Vers une démocratie d’opinion ?

Vers une démocratie d’opinion ?

 

 

On pourrait bien glisser doucement d’une démocratie représentative vers une démocratie d’opinion. Premier facteur explicatif, la démocratie représentative n’est précisément pas représentative de la sociologie française puisque les élus  sont composés en grande partie de fonctionnaires, de bobos et de classes aisées qui n’ont qu’une vue approximative des réalités sociales concrètes. Du coup, les programmes électoraux sont des chiffons de papier jetés dans la corbeille sitôt l’élection passée. D’une certaine manière, c’est heureux car ces programmes mélangent promesse utopique et contradiction. La vérité c’est que la plupart des partis sont incapables de faire une analyse pertinente de la problématique économique, sociale, environnementale voire sociétale encore moins d’avoir une vision du long terme.  Du coup, à peine élus l es gouvernements sont soumis aux pressions corporatistes de toutes sortes. Heureusement, le vide se comble petit à petit avec la multiplication des sources ce d’information qui permet à chacun de se faire sa propre analyse. Ainsi se dégagent  des mouvements d’opinion assez cohérents sur les grandes questions économiques sociales et sociétales. Il en est ainsi  par exemple ainsi sur la question de la déchéance de nationalité considérée par les bobos, nombre de politiques et les grands médias comme complètement inefficace voire inutile. Une modification pourtant approuvée à plus de 70 % par l’opinion en raison précisément des conséquences qu’elle entraînera inévitablement sur le rapport aux valeurs républicaines. Autre exemple également concernant la dégressivité des allocations chômage largement approuvée. Il en est de même concernant l’aménagement voire la suppression des 35 heures dont les Français ont compris qu’elles  avaient tué la compétitivité de l’économie et fait grimper le chômage. On objectera parfois avec juste raison qu’on ne fait pas une politique en additionnant des sondages. L’addition de la totalité des sondages pouvant déboucher sur des contradictions difficiles à gérer. Reste que la nouvelle démocratie est en train de se construire et que des mouvements d’opinion cohérents contraignent les gouvernements notamment celui de Hollande à opérer des réorientations. D’une certaine façon c’est une remise en cause du caractère monarchique de la république qui au passage va aussi remettre en question de vieux clivages idéologiques complètement obsolètes.

0 Réponses à “Vers une démocratie d’opinion ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol