Un nouveau gouvernement de campagne électorale

Un nouveau gouvernement de campagne électorale

Le nouveau gouvernement n’a évidemment pas pour objet de gérer le pays mais pour principal fonction de préparer la campagne électorale de François Hollande. L’élargissement vise d’abord à cadenasser les oppositions de gauche. Au sein du PS l’influence des frondeurs commençait à peser dangereusement d’autant plus que des poids-lourds soutenaient la contestation. Parmi ces poids-lourds Jean-Marc Ayrault dont les critiques étaient de plus en plus vives vis-à-vis du gouvernement et qui en même temps réglait des comptes avec Manuel Valls. Jean-Marc Ayrault s’était même permis ces derniers temps de contester l’utilité de la déchéance de nationalité. Du coup, la réintégration de Jean-Marc Ayrault au sein du gouvernement permettra de s’assurer du soutien d’une cinquantaine de députés socialistes tentés ces derniers temps de rejoindre les frondeurs. Pour Martine Aubry la question était moins urgente. Après la défaite sanglante des amis de Martine Aubry aux élections régionales, cette dernière se trouve considérablement affaiblie. En outre la sensibilité de gauche qu’elle veut afficher se trouve discréditée par le fait qu’elle est contrainte de travailler avec le président de droite de la région. En fait,  François Hollande a réuni au sein de son gouvernement ceux qui sont susceptibles de lui apporter son soutien pour les présidentielles de 2017. François Hollande a élargi jeudi l’assise du gouvernement de Manuel Valls à un peu plus d’un an de l’élection présidentielle en y incluant l’ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault, trois écologistes et le président du Parti radical de gauche. Dans cette équipe de 38 membres – 18 ministres et 20 secrétaires d’Etat – les ministères de l’Economie, des Finances, de la Défense et de l’Intérieur ne changent pas de gestionnaire, signe d’un souci de stabilité dans une période marquée par les menaces d’attentat et un chômage record.   »C’est un gouvernement qui doit agir, réformer, avancer », a déclaré François Hollande sur TF1 et France 2 en soulignant qu’il avait été « élargi » avec l’entrée d’écologistes – dont il a dit avoir « toujours » souhaité le retour – et du patron du Parti radical de gauche Jean-Michel Baylet. Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’IFOP, insiste sur l’élargissement de l’assise de la majorité. « Le message que veut envoyer François Hollande, c’est sa volonté d’élargir sa base au premier tour de la présidentielle en essayant d’agréger au PS des alliés », a-t-il dit à Reuters. « Il essaye d’élargir sa base au-delà du PS, pour lutter contre les velléités d’autres candidatures (à gauche) et rassembler le plus possible autour de sa candidature. » Gaël Sliman, président d’Odoxa, est très critique, estimant que le nouveau gouvernement manque de cohérence. « C’est une occasion gâchée de donner un sentiment de rebond ou d’élan et la présence d’Ayrault, qui a plombé l’exécutif et François Hollande au début du quinquennat, renforce l’idée d’un profond immobilisme. C’est un mauvais signal, même si les gens n’en attendaient pas grand-chose », a-t-il dit.

 

(Avec Reuters).

0 Réponses à “Un nouveau gouvernement de campagne électorale”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol