• Accueil
  • > Archives pour février 2016

Archive mensuelle de février 2016

Page 16 sur 16

Risque d’échouage du cargo « Modern Express » ou la folie du gigantisme

Risque d’échouage du cargo « Modern Express » ou la folie du gigantisme

Jusqu’àlors  toutes les tentatives de remorquage du cargo moderne express ont échoué. En cause, le mauvais temps bien sûr mais aussi l’absence de remorqueur et la folie du gigantisme- Le roulier de 164 mètres transporte 3.600 tonnes de bois et des engins de travaux publics. La première responsabilité de cette possible catastrophe incombe d’abord à l’Etat puisque la France ne dispose pas dans cette zone maritime de remorqueur et cela depuis 2011 !  Ensuite bien sûr le gigantisme même si ce bateau de plus de 160 m est loin d’atteindre les records par exemple celui du dernier porte containers le Bougainville qui lui fait 400 m de long ! Un porte container qui peut transporter 18 000 boîtes alors que le plus grand peut même en transporter jusqu’à 20 000.  On peut évidemment comprendre que dans ce souci de compétitivité avec les autres armements maritimes on recherche des gains de productivité en accroissant la taille des navires. Pour autant cette course au gigantisme est en  contradiction avec certaines préoccupations environnementales ;  on a vu par exemple ce qu’amener ce gigantisme en matière de transport de pétrole en cas d’accident. Les portes conteneurs transportent toutes sortes de marchandises y compris des produits chimiques dangereux. Contrairement à ce qui est affirmé on peut douter du caractère plus écologique de ce transport massif. Enfin il convient de se poser la question de l’utilité environnementale de la mobilité pour des produits qui effectuent des milliers de kilomètres alors qu’on pourrait davantage consommer sur place, réduire ainsi de manière significative les émissions polluantes  relatives à ces déplacements.

Un plan très partiel pour la filière porcine

Un plan très partiel pour la filière porcine 

 

 

 

Et encore un nouveau plan pour la filière porcine victime à la fois d’une crise conjoncturelle mais surtout structurelle.  D’un point de vue conjoncturel, il y a actuellement en Europe une surproduction liée à la fermeture du marché russe. Du coup, les porcs notamment allemands se réorientent vers l’union européenne notamment vers la France. La crise est toutefois plus structurelle ;  elle met en cause le caractère industriel de la filière.  On produit de plus en plus de porcs mais à des prix  insuffisant pour couvrir les coûts. Le coût  de production en France est de l’ordre de 1, 55 € le kilo alors qu’il se négocie en réalité très en dessous du prix théorique de 1,40 euros. En cause,  l’explosion des charges qui tue la compétitivité en France en particulier. Des charges de toutes natures (notamment la hausse de l’alimentation du bétail), des contraintes réglementaires qui tuent la rentabilité de l’activité avec en plus une répartition de la valeur ajoutée au détriment des éleveurs. Le port se négocie aujourd’hui à peu près au même prix qu’il y a 30 ans alors que les charges ont explosé. Ce qui est en cause également c’est  la dégradation de la qualité du produit liée à l’industrialisation de la production. Mais pour un produit de qualité il faudrait compter sur un prix d’achat à l’élevage d’au moins deux euros le kilo. Par ailleurs pour la grande distribution, le prix est l’argument  de vente numéro un ;  du coup, certes le porc (qui progressivement s’est substitué aux autres viandes)  est effectivement de plus en plus abordable pour le consommateur mais cela grâce à une  qualité très médiocre. Témoin ces côtes de porc qui moussent  dans la poêle et qui une fois cuite ressemblent  à des semelles de chaussures. La question n’est donc pas simple elle met en cause la régulation européenne que l’Europe a confié au seul marché, elle met en cause la filière et la répartition de la valeur ajoutée, elle met en cause le poids de la fiscalité et de la réglementation française enfin elle met en cause le comportement de la distribution et des consommateurs. Le ministre de l’Agriculture et son collègue de la Défense, président de la région Bretagne, ont annoncé dimanche la prochaine mise au point d’un nouveau plan de sauvetage de la filière porcine bretonne, en grande difficulté. En attendant Jean-Yves le Drian président de la région Bretagne, par ailleurs ministre de la défense et Stéphane le Foll ministre de l’agriculture vont essayer de bricoler un nouveau plan dans l’urgence afin d’atténuer la colère des éleveurs de porcs.

Notre-Dame des Landes : Ségolène Royal veut un nouveau rapport

Notre-Dame des Landes : Ségolène Royal veut un nouveau rapport

 

Le bras de fer continue entre Manuel Valls et Ségolène Royal. Manuel Valls qui veut imposer à marche forcée le lancement du chantier du nouvel aéroport de Notre-Dame des Landes. Alors que Ségolène Royal elle est plus que réservée sur la pertinence de ce projet. Du coup Ségolène Royal a demandé que soit réalisé rapidement un rapport sur des projets alternatifs ou complémentaires.  On se souvient que la justice a prononcé une sorte de jugement de Salomon concernant les résidents de Notre-Dame des Landes ;  Elle  a en effet autorisé les expulsions mais sans contrainte financière. Le juge a pris en compte la protestation concernant ce projet mais tout autant les hésitations des pouvoirs publics ;  des hésitations qui constituent même des contradictions puisque Ségolène a manifesté son opposition à ce projet à l’inverse de Valls lui qui y est très favorable tandis que François Hollande souhaiterait un apaisement, autrement dit un report dans le temps. Jacques Bankir, ancien directeur des aéroports à Air France, contestait dans les Echos la pertinence de ce nouvel aéroport de Nantes» (d’autres experts également)  «  Une idée dépassée de hub provincial. Un aéroport grand comme Heathrow à Londres, le premier d’Europe, qui traite 70 millions de passagers sur 1.300 hectares. Cela dans l’espoir de traiter, peut-être, 7 millions de passagers vers 2030, alors que Nantes dispose d’un excellent aéroport, sacré en 2012 meilleur aéroport régional d’Europe. Une commission du dialogue a été instaurée et a rendu, en avril 2013, un rapport très raisonnable demandant que l’on étudie la possibilité de développer l’aéroport existant. L’administration s’est acharnée à démontrer que cela coûterait plus cher que de construire l’aéroport neuf. On peut toujours trouver les hypothèses qui vont bien. Par exemple, on ne tient pas compte du fait que les avions sont de plus en plus silencieux. On sous-estime aussi l’augmentation de capacité des avions, alors qu’il y a un net décalage entre croissance du nombre de passagers et stagnation du nombre de décollages. Or seul ce paramètre joue sur la saturation de la piste. On veut ignorer que bien des aéroports vivent avec une seule piste et en tirent quatre à cinq fois le trafic espéré à Nantes dans vingt ans : San Diego, Gatwick, Lisbonne, Genève. On prétend que le bruit augmentera à Nantes, mais on ne fait surtout rien pour diminuer la (faible) gêne actuelle, alors même que tous les constats objectifs faits à Londres, Paris ou ailleurs pointent la diminution du bruit d’une année à l’autre. On veut construire une aérogare de standing, là où Marseille et Bordeaux ont construit des extensions parfaitement adaptées aux low cost, pour une bouchée de pain. En France, Vatry, Metz-Nancy ont été des échecs patents. Un aéroport voulu par les politiques alors qu’il n’y a pas de marché, qui va remplacer 1.300 hectares de zones humides par du ciment sans aucun besoin, est une absurdité. Ainsi Lyon, avec sa belle plate-forme et ses deux pistes magnifiques, végète, à 100 kilomètres de Genève, qui prospère avec sa piste unique et tous les obstacles alentour. ». Pas étonnant devant ses arguments économiques et environnementaux si Ségolène s’interroge et si elle a demandé une étude portant sur» les grandes stratégies aéroportuaires sur l’ouest de la France, s’il y a des choses complémentaires, si on peut mettre des aéroports en réseau ».

Baisse des allocations chômage ? (El Khomri)

Baisse des allocations chômage ? (El Khomri)

La décision n’est pas encore prise puisque la nouvelle convention doit être discutée par les partenaires sociaux en février avec application à partir de juillet. Pas forcément une baisse mais une dégressivité,  l’objectif étend d’inciter les demandeurs d’emploi à ce réinsérer professionnellement le plus rapidement possible. La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a affirmé dimanche sur BFMTV que « toutes les pistes » devaient être étudiées pour négocier les nouvelles règles de l’assurance chômage, y compris la dégressivité des allocations, précisant que le gouvernement « prendrait ses responsabilités » en l’absence d’accord entre partenaires sociaux. Il est en effet possible que les partenaires sociaux aient  un peu de difficulté à trouver un compromis. Il leur faut d’abord se mettre d’accord sur les équilibres financiers annuels de l’Unedic or le nombre de chômeurs ne cesse d’augmenter au mieux, pour 2016 il pourra se stabiliser. Il faudrait aussi tenter de commencer à apurer l’énorme dette cumulée de l’Unedic qui attendra de l’ordre de 30 milliards d’ici la fin de l’année.  de nouvelles mesures d’économies seront donc nécessaires mais il n’est pas certain que les partenaires sociaux parviennent à un accord sur ce concept de dégressivité des allocations chômage. « Si les partenaires sociaux n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la nouvelle convention de l’assurance chômage, le gouvernement prendra ses responsabilités et évoquera toutes les pistes, nous prendrons un décret », a dit la ministre, interrogée sur la possibilité de réintroduire la dégressivité des allocations chômage. « La dégressivité avait été mise en oeuvre de 1992 à 2001, elle n’a pas montré, d’après les études, que ça avait joué un rôle sur les personnes les plus en difficulté. Il faut regarder les choses de façon non passionnée et mettre en œuvre cette nouvelle convention pour favoriser le retour à l’emploi », a-t-elle poursuivi.  En présentant son plan pour l’emploi le 18 janvier, François Hollande avait souligné qu’en France « la durée d’indemnisation est la plus longue d’Europe », mais que la « durée de formation des chômeurs » était « la plus courte ».

Vers une guerre des monnaies ?

Vers une guerre des monnaies ?

 

Avec la décision surprise de la Banque centrale du Japon de mettre en place des taux d’intérêt négatif on s’engage sans doute vers un renforcement de la guerre des monnaies. L’objectif en quelque sorte est de mettre en place une rémunération négative des dépôts des banques. Et d’empêcher la stérilisation des dépôts afin qu’ils puissent être réinjectés dans l’économie réelle. Une telle décision pourrait être prise prochainement aussi par la Banque centrale européenne voire d’autres banques centrales. Dans la zone euro, le taux central est à son plus bas historique de 0,05%. Au Japon, en Europe mais aussi aux États-Unis l’objectif est de lutter contre une inflation trop faible voir inexistante. Mécaniquement la mise en place de taux d’intérêt négatif va bouleverser la parité des monnaies. Une situation qui risque de rajouter des incertitudes aux inquiétudes ambiantes relatives aux perspectives du commerce international. Du côté de la Banque centrale des États-Unis,  il n’est pas question de s’engager vers des taux négatif ;  par contre la perspective d’un relèvement des taux en mars s’éloigne de plus en plus surtout en raison de la baisse surprise de la croissance au  dernier trimestre 2015. Au sein de la B anque centrale européenne, les avis sont assez divergents sur une accentuation de la politique accommodante notamment vis-à-vis de l’hypothèse d’une baisse des taux et d’un accroissement du rachat d’actifs. La crainte c’est que le gonflement artificiel de la masse monétaire ne vienne pas directement alimenter l’économie réelle mais qu’elles servent à favoriser des risques de bulles immobilières et financières. « Il faut mettre un terme à la politique de taux zéro » pratiquée par l’institution, plaide Jörg Krämer, de Commerzbank, économiste en vue, dans une tribune publiée jeudi dans la presse allemande. L’inflation en zone euro n’a été que de 0,2% en 2015 d’après les données d’Eurostat publiées mardi 5 janvier. Les prix du pétrole, qui ont poursuivi leur chute cette année, sont l’une des principales causes de la faiblesse de ce chiffre. Hors prix de l’énergie, l’inflation « core » (ou « sous-jacente ») en zone euro a en effet été de 0,9% cette année, un chiffre légèrement plus élevé. Le phénomène est particulièrement criant en Allemagne, où l’inflation a été négative en décembre par rapport à novembre (-0,1%) alors que les attentes étaient positives (+0,2%). Quel que soit le chiffre retenu, l’inflation en zone euro reste encore bien loin de l’objectif poursuivi par la Banque Centrale Européenne (BCE). Celle-ci cherche en effet à faire remonter l’inflation en zone euro à un taux « inférieur mais proche de 2% », selon une formule définie dès sa création en 1998.Mais  En dépit de politiques de plus en plus accommodante il n’est pas certain que les banques centrales parviennent à faire gonfler l’inflation.

Migrants : 77% des Français pour l’expulsion si la demande d’asile a été rejetée

Migrants : 77% des Français pour l’expulsion si la demande d’asile a été rejetée

Si une majorité se dégage toujours pour faciliter l’intégration des migrants par contre plus des trois quarts (77%) des Français souhaitent que l’on oblige les migrants dont la demande d’asile a été rejetée à quitter le territoire national, selon un sondage réalisé par BVA pour Orange et iTELE et publié dimanche. Ce chiffre est en progression régulière depuis un an (70% en mai et 73% en novembre 2015), note l’institut de sondage, qui observe que si les sympathisants de gauche sont moins nombreux qu’à droite à partager cette opinion, elle est quand même majoritaire chez eux (52%). Quelque 52% des sondés souhaitent que la France facilite l’intégration des migrants (contre 45% qui y sont hostiles), « des résultats qui n’ont pas évolué depuis mai 2015″, selon BVA. Seuls 26% des sondés estiment que la France devrait accueillir davantage de migrants, étant donné que d’autres pays européens en accueillent un nombre plus important. Enfin, 73% des personnes interrogées sont favorables à l’intervention de l’armée en soutien de la police ou de la gendarmerie pour sécuriser certaines zones où les migrants sont rassemblés, comme à Calais, point de passage le plus proche vers la Grande-Bretagne .

Reuters

Une croissance 2016 inférieure à 1% (Marc Touati)

Une croissance 2016 inférieure à 1% (Marc Touati)

Le gouvernement s’obstine à annoncer une croissance française de 1,5 % en 2016, qui permettrait de faire (enfin !) baisser le chômage et de remplir les objectifs de réduction des déficits publics. Soyons clairs et directs : non seulement, cette prévision ne sera pas atteinte, mais, qui plus est, la croissance du PIB français en 2016 sera, selon nos estimations, de 0,7%. Nous sommes donc au regret d’annoncer que, compte tenu de cette faiblesse de l’activité, le chômage réel continuera d’augmenter. Soyons clairs et directs : non seulement, cette prévision ne sera pas atteinte, mais, qui plus est, la croissance du PIB français en 2016 sera, selon nos estimations, de 0,7%. Nous sommes donc au regret d’annoncer que, compte tenu de cette faiblesse de l’activité, le chômage réel continuera d’augmenter. En 2015, La France aurait vécu un alignement de planètes, à savoir : la baisse successive du prix du pétrole, des matières premières, de la devise Euro et les liquidités produites par la BCE. « Alors que nous aurions dû réaliser près de 3% de croissance nous faisons qu’ 1.1% », regrette-t-il.  Pour comparaison, l’ensemble de la zone euro a réalisé 1.5% de croissance. « La France n’a pas su transformer l’essai à cause d’une économie rigide. Nous sommes la lanterne rouge de l’espace économique européen », tranche Marc Touati. Par ailleurs, l’économiste remet en doute le chiffre publié jeudi 28 janvier. Tout d’abord, le commerce extérieur ne repart pas à la hausse et le chiffre de 1.1% est gonflé par les stocks artificiels des entreprises. C’est-à-dire que les entreprises françaises comptaient vendre plus qu’elles ne l’ont fait; « Les données de l’Insee sont à prendre avec des pincettes, alerte Marc Touati. On est plus dans le marketing que dans la réalité économique ». La vérité est bien plus crue pour l’économiste : « nous sommes à la traîne et le chômage n’a jamais été aussi haut. » L’économiste s’essaye même a une comparaison résumant cette situation morose : « Nous avons une reprise chamallow couplé à un chômage Carambar ». La faute à une pression fiscale trop forte et à un modèle français rigide.

1...1213141516



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol