Assurance-chômage : un nouveau bras-de-fer mal entamé

Assurance-chômage : un nouveau bras-de-fer mal entamé

Il serait étonnant que les discussions relatives à la nouvelle convention d’assurance chômage ne s’éternisent pas encore voire même qu’elles finissent  dans un cul-de-sac contraignant alors  le gouvernement à prendre des décisions à la place des partenaires sociaux. Il faut convenir que la négociation débute dans un environnement plombé d’une part par la crise,  d’autre part par une réforme du travail très contestée par les syndicats et même très en colère. Conséquence de la crise,  plus le chômage se développe moins il y a de cotisants et plus il y a de bénéficiaires de l’allocation chômage. Mécaniquement le déficit s’accroît. Un déficit annuel de près de 4 milliards en 2016 qui s’ajoutent aux précédents pour aboutir à une dette qui sera d’environ 30 milliards en 2016. Pas d’autres solutions soit d’augmenter les cotisations, ce à quoi les patrons s’opposeront fermement, soit diminuer  les prestations,  ce à  quoi s’opposeront les syndicats. Cette négociation s’ouvre dans un climat particulièrement délétère en raison notamment du projet de loi sur la réforme du travail, réforme essentiellement inspirée par le Medef avec l’opposition à peu près unanime de tous les syndicats. Du cou, p la mauvaise humeur des syndicats de salariés pourrait bien se manifester à l’occasion de la renégociation de la convention relative à l’indemnisation du chômage. Les syndicats pourront  toujours argumenter puisque le montant moyen de l’allocation perçue dépasse à peine 1000 € nette par mois.  Dans le détail, 99% des demandeurs d’emploi indemnisés perçoivent moins de 3.872 euros brut par mois, 95% moins de 2.079 euros et 50% moins de 1.031 euros. Quant à la fameuse allocation maximale de 7.183 euros brut par mois, elle est perçue par… 1.440 allocataires, soit 0,04% des bénéficiaires. Les allocataires concernés sont des personnes qui percevaient un salaire d’au moins 12.516 euros bruts par mois en 2014. Et ils ont droit à une allocation égale à 57% de leur ancien salaire (dans la limite de ces 12.516 euros). Différentes hypothèses sont envisagées pour rééquilibrer les comptes mais compte tenu de l’ampleur du déficit annuel il est vraisemblable qu’il conviendra d’agir sur tous les paramètres entre parenthèses cotisations, montant des allocations, chant des cotisations comme les contrats courts. Le gouvernement lui semble militer surtout en faveur d’une dégressivité des allocations chômage.  Plusieurs pays européens ont institué une dégressivité des allocations. Ainsi, en Espagne, une réduction du montant de l’allocation de 10 points (de 60% à 50%) du salaire de référence a été instituée à partir du 7e mois. La Belgique sert une allocation dégressive par paliers correspondant aux périodes d’indemnisation. Et le Portugal sert une allocation réduite de 10% à partir du 181e jour d’indemnisation depuis le 1er avril 2012. En France, la question de l’instauration de la dégressivité des allocations est également mise régulièrement sur la table. Cependant il faut noter que  70 % des allocataires sont-indemnisés pendant moins d’un an.

 

0 Réponses à “Assurance-chômage : un nouveau bras-de-fer mal entamé”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol