrepreneurs dans les services a connu l’une de ses plus fortes baisses de son histoire, à 61,6 en février contre 65,1 en janvier. « Les indicateurs avancés (…) suggèrent un nouveau ralentissement en mars, qui pourrait ramener la croissance du PIB à 0,2% », note Chris Williamson, économiste en chef de Markit. Selon une enquête de Reuters publiée récemment, la croissance est attendue à 0,4% pour le trimestre en cours.

Politiques : le triomphe des « dingos »

Politiques : le triomphe des « dingos »

 

Dans une période caractérisée par des mutations systémiques qui affectent tous les champs de la société, champs économique, social, environnemental, technologique et sociétal, la compréhension des transformations en cours exigerait d’accepter la complexité. Or cette complexité est anxiogène et beaucoup se réfugient  derrière des analystes simplistes voire mensongères. Les partisans de la raison trouvent peu d’écho dans l’opinion publique et au plan mondial les porteurs de vision caricaturale ont le vent en poupe. En vrac on peut citer Poutine, Trump, le dictateur coréen, Bachar al-Assad, Boris Johnson et en France, Marine Le Pen, Morano ou Mélenchon. Certes ils présentent  des caractéristiques différentes mais ils ont en commun l’outrance, la vulgarité et la radicalité. Extrémistes de droite ou de gauche mais qui finissent  sur certains aspects par se retrouver exemple concernant l’Europe, la lutte contre l’État islamique, les migrants, la Russie. D’une certaine manière au plan international émergent ce moment sur la scène politique les dingos. Des dingos manipulateurs dont le discours caricatural donne une légitimité aux plus bas instincts de l’humanité. Ce sont les chantres du déclinisme  qui prône le repli sur soi,  le transfert systématique de responsabilité sur autrui,  souvent le rejet de la différence. La plupart sont des exhibitionnistes notoires prêts à montrer leurs culs pour exister. Ils sont tristes, pitoyables, haineux sauf Boris Johnson ou Trump  qui eux   font dans le mode burlesque. Mais ces  dingos trouvent  des relais dans une opinion qui cherche des arguments simplificateurs et surtout des boucs émissaires. Pour Poutine les occidentaux sont responsables de la très grave crise économique et sociale qui secoue son pays. Pour Trump,  ce sont les migrants mexicains. Pour le dictateur coréen ce sont des États-Unis,  pour Bachar El Assad les occidentaux, pour Boris Johnson, Marine le Pen, Morano ou Mélenchon,  c’est la faute à l’Europe. Certes certains facteurs explicatifs peuvent être soumis à la discussion mais pas d’une manière aussi outrancière, simplificatrice et intolérante. À noter qu’au-delà du fond la plupart des intéressés présentent  des troubles caractériels qui permettent effectivement de les rattacher à la catégorie des dingos de la politique. Or dans l’histoire certain dingos ont laissé des traces tragiques.

Actu, infos, économie, social, politique: articles les plus lus

Actu, infos, économie, social, politique: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Code du travail : la brutalité de Valls érigée en mode de gouvernance

Code du travail : la brutalité  de Valls érigée en mode de gouvernance

Valls s‘est désormais fait une spécialité en érigeant l’autoritarisme et la brutalité en mode de  gouvernance. L’objectif est de montrer sa différence avec François Hollande et d’une certaine manière de le discréditer. Il faut resituer cette brutalité dans le contexte de préparation des sélections résidentielles. De plus en plus à gauche des responsables sont convaincus que François Hollande en l’état actuel de sa popularité n’a pratiquement pas de chance de se qualifier pour le second tour des élections présidentielles. Du coup il convient de le pousser à retirer sa candidature y compris en le discréditant un peu plus. Ce que fait Valls sen lui faisant porter le chapeau de la droitisation de sa politique sociale. Certes Valls ne fait ne se fait sans doute pas beaucoup d’illusions sur la possibilité qu’il a de remporter les élections présidentielles face à Juppé. Mais un premier face-à-face en 2017 entre les deux intéressés constituerait pour Valls une marche essentielle pour les élections de 2022. C’est pourquoi La polémique enfle autour du projet de réforme du droit du travail porté par Myriam El Khomri. La ministre du Travail était accompagnée aujourd’hui d’Emmanuel Macron et Manuel Valls à Mulhouse pour faire de la pédagogie et déminer le terrain. Cette politique de fuite en avant de Valls qui tient absolument à faire éclater la gauche suscite cependant de fortes interrogations voir des oppositions sérieuses au sein du parti socialiste. Au PS, on ne croit pas à la réforme telle qu’elle, les aujourd’hui Jean-Christophe Cambadélis affirmant même qu’il ne voterait pas le projet. Même les ministres doutent : trois d’entre eux (Touraine, Royal, Ayrault) ont demandé à « rééquilibrer le texte ». Seule la droite -pour le député LR Eric Woerth, cela va « dans le bon sens » – et le patronat ont soutenu ce projet, ce qui a mis l’exécutif encore plus mal à l’aise…

Un front syndical uni face au projet de loi El Khomri

Un front syndical uni face au projet de loi El Khomri

 

Manuel Valls et la ministre du travail auront réussi grâce à leurs textes précipités à favoriser un front syndical uni, ce qui ne s’était pas produit depuis trois ans. Pourtant les positions des syndicats divergents sur deux nombreux points mais elles convergent surtout concernant l’absence totale de concertation. Du coup dans un premier temps il est possible qu’un front syndical uni se réalise pour protester contre la démarche. Aussi contre le déséquilibre du texte. Des améliorations nécessaires dans le sens d’un rééquilibrage entre flexibilité et sécurité devraient par contre par la suite fissurer l’opposition syndicale. Les syndicats organisent leur riposte au projet de loi El Khomri. Ce mardi, la CFDT, FO, la CFE-CGC et l’Unsa se rendront au siège de la CGT«afin d’échanger sur l’analyse de la situation sociale, économique et politique» de la France. La FSU, Solidaires et les syndicats étudiants (Unef) et lycéens (UNL), également conviés, se joindront à elles. La CFTC ne participera pas en revanche à ce qui est qualifié par la CGT de «réunion de travail» mais qui vise à discuter d’«actions et initiatives communes» contre un texte jugé trop favorable au patronat. Car si FO et la CGT sont opposées à cette réforme du marché du travail, la position de la CFDT est plus nuancée. La centrale dirigée par Laurent Berger est favorable à un des axes forts du projet de loi: la place plus importante accordée aux accords majoritaires signés au sein de l’entreprise. Mais le syndicat réformiste conteste trois mesures: le plafonnement des indemnités prud’homales, le recours aux forfaits jours dans les entreprises de moins de 50 salariés par décision de l’employeur et l’assouplissement du licenciement économique.

Rebsamen , l’ancien ministre du travail, critique El Khomri

Rebsamen , l’ancien ministre du travail, critique El Khomri

 

. «Je pense qu’il y a une erreur de vouloir redéfinir ce qu’on appelle le licenciement économique, la nouvelle définition ne peut pas être celle qui est proposée dans le texte, déclaré l’ancien ministre du travail. Deuxièmement, je suis opposé à la baisse de la rémunération des heures supplémentaires. Ces deux points doivent à mon avis être travaillés en amont». «Quand on annonce que ce texte si nécessaire sera voté par 49-3, on fait peser a priori une suspicion sur le fond» Cette prise de position, qui s’ajoute au concert de critiques contre le préprojet de loi El Khomri et sonne comme un tacle sévère à sa successeuse, Une critique donc à la fois sur le fond concernant les possibilités excessives de licenciement notamment mais aussi une critique sur la forme en effet l’ancien ministre du travail s’oppose à l’utilisation du 49-3 qu’avait évoqué l’actuelle ministre il y a une semaine. Il faut dire que depuis elle s’est ravisé d’abord parce qu’au sein du gouvernement plusieurs membres sont opposés à cette procédure notamment Marisol Touraine, Jean-Marc Ayrault, Ségolène Royal mais aussi François Hollande. Pour l’instant seul Valls  semble s’accrocher encore à cette procédure qui brandit comme une menace vis-à-vis des députés récalcitrants. Pas sûr cependant que cette menace soit très productive car elle risque au contraire de renforcer le camp de ceux qui sont opposés à la réforme du marché du travail.

Baisse de l’euro face au dollar

Baisse de l’euro face au dollar

Deux facteurs explicatifs à la baisse de l’euro d’abord les turbulences provoquées par la décision du maire de Londres de se rallier au Brexit ensuite aussi le net tassement de l’économie européenne par rapport aux prévisions. .  L’indice composite des directeurs d’achats (PMI) — qui intègre le secteur manufacturier et celui des services — est ressorti à 52,7 ce mois-ci dans sa version préliminaire, à son plus bas niveau en 13 mois, contre 53,6 en janvier. Selon un consensus établi par Reuters, les économistes attendaient en moyenne 53,3. « La forte baisse en février de l’indice PMI composite de la zone euro soutient notre conviction que la reprise économique de la région pourrait bien avoir ralenti au premier trimestre. La BCE devra renforcer son soutien via la politique monétaire le mois prochain », souligne Jessica Hinds chez Capital Economics. Les économistes interrogés par Reuters récemment estimaient à 50% la probabilité de voir la BCE augmenter en mars le montant de son programme de rachat d’actifs, actuellement à 60 milliards par mois, et une nouvelle baisse du taux de dépôt est considérée comme étant presque acquise. La croissance du secteur privé a ralenti en Allemagne pour le deuxième mois de suite, freinée notamment par les exportations qui ont souffert du ralentissement mondial. En France, l’activité s’est contractée pour la première fois en plus d’un an. Les responsables de politique monétaire noteront également la faiblesse du sous-indice PMI de la production de la zone euro, qui est tombé à un creux d’un an à 48,6 contre 48,9 en janvier, s’enfonçant un peu plus sous la barre des 50 points qui marque la frontière entre la croissance et la contraction. L’inflation s’inscrit tout juste à 0,4% en janvier, selon les statistiques officielles, très loin du taux légèrement inférieur à 2% visé par la BCE.  L’indice PMI du secteur dominant des services en zone euro, qui était attendu à 53,3 contre 53,6 en janvier, est tombé à un plus bas de 13 mois de 53,0. Celui du secteur manufacturier, attendu à 52,0 points, a reculé à 51,0, son plus bas niveau depuis un an, contre 52,3 en janvier. Il s’est retrouvé en dessous de l’estimation la plus pessimiste des économistes interrogés par Reuters L’euro a chuté fortement lundi face au dollar, après des chiffres préoccupants sur l’activité économique européenne, dans un marché des changes dominé par une chute de la livre britannique sur fond de crainte sur une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE). L’euro a chuté fortement lundi face au dollar, après des chiffres préoccupants sur l’activité économique européenne, dans un marché des changes dominé par une chute de la livre britannique sur fond de crainte sur une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE).
Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), l’euro valait 1,1029 dollar contre 1,1131 dollar vendredi vers la même heure. La monnaie européenne baissait nettement face à la devise nippone, à 124,52 yens – après avoir atteint 124,38 yens, son plus bas niveau depuis début avril 2013 – contre 125,36 yens vendredi soir.

Croissance zone euro : net tassement

Croissance zone euro : net tassement

Comme dans toutes les autres zones mondiales, la croissance stage aussi en zone euro en février. Du coup la reprise économique du premier trimestre subira vraisemblablement un ralentissement. Pour la France il s’agit même d’une contraction en février. Les résultats préliminaires de l’enquête mensuelle de Markit, qui montrent également de nouveaux signes de baisse des prix, devraient renforcer les anticipations de nouvelles mesures de soutien à la croissance de la Banque centrale européenne (BCE) lors de sa prochaine réunion en mars.  L’indice composite des directeurs d’achats (PMI) — qui intègre le secteur manufacturier et celui des services — est ressorti à 52,7 ce mois-ci dans sa version préliminaire, à son plus bas niveau en 13 mois, contre 53,6 en janvier. Selon un consensus établi par Reuters, les économistes attendaient en moyenne 53,3. « La forte baisse en février de l’indice PMI composite de la zone euro soutient notre conviction que la reprise économique de la région pourrait bien avoir ralenti au premier trimestre. La BCE devra renforcer son soutien via la politique monétaire le mois prochain », souligne Jessica Hinds chez Capital Economics. Les économistes interrogés par Reuters récemment estimaient à 50% la probabilité de voir la BCE augmenter en mars le montant de son programme de rachat d’actifs, actuellement à 60 milliards par mois, et une nouvelle baisse du taux de dépôt est considérée comme étant presque acquise. La croissance du secteur privé a ralenti en Allemagne pour le deuxième mois de suite, freinée notamment par les exportations qui ont souffert du ralentissement mondial. En France, l’activité s’est contractée pour la première fois en plus d’un an. Les responsables de politique monétaire noteront également la faiblesse du sous-indice PMI de la production de la zone euro, qui est tombé à un creux d’un an à 48,6 contre 48,9 en janvier, s’enfonçant un peu plus sous la barre des 50 points qui marque la frontière entre la croissance et la contraction. L’inflation s’inscrit tout juste à 0,4% en janvier, selon les statistiques officielles, très loin du taux légèrement inférieur à 2% visé par la BCE.  L’indice PMI du secteur dominant des services en zone euro, qui était attendu à 53,3 contre 53,6 en janvier, est tombé à un plus bas de 13 mois de 53,0. Celui du secteur manufacturier, attendu à 52,0 points, a reculé à 51,0, son plus bas niveau depuis un an, contre 52,3 en janvier. Il s’est retrouvé en dessous de l’estimation la plus pessimiste des économistes interrogés par Reuters. Le sous-indice de la production est tombé pour sa part à un creux de 14 mois, à 51,9 contre 53,4 le mois précédent.  Et les perspectives d’une nette amélioration le mois prochain sont maigres, la croissance des nouvelles commandes à l’industrie étant tombée à un plus bas d’un an avec un sous-indice à 51,6 contre 53,0 en janvier. En conséquence, après avoir vu la confiance des entrepreneurs pour l’année à venir atteindre son plus haut niveau depuis mi-2011 le mois dernier, l’optimisme dans le secteur des services est lourdement retombé.  Le sous-indice des attentes des entrepreneurs dans les services a connu l’une de ses plus fortes baisses de son histoire, à 61,6 en février contre 65,1 en janvier. « Les indicateurs avancés (…) suggèrent un nouveau ralentissement en mars, qui pourrait ramener la croissance du PIB à 0,2% », note Chris Williamson, économiste en chef de Markit. Selon une enquête de Reuters publiée récemment, la croissance est attendue à 0,4% pour le trimestre en cours.

Menace sur la livre avec le Brexit

Menace sur la livre avec le Brexit

 

 

Conséquence sans doute inattendu pour Boris Johnson lui-même la livre plonge Vers 13h40, la livre a atteint 1,4058 dollar, son niveau le plus faible depuis mi-mars 2009, enfonçant ainsi un précédent plus bas datant de fin janvier.  La livre a peiné par la suite à se reprendre, alors qu’elle valait encore 1,4392 dollar vendredi soir.  Face à l’euro, la livre sterling a également dévissé, baissant à 77,98 pence pour un euro vers 16 heures contre 77,35 pence vendredi soir. Le fantasque député conservateur Boris Johnson maire de Londres a sans doute sous-estimé nombre de conséquences économiques relatives au Brexit qu’il soutient. Notamment les conséquences sur la baisse de la monnaie. Une baisse inévitable si l’on s’en tient aux fondamentaux économiques. En effet le Royaume Uni a beaucoup plus à perdre que l’UE avec le Brexit. Les conséquences sur la croissance britannique pourraient être une perte de leur de 0,5 % du PIB par an. En outre il faut aussi prendre en compte que la balance des échanges du Royaume-Uni est très déséquilibrée alors qu’elle est excédentaire pour l’union économique. Du coup la livre pourrait être durablement orientée à la baisse jusqu’au référendum. Une baisse qui pourrait conduire la livre a une valeur de un 1.30 à 20 $. « Quitter l’Europe menacerait notre sécurité économique et nationale », a pourtant  averti David Cameron, qui appelle les Britanniques à voter pour le maintien dans l’Union lors du référendum du 23 juin. Ceux qui prônent une sortie n’ont à offrir que « des risques dans un temps d’incertitude, un saut dans l’inconnu », a-t-il ajouté. « Quand il s’agit des emplois des gens, on ne peut pas juste dire tout ira bien », a-t-il ajouté, soulignant qu’il fallait bien réfléchir aux conséquences d’un Brexit. À cet égard le fantasque Boris Johnson maire de Londres, une ville pourtant très heureux fils aveuglée par son souhait de remplacer David Cameron n’a sans doute pas bien mesuré tous les risques

Marché du travail : réforme du 21è ou du 18è siècle ?

Marché du travail : réforme du 21è ou du 18è siècle ?

 

Pour tenter de vendre sa réforme du marché du travail, Manuel Valls n’a pas hésité à se décréter un brevet de modernité « Il y en a qui sont encore au XIXe siècle. Moi et les ministres ici présents, nous sommes résolument dans le XXIe siècle et nous savons qu’économie et progrès social peuvent aller de pair », a-t-il affirmé, estimant que la France devait s’inspirer de « ce qui marche, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Espagne ». A-t-il déclaré. Cette réforme dont certains aspects sont sans doute nécessaires se caractérise toutefois par un déséquilibre notable entre les exigences de la flexibilité et les garanties de la sécurité. Il faut dire qu’en ce moment la mode est à l’ultra libéralisme puisque certains proposent même que la plupart des travailleurs se transforment en auto entrepreneurs, pour parler clair en journalier du XVIIIe siècle mal rémunéré et corvéable à merci en fonction des carnets de commandes.  Des salariés devenant Auto entrepreneurs, le rêve de certains qui veulent supprimer le salariat et ses contraintes économiques et sociales. L’intermédiation numérique justifierait ce changement de statut. Revenons d’abord sur la définition que donne Wikipedia à la définition de journalier :  « Les termes de  brassier » et  manouvrier » (terme qui a perduré avec « manœuvre ») ont un sens proche et désignent également des ouvriers agricoles pauvres ; les deux mots indiquent une personne qui loue sa force physique, ses bras ou ses mains, et qui donc ne possède pas de train de culture (charrue et animaux de trait, bœufs, cheval ou mulet). Les journaliers et manouvriers existaient aussi dans les villes, pratiquant une multitude de petits métiers et louant là leurs bras à la journée. Celui qui s’en sortait le mieux était celui qui réussissait à se faire embaucher régulièrement, même si les salaires étaient minimes. ». En France le nombre d’autos entrepreneur ne cesse de progresser en raison notamment de la situation du chômage. Mais pour quel revenu ? Une enquête de 2011 effectuées par l’INSEE donne des éléments de réponse : «C’est une enquête INSEE qui révèle le revenu moyen d’un auto-entrepreneur en 2011. Alors même que le régime connaît un franc succès dans tous les secteurs d’activité ou il est éligible, les autoentrepreneurs semblent, globalement, avoir du mal à se générer un revenu décent. Explications.5430 euros par an : c’est le revenu moyen d’un auto-entrepreneur en 2011, année où ils étaient 416.000. L’autre solution consiste à libéraliser totalement les licenciements pour ceux qui resteraient salariés. C’est le projet du gouvernement qui permet de s’affranchir de pratiquement toutes les contraintes en matière de licenciement. Encore une fois des modernisations du marché du travail sont nécessaires mais elles doivent cependant équilibrer des objectifs de souplesse avec des garanties sociales. En outre une telle évolution suppose un travail pédagogique auprès des acteurs d’abord pour qu’ils comprennent  l’enjeu de la réforme, qu’ils en mesurent l’importance et trouvent  les compromis nécessaires entre les problématiques économiques et sociales. Or ce qui est surtout contestable dans la réforme du gouvernement c’est son déséquilibre, son manque de pédagogie,  finalement sa brutalité. En libéralisant brutalement les licenciements, Manuel Valls se rapproche davantage des modes de régulation sociale du XVIIIe siècle que du XXIe siècle.

Politiques : le triomphe des « dingos »

Politiques : le triomphe des « dingos »

 

Dans une période caractérisée par des mutations systémiques qui affectent tous les champs de la société, champs économique, social, environnemental, technologique et sociétal, la compréhension des transformations en cours exigerait d’accepter la complexité. Or cette complexité est anxiogène et beaucoup se réfugient  derrière des analystes simplistes voire mensongères. Les partisans de la raison trouvent peu d’écho dans l’opinion publique et au plan mondial les porteurs de vision caricaturale ont le vent en poupe. En vrac on peut citer Poutine, Trump, le dictateur coréen, Bachar al-Assad, Boris Johnson et en France, Marine Le Pen, Morano ou Mélenchon. Certes ils présentent  des caractéristiques différentes mais ils ont en commun l’outrance, la vulgarité et la radicalité. Extrémistes de droite ou de gauche mais qui finissent  sur certains aspects par se retrouver exemple concernant l’Europe, la lutte contre l’État islamique, les migrants, la Russie. D’une certaine manière au plan international émergent ce moment sur la scène politique les dingos. Des dingos manipulateurs dont le discours caricatural donne une légitimité aux plus bas instincts de l’humanité. Ce sont les chantres du déclinisme  qui prône le repli sur soi,  le transfert systématique de responsabilité sur autrui,  souvent le rejet de la différence. La plupart sont des exhibitionnistes notoires prêts à montrer leurs culs pour exister. Ils sont tristes, pitoyables, haineux sauf Boris Johnson ou Trump  qui eux   font dans le mode burlesque. Mais ces  dingos trouvent  des relais dans une opinion qui cherche des arguments simplificateurs et surtout des boucs émissaires. Pour Poutine les occidentaux sont responsables de la très grave crise économique et sociale qui secoue son pays. Pour Trump,  ce sont les migrants mexicains. Pour le dictateur coréen ce sont des États-Unis,  pour Bachar El Assad les occidentaux, pour Boris Johnson, Marine le Pen, Morano ou Mélenchon,  c’est la faute à l’Europe. Certes certains facteurs explicatifs peuvent être soumis à la discussion mais pas d’une manière aussi outrancière, simplificatrice et intolérante. À noter qu’au-delà du fond la plupart des intéressés présentent  des troubles caractériels qui permettent effectivement de les rattacher à la catégorie des dingos de la politique. Or dans l’histoire certain dingos ont laissé des traces tragiques.

Les centrales nucléaires prolongées de dix ans

Les centrales nucléaires  prolongées de dix ans

Face à la crise financière dramatique d’EDF pas d’autre solution que le prolongement des centrales actuelles ;  ce que viendrait de décider, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal qui « accèderait » à la demande d’EDF visant à prolonger la durée de vie des centrales nucléaires françaises de 40 à 50 ans. Cette annonce fixée par un décret pluriannuel de l’énergie serait quasiment rédigée.   Du côté d’EDF, cette mesure était attendue alors que la société s’apprête à lancer un grand carénage. Cette opération devrait représenter un coût de 50 milliards d’euros sur dix ans selon EDF. La Cour des Comptes tablerait plutôt sur un coût de 100 milliards d’euros sur 15 ans. De toute manière la situation financière d’EDF est dramatique.  Récemment le patron d’EDF à ouvert la porte à de nouvelles modalités de financement du nucléaire. Et pour cause !  L’entreprise est sans doute au bord de la rupture financière en tout cas à moyen et long terme du coup ;  il faudra sans doute envisager pour les prochaines années une augmentation de l’ordre de 50 % du prix de l’électricité. D’une manière générale,  le coût de l’électricité d’origine nucléaire a été complètement sous-estimé en France comme dans le monde. Discrètement mais sûrement le patron d’EDF ouvre le débat pour un changement des modalités de financement des centrales nucléaires. Il faut dire que la situation financière d’EDF est intenable. Il faut d’abord apurer une énorme dette de 40 milliards, ensuite trouver 50 milliards (100 milliards pour la Cour des comptes)  pour les travaux permettant de prolonger la durée de vie du parc nucléaire actuel. Financer aussi au moins en partie les 25 à 50 milliards du site d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure en Moselle ; un site d’enfouissement qui va permettre de participer au démantèlement du parc nucléaire actuel. Un démantèlement dont le coût est fixé autour de 15 milliards et qui pourrait être plus proche de 100 milliards. On objectera que la question du démantèlement permettra à EDF (et a à Areva) d’acquérir un savoir-faire pour intervenir sur l’énorme marché du démantèlement des centrales le monde. Enfin il faudra faire face à un besoin de financement de 200 milliards à terme pour le renouvellement du parc nucléaire. En clair EDF ne pourra  affronter  seule  ces défis même avec une augmentation régulière du prix de l’électricité  (il est prévu une augmentation moyenne de 2,5 % par an  pendant plusieurs années) ou par des seules suppressions d’effectifs. Ce que confirmait le patron d’EDF dans une interview du JDD.  « . En France, nos parts de marché reculent, donc on ne doit pas prendre de retard. Notre dette est élevée et nous devons faire des arbitrages sur nos activités futures. Nous n’avons plus les moyens de tout garder à l’étranger, ou de tout construire seuls »

Actu, infos, économie, social, politique: articles les plus lus

Actu, infos, économie, social, politique: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

France : croissance dans le rouge en février

France : croissance dans le rouge en février

L’activité dans le secteur privé en France s’est légèrement contractée en février après 12 mois consécutifs en zone de croissance, sous l’effet notamment d’une baisse des nouvelles commandes, selon la version flash des indices PMI de Markit publiée lundi. Le recul a surtout touché les services, dont le petit rebond de janvier après une fin d’année 2015 parasitée par les attentats de Paris et Saint-Denis n’a pas tenu. L’indice du secteur est retombé à 49,8, contre 50,3 en janvier, la barre de 50 marquant la séparation entre croissance et contraction de l’activité. L’indice du secteur manufacturier a, lui, légèrement progressé à 50,3, contre 50,0 un mois plus tôt. Mais sa composante production est tombée à 49,6, un plus bas de six mois. Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un indice manufacturier à 49,9 et un indice des services à 50,3. L’indice composite, qui combine des éléments des indices du secteur manufacturier et des services, a baissé à 49,8, repassant sous la barre des 50 pour la première fois depuis janvier 2015. Markit souligne que les nouvelles commandes enregistrées par les entreprises françaises ont diminué pour la première fois depuis six mois en février. Les chefs d’entreprise interrogés font état d’une légère baisse de leurs carnets de commandes mais aussi d’une hausse limitée de leurs effectifs.

Loi du travail : El Khomri contestée au PS

Loi du travail : El Khomri contestée  au PS

 

 

Deux parlementaires du parti socialiste contestent assez durement le projet de loi de Myriam El Khomri y comprit sa légitimité et sa compétence.

 

Déclaration de Yann Galut, député (PS) du Cher et Conseiller Départemental, membre du bureau national du Parti Socialiste
Romain Blachier Adjoint (PS) au Maire de Lyon 7e et conseiller Métropolitain du Grand Lyon, membre du conseil national du Parti Socialiste
« La Ministre disposant d’une expérience professionnelle acquise uniquement dans le monde politique, ignore visiblement qu’il est très facile, par exemple pour un grand groupe privé ou public, de déclarer en déficit l’une de ses branches par un jeu comptable. C’est pourquoi jusqu’à présent un contrôle pouvait exister et sera supprimé si la Ministre réussi à faire passer son point de vue. Cette loi risque tout simplement d’ajouter des chômeurs aux déjà nombreux inscrits à Pole Emploi sans aider aucunement les entreprises à trouver de nouveaux clients. De même, la possibilité de faire oeuvrer les salariés 25 heures hebdomadaires au-dessus du seuil actuel, soit 60 heures par semaine, est un véritable danger pour l’emploi dans notre pays. Faire travailler beaucoup quelques-uns quand d’autres n’ont du tout de gagne-pain est une absurdité. Et une véritable incitation à la culture d’un chômage élevé, véritable dogme chez nombre de classes dirigeantes françaises. Au lieu de créer des nouveaux postes de travail, on laissera davantage de personnes privées d’emploi à la porte des entreprises. Et les heures supplémentaires ainsi dégagées sont moins bien payées qu’auparavant, bien moins d’ailleurs en pourcentage qu’en Chine, pays qui ne passe pourtant pas pour un modèle social éclairé. Bien pire, il sera possible de se retrouver à travailler 5 heures de plus par semaine à certaines périodes sans aucune compensation. Alors que des millions de personne ne demandent qu’à trouver un moyen de vivre, eux et leurs familles. Avec de telles mesures, ce seront autant de salariés qui ne pourront pas trouver d’emploi. Et qui devront se contenter de vivre d’allocations de la collectivité. Avec une telle mesure, ce seront autant d’emplois qui ne seront pas créés et autant de semaines de très dur labeur pour les quelques salariés qui seront dans l’entreprise, au détriment de leurs familles et de leur bien-être. Autre dispositif visant involontairement à favoriser le chômage: celle du plafonnement des réparations des dommages subis par les salariés. Ce serait une première en Droit que d’ignorer ce principe « le propre de la réparation est de rétablir aussi exactement que possible l’équilibre détruit par le dommage. Et de replacer la victime dans la situation où elle se serait trouvée, si l’acte dommageable n’avait pas eu lieu. ». Il est anormal qu’une situation spéciale soie faite pour les travailleurs privés d’emploi par une faute de leur employeur. Et risque là encore une fois, d’amener de nouveau salariés au chômage puisque la sanction pour licenciement illicite sera plus légère. Le premier besoin des entreprises, la Ministre ne semble visiblement pas le voir, c’est des clients et de l’innovation Ce n’est pas non plus en rendant gratuit les astreintes le week-end, en ne comptant pas le temps d’habillage en tenue professionnelle pour les ouvriers ou en faisant travailler des mineurs 10 heures par jours, autres aspects du projet de loi, que nous diminuerons le chômage dans notre pays. Mais nous créons à coup sûr, en plus du chômage supplémentaire, de nombreuses injustices. Il serait bon que notre Ministre aille connaitre un jour sa 1ere expérience en entreprise, publique ou privé pour connaitre concrètement la réalité des salariés et des indépendants dans notre pays. C’est en réfléchissant au pouvoir d’achat, à l’innovation (rappelons que les budgets de recherche sont en berne dans notre pays, alors que nos entreprises ont besoin d’innover), aux green-techs, aux simplification administratives comme cela a déjà commencé d’être fait par ailleurs, au locavore, à relancer nos exportations, à diminuer notre dépendance au pétrole, au partage du travail, à la question du rapport entre actionnaires et salariés, en agissant pour l’emploi à partir des territoires, en pensant aussi et surtout que le premier besoin de l’entreprise est celui d’avoir des clients et un carnet de commande rempli, que nous relancerons la machine de l’emploi et de la compétitivité. Pas en rendant plus facile la création de nouveaux chômeurs et en instaurant de nouvelles injustices. »

Assurance-chômage : un nouveau bras-de-fer mal entamé

Assurance-chômage : un nouveau bras-de-fer mal entamé

Il serait étonnant que les discussions relatives à la nouvelle convention d’assurance chômage ne s’éternisent pas encore voire même qu’elles finissent  dans un cul-de-sac contraignant alors  le gouvernement à prendre des décisions à la place des partenaires sociaux. Il faut convenir que la négociation débute dans un environnement plombé d’une part par la crise,  d’autre part par une réforme du travail très contestée par les syndicats et même très en colère. Conséquence de la crise,  plus le chômage se développe moins il y a de cotisants et plus il y a de bénéficiaires de l’allocation chômage. Mécaniquement le déficit s’accroît. Un déficit annuel de près de 4 milliards en 2016 qui s’ajoutent aux précédents pour aboutir à une dette qui sera d’environ 30 milliards en 2016. Pas d’autres solutions soit d’augmenter les cotisations, ce à quoi les patrons s’opposeront fermement, soit diminuer  les prestations,  ce à  quoi s’opposeront les syndicats. Cette négociation s’ouvre dans un climat particulièrement délétère en raison notamment du projet de loi sur la réforme du travail, réforme essentiellement inspirée par le Medef avec l’opposition à peu près unanime de tous les syndicats. Du cou, p la mauvaise humeur des syndicats de salariés pourrait bien se manifester à l’occasion de la renégociation de la convention relative à l’indemnisation du chômage. Les syndicats pourront  toujours argumenter puisque le montant moyen de l’allocation perçue dépasse à peine 1000 € nette par mois.  Dans le détail, 99% des demandeurs d’emploi indemnisés perçoivent moins de 3.872 euros brut par mois, 95% moins de 2.079 euros et 50% moins de 1.031 euros. Quant à la fameuse allocation maximale de 7.183 euros brut par mois, elle est perçue par… 1.440 allocataires, soit 0,04% des bénéficiaires. Les allocataires concernés sont des personnes qui percevaient un salaire d’au moins 12.516 euros bruts par mois en 2014. Et ils ont droit à une allocation égale à 57% de leur ancien salaire (dans la limite de ces 12.516 euros). Différentes hypothèses sont envisagées pour rééquilibrer les comptes mais compte tenu de l’ampleur du déficit annuel il est vraisemblable qu’il conviendra d’agir sur tous les paramètres entre parenthèses cotisations, montant des allocations, chant des cotisations comme les contrats courts. Le gouvernement lui semble militer surtout en faveur d’une dégressivité des allocations chômage.  Plusieurs pays européens ont institué une dégressivité des allocations. Ainsi, en Espagne, une réduction du montant de l’allocation de 10 points (de 60% à 50%) du salaire de référence a été instituée à partir du 7e mois. La Belgique sert une allocation dégressive par paliers correspondant aux périodes d’indemnisation. Et le Portugal sert une allocation réduite de 10% à partir du 181e jour d’indemnisation depuis le 1er avril 2012. En France, la question de l’instauration de la dégressivité des allocations est également mise régulièrement sur la table. Cependant il faut noter que  70 % des allocataires sont-indemnisés pendant moins d’un an.

 

Notre-Dame-des-Landes : Royal et Ayrault en desaccord

Notre-Dame-des-Landes : Royal et Ayrault en desaccord

 

Ségolène Royal et Jean-Marc Ayrault sont en total désaccord concernant Notre Dame des landes. Désaccord sur le projet puisque Ségolène Royal, elle, a  souhaité une alternative à Notre-Dame des Landes tandis que Jean-Marc Ayrault lui s’est toujours prononcé pour la réalisation du nouvel aéroport. Désaccord aussi et qui découle du précédent concernant le champ du référendum. Ségolène Royal souhaite élargir le plus possible aux autres départements de la région tandis que Jean-Marc Ayrault veut le circonscrire au seul département de Loire Atlantique. En cause des résultats probables différents selon la zone géographique choisie pour l’organisation du référendum. En Loire-Atlantique les avis favorables à Notre-Dame des Landes sont de l’ordre  de 65 % mais seulement de 60 % voire moins dans l’espace régional tandis  qu’au plan national l’opinion est défavorable. De toute manière ce référendum est un piège puisqu’il ne peut avoir aucune valeur juridique. D’autant que la décision du gouvernement est déjà prise et qu’on ne sous qu’on ne saurait soumettre cette décision d’intérêt national un référendum local. Lors de l’émission « Le Grand Rendez-Vous » sur Europe 1/ »Le Monde »/iTélé, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, s’est donc prononcée en faveur d’un élargissement de la consultation populaire aux autres départements de la région. A l’inverse, quelques heures plus tôt, sur France 3, Jean-Marc Ayrault, le ministre des Affaires étrangères et ancien maire de Nantes, s’est dit favorable à un référendum limité au département de la Loire-Atlantique.  Très impliqué dans le dossier et champion du remplacement de l’aéroport Nantes Atlantique par celui de Notre-Dame-des-Landes, l’ancien maire deNantes, a rappelé sur France 3, qu’il souhaitait que le référendum concerne uniquement « le périmètre le plus proche du territoire impacté ». Pour le ministre des Affaires étrangères, il s’agit d’augmenter les chances de voir l’aéroport plébiscité en circonscrivant le référendum à un périmètre restreint où le projet est apprécié.

 Avec AFP

Croissance Japon: industrie manufacturiere à plat

Croissance Japon: industrie manufacturiere à plat

 

Encore une mauvaise nouvelle pour l’économie mondiale avec ce très mauvais chiffre de l’industrie manufacturière du Japon qui témoigne d’un net tassement de la croissance partout. Le plus inquiétant ce sont les perspectives de commande en très net recul en février par rapport à janvier. L’indice PMI Markit/Nikkei corrigé des variations saisonnières est tombé à 50,2 en février, tandis qu’il s’établissait en janvier à un chiffre final de 52,3. Il reste toutefois au-dessus de la limite de 50, qui sépare contraction et expansion, pour le dixième mois d’affilée. Le sous-indice des entrées de commandes à l’export a baissé à 47,9, contre 53,1 en janvier, ce qui constituerait sa plus forte contraction mensuelle depuis février 2013 si les chiffres étaient confirmés dans leur version définitive. La chute des exportations est la plus forte depuis la crise de 2008, en raison notamment d’un ralentissement des économies émergentes. Les entreprises japonaises ont baissé leurs prix de vente pour le troisième mois consécutif, et plus fortement qu’en janvier, reflet à la fois de la mollesse de la demande et de la baisse des prix des matières premières

 

(Avec Reuters)

123456...16



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol