• Accueil
  • > Archives pour janvier 2016

Archive mensuelle de janvier 2016

Page 4 sur 17

Notre-Dame-des-Landes : du temps au temps pour l’expulsion !

Notre-Dame-des-Landes : du temps au temps pour l’expulsion !

 

Une sorte de jugement de Salomon concernant les résidants de Notre-Dame des Landes. La justice a en effet autorisé les expulsions mais sans contrainte financière. Le juge a pris en compte la protestation concernant ce projet mais tout autant les hésitations des pouvoirs publics ;  des hésitations qui constituent même des contradictions puisque Ségolène a manifesté son opposition à ce projet à l’inverse de Valls lui qui y est très favorable tandis que François Hollande souhaiterait un apaisement, autrement dit un report dans le temps. Jacques Bankir, ancien directeur des aéroports à Air France, constestait dans les Echos la pertinence de ce nouvel aéroport de Nantes» (d’autres experts également)  «  Une idée dépassée de hub provincial. Un aéroport grand comme Heathrow à Londres, le premier d’Europe, qui traite 70 millions de passagers sur 1.300 hectares. Cela dans l’espoir de traiter, peut-être, 7 millions de passagers vers 2030, alors que Nantes dispose d’un excellent aéroport, sacré en 2012 meilleur aéroport régional d’Europe. Une commission du dialogue a été instaurée et a rendu, en avril 2013, un rapport très raisonnable demandant que l’on étudie la possibilité de développer l’aéroport existant. L’administration s’est acharnée à démontrer que cela coûterait plus cher que de construire l’aéroport neuf. On peut toujours trouver les hypothèses qui vont bien. Par exemple, on ne tient pas compte du fait que les avions sont de plus en plus silencieux. On sous-estime aussi l’augmentation de capacité des avions, alors qu’il y a un net décalage entre croissance du nombre de passagers et stagnation du nombre de décollages. Or seul ce paramètre joue sur la saturation de la piste. On veut ignorer que bien des aéroports vivent avec une seule piste et en tirent quatre à cinq fois le trafic espéré à Nantes dans vingt ans : San Diego, Gatwick, Lisbonne, Genève. On prétend que le bruit augmentera à Nantes, mais on ne fait surtout rien pour diminuer la (faible) gêne actuelle, alors même que tous les constats objectifs faits à Londres, Paris ou ailleurs pointent la diminution du bruit d’une année à l’autre. On veut construire une aérogare de standing, là où Marseille et Bordeaux ont construit des extensions parfaitement adaptées aux low cost, pour une bouchée de pain. En France, Vatry, Metz-Nancy ont été des échecs patents. Un aéroport voulu par les politiques alors qu’il n’y a pas de marché, qui va remplacer 1.300 hectares de zones humides par du ciment sans aucun besoin, est une absurdité. Ainsi Lyon, avec sa belle plate-forme et ses deux pistes magnifiques, végète, à 100 kilomètres de Genève, qui prospère avec sa piste unique et tous les obstacles alentour. ».

 

Migrants : la fin de Schengen

Migrants : la fin de Schengen

L’énorme vague de migration causée par les conflits ou la famine aura finalement provoqué  la fin de l’accord de Schengen. Progressivement on va s’orienter dans tous les pays d’Europe vers le rétablissement du contrôle des frontières. Officiellement les mesures seront provisoires mais elles risquent  de durer très longtemps. Les migrants récents ne sont pas les seuls responsables de la mort de Schengen, en fait cet accord n’a jamais été appliqué dans sa totalité. On devait assurer à la fois la liberté de circulation mais aussi la sécurité. Si la liberté de circulation a bien été autorisée par contre aucune mesure un peu efficace n’a jamais été prise pour assurer la sécurité des frontières de l’Europe Les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne, réunis lundi à Amsterdam, ont demandé à la Commission européenne de préparer les mesures juridiques pour permettre le maintien, si nécessaire pour deux ans, des contrôles frontaliers rétablis par certains pays membres de l’espace Schengen face à la crise migratoire. « Actuellement, ces mesures temporaires ne peuvent être prises que pour six mois. Mais l’afflux sans précédent de demandeurs d’asile, qui a forcé certains Etats membres à prendre ces mesures au niveau national, ne s’est pas tari », a déclaré le ministre néerlandais de l’Immigration, Klaas Dijkhoff, lors d’une conférence de presse. « Les Etats membres ont donc invité la Commission à préparer les bases légales et pratiques pour la poursuite des mesures provisoires (de contrôle aux frontières), aux termes de l’article 26 du code de Schengen », a-t-il ajouté. L’espace Schengen de libre circulation en Europe rassemble 26 Etats, dont 22 sont membres de l’UE. Six pays ont décidé de rétablir momentanément des contrôles à leurs frontières. Il s’agit de l’Allemagne, de l’Autriche, de la France, du Danemark, de la Suède et de la Norvège. Ces contrôles peuvent rester en place jusqu’en mai. En faite rien ne sera réellement réglé tant que ne fonctionnera pas le contrôle aux frontières de l’Europe, ce qui pourrait passer par l’exclusion de la Grèce du dispositif Schengen. L’UE a pris l’an dernier des mesures, notamment financières, pour aider Athènes à faire face à cette situation mais de nombreux Etats membres jugent que le gouvernement grec n’a pas répondu à leurs attentes. Sur les cinq centres d’enregistrement des migrants (« hot spots ») que la Grèce était censée mettre en place, un seul est aujourd’hui opérationnel. « Si nous ne pouvons pas protéger la frontière extérieure de l’UE, la frontière gréco-turque, alors la frontière extérieure de Schengen sera déplacée vers l’Europe centrale », a averti la ministre autrichienne de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner.

Production d’acier : un révélateur du tassement économique mondial

Production d’acier : un révélateur du tassement économique mondial

 

Le recul de la production d’acier constitue un bon indicateur du tassement de l’activité internationale. Après une baisse en 2015 de 2,8% à 1,623 milliard de tonnes, il faut sans doute s’attendre à une diminution de 5 à 6 % pour 2016. En Chine, premier producteur et premier consommateur mondial d’acier, la production de cet alliage a reculé de 2,3% à 803,8 millions de tonnes, soit la première baisse en plus de trois décennies. L’annonce de la Chine de réduire de manière assez drastique sa production d’acier brut en 2016 (et de charbon)  confirme le net tassement de la croissance. La consommation d’acier (aussi  de charbon de ciment) ; une production chinoise  de l’ordre de 50 % de la consommation mondiale. De 32 millions de tonnes en 1978, les volumes d’acier sont passés en Chine à 823 millions de tonnes en 2014.or  La Chine va réduire en 2016 de 100 à 150 millions de tonnes ses capacités de production d’acier brut , soit de 12 à 15%, a annoncé le gouvernement chinois dimanche.  La deuxième économie au monde fait face à un ralentissement et le gouvernement chinois cherche à éradiquer les surcapacités de la sidérurgie afin de faire remonter les prix. « De nombreuses fonderies, y compris en Chine, sont en train de réduire leur production afin de soutenir les cours et cela marche », a déclaré Chris Houlden, directeur d’études du cabinet de conseil CRU. L’Union européenne de son côté a enregistré un repli de 1,8% de sa production, à 166,2 millions de tonnes, et l’Amérique du Nord une baisse de 8,6% à 110,7 millions de tonnes.

(Avec Reuters) 

Réforme du code du travail : « pas assez loin » (Jean-Claude Bourrelier, Bricorama)

Réforme du code du travail : « pas assez loin » (Jean-Claude Bourrelier, Bricorama)

 

Le patron de Bricorama revient sur la réforme du code du travail et considère que les mesures ne sont pas à la hauteur de concernant le droit du travail en France et propose des pistes de réflexion pour redonner un élan à la croissance. (Interview Challenge)

L’ancien ministre de la Justice Robert Badinter a remis, ce lundi, ses propositions à Manuel Valls sur la réforme du code du travail. Le Premier ministre a redit que les 35 heures ne seraient pas remises en cause, fermant la porte aux propositions du ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. Qu’en pensez-vous?

Selon moi, les employés ne voulaient pas plus de temps libre, mais davantage de revenus. Or les 35 heures ont totalement modifié leurs relations par rapport au travail. Les employés –sauf les cadres généralement- se sont adaptés à passer plus de temps libre. Mais pour en profiter, cela nécessite plus d’argent… Vouloir desserrer le carcan et redonner du pouvoir d’achat à ceux qui veulent travailler était une bonne chose. Il faut qu’on redonne de la liberté aux entreprises. Car il faut bien avoir en tête qu’il n’y a pas de charges patronales… mais des charges qui pèsent sur les salaires.

Quels sont les sujets à traiter en priorité dans la réforme code du travail?

Je pense qu’il serait bon de s’inspirer du modèle suisse. Mille huit cent quarante-quatre heures annuelles contre mille six cent sept en France, soit deux cent trente-sept heures de plus, et seulement quatre semaines de congés payés. Là-bas, les emplois sont mieux rémunérés, les antagonismes ne débouchent pas systématiquement sur des conflits et le code du travail suisse ne fait que cinq cents pages, alors que le français en compte plus de trois mille ! Il y a aussi plus de souplesse pour licencier, ce qui a pour corollaire de favoriser les embauches les patrons se mettant moins de pression. Alors qu’en France, ceux-ci vont prendre toutes sortes de précautions et ne recruter qu’en cas de nécessité absolue. De même, ce système est générateur de stress chez les salariés qui s’accrochent à leur emploi de peur de ne rien trouver d’autre s’ils le perdent.

François Hollande a présenté son plan d’ »urgence » contre le chômage [plus de deux milliards d'euros pour former 500.000 chômeurs et inciter encore les PME à embaucher, ndlr]. Est-ce suffisant?

Ce qui a été présenté est bien en vue des prochaines échéances présidentielles… Mais ça ne va pas assez loin! Aucune mesure annoncée n’est à la hauteur des défis qui s’annoncent pour les vingt prochaines années. La société a profondément changé. Il faut changer de logiciel, et avant, arrêter de faire porter autant de charges sur le travail. Je préconise de les transférer sur la consommation (par le biais d’une TVA sociale plus importante par exemple) et sur l’énergie (que l’énergie, le gaz et le pétrole soient davantage ponctionnés). Ces nouvelles rentrées d’argent permettraient de remplacer, voire de supprimer, les taxes sur le travail.

Partagez-vous le sentiment d’Emmanuel Macron selon lequel « la vie d’un entrepreneur, elle est bien souvent plus dure que celle d’un salarié »?

Oui, mais en y ajoutant quelques subtilités… Cela est vrai pour les petits patrons, pas pour les géants du CAC 40. Mais il est bon de rappeler combien c’est compliqué pour les éleveurs de canards, de porcs, les artisans boulangers et j’en passe. Ces « petits » patrons doivent mettre de côté pour laisser les gains dans l’entreprise. Et si les affaires vont mal, tous ces efforts n’auront servi à rien et peuvent conduire les entrepreneurs à de graves difficultés. On peut encore être entrepreneur en France, d’autant que cela correspond parfaitement à la génération Y qui veut être indépendante et se réaliser dans son activité professionnelle. Mais cela demande du courage car, encore une fois, les choses sont trop encadrées et laissent trop peu de place à la liberté entrepreneuriale et de gestion.

Code du travail actuel : un frein à l’emploi (sondage)

Code du travail actuel : un frein à l’emploi (sondage)

 

Selon les Français , l’actuel Code du travail est «trop complexe» (85%), «illisible» (76%) et «un frein à l’emploi» (63%), et ce même si une petite minorité le juge «pas assez protecteur des droits des salariés» (53%). Au final, seules 27% des personnes interrogées le considèrent «très bien comme il est». Soit une minorité. «L’insatisfaction varie selon plusieurs critères, notamment la proximité politique, note Frédéric Micheau, le directeur des études de OpinionWay. Plus largement que la moyenne, les personnes proches des Républicains considèrent que le Code du travail actuel représente un frein à l’emploi (86%). Un constat partagé dans une moins large mesure par les sympathisants PS (61%), auxquels vont s’opposer les sympathisants FN (54% le considèrent comme un frein), et surtout les sympathisants de la gauche radicale (26% seulement). Finalement, les personnalités proches de la gauche radicale (62%), du Front national (59%) ou du PS (54%) sont plus inquiètes que la moyenne de la protection des travailleurs fournie par le Code du travail qu’ils jugent insuffisante.»  Au moins deux mesures, rejetées par le gouvernement, obtiennent leur approbation. La première? «Autoriser les référendums d’entreprise lorsqu’une négociation entre la direction et les représentants du personnel est bloquée» obtient 82% d’avis favorable. Tout le monde, y compris la gauche radicale (73%) et les sympathisants PS (89%), est pour, et surtout les femmes (84%), les plus de 35 ans (84%), les CSP+ (87%), les inactifs (85%), les indépendants (94%), les retraités (85%). Les chômeurs (69%), les salariés du public (77%), les 25-34 ans (76%) et les CSP- (75%) y sont favorables mais à un degré moindre que la moyenne. 63% des Français adhèrent à la proposition du Medef de créer un contrat de travail agile. La seconde mesure? «Permettre aux entreprises de fixer par accord le nombre d’heures supplémentaires au-delà duquel elles sont payées davantage» obtient 63% d’approbation. Le clivage politique ici est net entre les extrêmes (37% gauche radicale et 57% FN) et les autres composantes de la classe politique qui sont toutes favorables à une telle mesure qui reviendrait à mettre définitivement fin aux 35 heures. Même les sympathisants PS sont pour à 68%, loin derrière ceux des Républicains (82%). Les jeunes de 18 à 24 ans sont les moins tentés (48%), comme les CSP- (58%), les salariés du privé (57%) et les chômeurs (43%). Enfin, 63% des Français jugent comme une «bonne chose» l’idée du Medef, repoussée par Manuel Valls, de créer un nouveau contrat de travail plus souple, dit «agile», dans lequel les motifs de licenciement (baisse de l’activité, perte d’un marché…) et les modalités de séparation entre le salarié et l’employeur (niveau des indemnités de rupture…) seraient fixées à l’avance.

Actu, infos, économie, social, politique: articles les plus lus

Actu, infos, économie, social, politique: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lien:

 

 

 

 

lien:

 

 

 

lien:

Pas d’inversion de la courbe du chômage pour les Français en 2016 (sondage)

Pas d’inversion de la courbe du chômage pour les Français en 2016 (sondage)

D’après un sondage IFOP publié par dimanche Ouest France on ne compte même pas 20 % de Français qui sont persuadés de  l’inversion du chômage en 2016. Encore cette question présente-t-elle une très grande ambiguïté. Le concept de d’inversion du chômage étant compris par les uns (et surtout par François Hollande); comme une modification de la courbe par rapport aux quelques mois précédant tandis qu’il est interprété par d’autres comme une inversion depuis 2012. Or depuis 2012 il faut compter plus de 600 000 chômeurs supplémentaires. Une inversion de ce dernier type est donc complètement utopique Pour 38% des personnes interrogées l’inversion de la courbe du chômage ne peut « certainement pas » survenir d’ici à la fin de l’année. Plus tôt en janvier, la ministre du Travail s’était elle-même montrée pessimiste à ce sujet.

 Seuls 19% des Français croient à la possibilité de voir la courbe du chômage s’inverser d’ici à la fin de l’année, selon un sondage IFOP publié par Dimanche Ouest France. Parmi ces 19%, seuls 2% pensent que cette inversion peut « certainement » arriver. Pour 38% des sondés, cette éventualité ne peut « certainement pas » survenir. « Les annonces du président de la République lors de ses vœux, notamment en matière de formation, ne semblent donc pas avoir dissipé la morosité ambiante  (…) ni le pessimisme sur la capacité du gouvernement à stimuler l’emploi, pessimisme très fortement ancré », analyse l’institut de sondage. « Ce niveau de pessimisme à l’égard de l’évolution du taux de chômage apparaît stable par rapport à une mesure effectuée en janvier 2013″, note l’IFOP. A l’époque, 25% croyaient à l’objectif annoncé par François Hollande en 2013, puis 16% et 19% respectivement en juillet et octobre de la même année. Sans surprise, les sympathisants de droite sont les plus pessimistes sur la possibilité de cette inversion de la courbe du chômage, puisque seuls 6% la croient possible et 9% chez les sympathisants du FN. A gauche, 50% des sympathisants du PS croient à la possibilité de cette inversion, contre 26% parmi les proches du Front de Gauche. Enfin, parmi les chômeurs, seuls 6% considèrent comme possible cette inversion de la courbe du chômage, quand 50% pensent que l’objectif ne sera « certainement pas » atteint. La ministre du Travail s’était elle-même montrée particulièrement pessimiste. Elle a estimé au début du mois de janvier qu’« avec des prévisions de croissance à 1,5% par exemple sur l’année 2016, ce n’est pas suffisant, notamment pour les personnes les moins qualifiées ». 

(Avec AFP)

Emplois Bâtiment : «60.000 à 80.000 détruits» (Baroin)

Emplois Bâtiment : «60.000 à 80.000 détruits» (Baroin)

Le président de l’Association des maires de France a réitéré son appel à « baisser la contribution de l’effort » pour les communes « pour le bien de notre territoire ». « Ce ne sont pas les maires qui râlent, qui serrent la ceinture, ce sont les administrés, les usagers du service public et les contribuables », affirme François Baroin ce matin sur RTL.  L’ancien ministre de Nicolas Sarkozy explique qu’une « baisse de 30% de l’investissement public d’ici 2017″ s’additionnera à une « augmentation de la fiscalité locale et des services publics qui risquent de s’affaisser ». « Il va y avoir 60.000 à 80.000 emplois disparus dans le bâtiment et les travaux publics, une croissance qui va perdre entre 0,6% et 0,8% à raison de ces décisions », explique-t-il.

 

2017 : Hollande, comme Sarkozy pourrait retirer sa candidature

2017 : Hollande, comme Sarkozy pourrait retirer sa candidature

 

Officiellement la candidature de François Hollande pour 2017 est conditionnée par la fameuse inversion de la cour du chômage. Une inversion de plus en plus improbable puisque le chômage aura augmenté de 600 à 700 000 personnes depuis 2012. Tout au plus pourra-t-on faire apparaître une petite évolution purement statistique avec le plan d’urgence concernant l’emploi. Ce n’est donc pas l’évolution de la courbe du chômage qui pourra justifier la candidature de Hollande mais plutôt l’évolution de sa courbe de popularité aujourd’hui scotchée comme celle de Nicolas Sarkozy à moins de 25 %. L’avantage de François Hollande par rapport à Nicolas Sarkozy c’est qu’il n’aura pas à subir le supplice des primaires. Pour autant en l’état actuel des sondages, François Hollande est donné battu en 2017 et il est même peu probable qu’il  puisse se qualifier pour le second tour. Dès lors dans son entourage on  n’exclut plus qu’Hollande renonce à se présenter pour un second mandat. De toute évidence François Hollande va se battre jusqu’au bout pour remonter la pente mais nombre de ces collaborateurs estiment que la tâche est presque insurmontable. François Hollande pourrait attendre la fin de l’année pour se décider. Mais le retrait de l’actuel président de la république risque de provoquer un grand vide à gauche. En effet pour l’instant aucun candidat crédible soutenu par le parti socialiste n’émerge. Il y a bien entendu Manuel Valls mais qui pour l’instant préférerait attendre 2022. D’après les sondages, Macron apparaît comme le mieux placé, cependant son handicap personnel c’est de n’être soutenu par aucun parti politique, il n’est même pas membre du parti socialiste. En outre sa posture très réformatrice et même libérale heurte les dogmes à gauche.  Un ancien poids lourd du gouvernement, qui connaît bien le président, ne dit pas autre chose: «Il fera évidemment tout pour se représenter. Mais si le chômage n’a pas reculé à l’automne 2016, s’il sent qu’il peut ne pas être qualifié au deuxième tour, il jettera l’éponge. Je le pense depuis longtemps.»

 

EDF contraint de vendre des actifs

EDF contraint de vendre des actifs

EDF étant  englué dans une situation financière ingérable, son président envisage maintenant de vendre des actifs et de changer les modalités de financement des centrales nucléaires. Le premier désengagement d’EDF pourrait concerner RT le réseau de distribution. Par ailleurs le patron d’EDF ouvre le débat pour un changement des modalités de financement des centrales nucléaires. Il faut dire que la situation financière d’EDF est intenable. Il faut d’abord apurer une énorme dette de 40 milliards, ensuite trouver 50 milliards pour les travaux permettant de prolonger la durée de vie du parc nucléaire actuel. Financer aussi au moins en partie les 25 à 50 milliards du site d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure en Moselle enfin faire face à un besoin de financement de 200 milliards à terme pour le renouvellement du parc nucléaire. En clair EDF ne pourra jamais faire face seule à ces défis mêmes avec une augmentation régulière du prix de ‘l’électricité  (il est prévu une augmentation moyenne de 2,5 % par an  pendant plusieurs années) ou par des seules suppressions d’effectifs. Ce que confirme le patron d’EDF dans une interview du JDD. Le président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, n’exclut pas de céder une partie du capital de RTE, la filiale chargée du réseau français de transport d’électricité, mais entend que le groupe reste présent dans les activités de réseau. « Vendre certains actifs non stratégiques pour financer notre développement est une obligation », déclare-t-il dans une interview publiée par Le Journal du Dimanche. « Nous l’avons fait en Autriche, en Hongrie, au Portugal, aux Etats-Unis. Mais EDF restera un groupe intégré avec des activités de production, de réseau et de vente d’électricité, de gaz et de chaleur, et de services énergétiques », ajoute-t-il.

 

Christine Lagarde au FMI : pour quoi faire ?

Christine Lagarde au FMI : pour quoi faire ?

 

D’une certaine manière Christine Lagarde est adulée par tout le monde aussi bien par les pays développés que par les pays émergents. Du coup sa reconduite à la tête du FMI ne semble guère faire de doute. Pourtant on peut sérieusement s’interroger sur ce qu’elle apporte réellement au FMI. Dans les grands médias cependant, en France comme à l’étranger, la question est taboue. La réalité pourtant c’est que Christine Lagarde n’apporte à peu près  rien d’original ou de dynamique à la tête du fonds monétaire international. Mais elle cultive surtout l’art de ne présenter strictement aucune aspérité et prend grand soin de ne répéter que d’évidentes banalités mais elle fait avec une telle distinction, une telle maîtrise qu’on en oublie qu’elle ne connaît pas grand-chose à l’économie. Alain Minc  disait d’ailleurs à son propos « son grand mérite c’est surtout de savoir lire les communiqués du ministère des finances ». Ce qu’elle fait maintenant au fonds monétaire international et avec un accent anglais qui rend jaloux la plupart des autres politiques dont l’accent est plus proche de celui de Yasser Arafat que de celui de la reine d’Angleterre. On attendrait pourtant autre chose du fonds monétaire international et surtout de sa directrice. En effet l’économie mondiale n’est pas encore totalement sortie de la crise née en 2008, elle court même le risque d’une nouvelle rechute. L’écroulement du prix des matières premières (donc des ressources des pays émergents producteurs) constitue une menace sérieuse pour les équilibres mondiaux, menace qui  qui s’ajoute à celle tout aussi sérieuse du net tassement de la croissance chinoise. Autre sujet d’inquiétude la guerre des monnaies engagées par nombre de banques centrales. Ces menaces et d’autres exigeraient du fond monétaire international une analyse un peu plus pertinente et plus dynamique. Mais la communauté internationale apprécie le consensus mou de Christine Lagarde qui ne remet à peu près rien en cause.

Chine : très fort recul du charbon et de l’acier

Chine : très fort recul du charbon et de l’acier

 

L’annonce de la Chine de réduire de manière assez drastique sa production d’acier brut et de charbon confirme le net tassement de la croissance officiellement encore mesurée entre 6 et 7 % mais qui dans la réalité pourrait bien être inférieure. Bien qu’il soit difficile de tenir des statistiques précises, la consommation d’acier, et de charbon (aussi de ciment) doit être de l’ordre de 50 % de la consommation mondiale. Pour satisfaire son appétit, la Chine a soutenu ses producteurs. De 32 millions de tonnes en 1978, les volumes d’acier sont passés à 823 millions de tonnes en 2014.or  La Chine va réduire de 100 à 150 millions de tonnes ses capacités de production d’acier brut et aussi celles des mines de charbon « dans une large mesure » face à un marché saturé, a annoncé le gouvernement chinois dimanche.  La production d’acier brut chinoise a déjà diminué de 2,3% à 803,8 millions de tonnes en 2015, son premier recul en plus de trente ans, accompagnant un ralentissement de l’économie du premier producteur mondial. Le nouveau recul annoncé en 2016 correspondrait à une nouvelle diminution de l’ordre de 12 à 15 % témoignant ainsi de la surproduction et d’un net tassement de la croissance. Pour l’acier, la surproduction provient notamment d du recul de la demande internationale tout autant que de la baisse de la demande interne. Du coup les chiffres annoncés pour les matières premières confirmeraient une baisse de croissance chinoise très en dessous des chiffres officiels annoncés. Il se pourrait même que la Chine approche sérieusement de la croissance zéro. Si ces chiffres étaient vérifiés et confirmés il est vraisemblable que le choc pourrait sérieusement secouer l’économie mondiale en 2016. Ce qui est certain en tout cas c’est que la Chine s’engage vraisemblablement pour plusieurs années dans ce qu’on peut considérer pour ce pays comme une croissance molle.

2017 : Sarkozy n’exclut pas un retrait de candidature

2017 : Sarkozy n’exclut pas un retrait de candidature

 

Dimanche sur TF1  dans l’émission sept à huit Sarkozy a entretenu encore un peu plus le doute sur sa candidature pour l’élection présidentielle de 2017. Déjà dans son récent livre « la France pour la vie » Sarkozy avait pris des précautions oratoires en indiquant que son livre ne pouvait constituer une déclaration de candidature pour 2017. Dans l’émission télévisée de dimanche Sarkozy a laissé entendre qu’il s’interrogeait sérieusement sur sa participation au prochain match présidentiel   »La question de ma candidature c’est pas une question automatique. C’est très sensible cette question. Est-ce qu’on a fait son temps ? Est-ce qu’on a quelque chose à dire ? Est-ce qu’on peut être utile à son pays. C’est pas simple. Le match de trop, l’émission de trop ? Bien sûr, je me la pose cette question. Les semaines et les mois qui viennent vous donneront la réponse. Je n’irai que si c’est utile. Bien sûr. » a t’-il déclaré.  En fait Sarkozy connaît à peu près la même problématique que François Hollande. L’un comme l’autre ne sont soutenus que par moins de 25 % des Français, en outre ils sont y compris contestés  par les électeurs de leur propre camp. Pour Sarkozy,  la situation est peut-être encore plus complexe que celle de François Hollande. Il doit en effet gagner les primaires pour être candidat de la droite tandis que Hollande n’aura pas à passer cette épreuve. Or les primaires risquent d’être très sanglantes. D’autant que des petits candidats n’ont d’autres objectifs que d’affaiblir le score de Sarkozy. Sauf événements toujours imprévisibles la candidature de Juppé apparaît notoirement la plus crédible. Un Juppé qui caracole en tête des sondages mêmes chez les sympathisants de droite. Du coup il est légitime que Sarkozy s’interroge de plus en plus sérieusement sur l’opportunité de sa candidature. Après avoir perdu l’élection présidentielle de 2012 prendra-t-il encore le risque de perdre l’élection de 2017 ou pire mêmes d’être rejeté des la primaires au profit de Juppé. En l’état actuel des sondages Sarkozy n’a strictement aucune chance de gagner cette primaire. De nouvelles défaites porteraient atteinte à son image d’ancien président de la république déjà affectée par ses différents dérapages.

La démocratie numérique en route (Loïc Blondiaux)

La démocratie numérique en route (Loïc Blondiaux)

 

Pour, Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques, la démocratie numérique est en route même si elle manque encore beaucoup de visibilité. La multiplication des sites et autres plateformes permet en effet d’accéder rapidement à l’information et surtout de confronter la diversité des analyses. Ce pourrait être un des moyens pour changer une pratique politique usée jusqu’à la corde.  Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques, est chercheur au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP) et enseigne à l’université Paris-I. (interview le Parisien)

Assistons-nous à un essor des initiatives citoyennes ?
Loïc Blondiaux. Ce qui me frappe, c’est la multiplication des plates-formes, notamment numériques, qui visent à renouveler la démocratie. Il y a une effervescence au niveau local. Une fraction de la population, même si elle est peu visible, veut changer la manière de faire de la politique. Il y a deux ou trois ans, ce frémissement citoyen n’existait pas.

Comment l’expliquez-vous ?
Par le niveau d’exaspération et de défiance des citoyens. Ils ont le sentiment que ceux qui sont au pouvoir ne sont plus capables de renouveler le fonctionnement de la démocratie. Le match qui se profile entre Sarkozy, Hollande, Juppé ou Marine Le Pen montre qu’en haut, ça bouge très lentement. Il y a aussi, chez nos élites politiques, un sentiment de supériorité de plus en plus mal perçu. Cette déception se traduit soit par une protestation radicale qui peut se convertir en vote FN, soit par des tentatives plus pragmatiques de changer la politique.

Les citoyens ne feraient pas moins bien que les élus, en somme…
C’est ce qu’on pourrait appeler la « do it yourself democracy » (NDLR : faites vous-même la démocratie). On n’est plus dans l’attente de solutions venues d’en haut, on expérimente soi-même.

Ça peut changer la donne ?
Cela a été le cas en Espagne, en Grèce ou en Italie. En période de crise, ces mouvements peuvent bousculer les formations traditionnelles. En France, il y a une multiplication d’initiatives très disparates, mais qui n’apparaissent pas comme une alternative possible. Le système politique français est extrêmement verrouillé par les partis dominants.

Mais les politiques s’y mettent !
Certes, des collectivités locales ont intégré cette dimension. Et le gouvernement met en place des consultations autour de projets de loi. Mais ça n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Bien souvent, ces consultations ne portent pas sur l’essentiel ou n’influencent pas fortement la décision

 

(avec Le Parisien)

Sondage : comment changer la politique ?

Sondage : comment changer la politique ?

 

Deux principales mesures d’après les Français : une limitation à 2  mandats électifs seulement et pas de fonctionnaires (qui devraient démissionner  de la fonction publique s’ils sont élus). La troisième mesure préconisée dans le sondage de France Info- le parisien par, l’institut Odoxa est relatif à l’âge candidat. Résultat quand même paradoxal quand on sait que les Français placent très nettement en tête de leurs préférences pour l’instant en 2017 Juppé qui n’est pas vraiment un perdreau de l’année. Ce qui démontre à l’évidence le caractère relatif de ce type des sondages. Au-delà des critères retenus dans l’enquête, c’est sans doute la personnalité de l’intéressé qui pèse  le plus dans une élection ; les Français   interrogés sur leurs attentes prioritaires souhaitent faire  bouger les lignes, renouveler le personnel et, surtout, la manière de faire de la politique, en identifiant et en encourageant les bonnes pratiques. La priorité des priorités, c’est d’interdire à un élu d’exercer plus de deux fois un même mandat (77 %).Dans le collimateur, ces carrières interminables à la Gaudin, Bayrou, Fabius ou Le Drian, faisant d’eux des professionnels de la politique. Et pourtant ce sont bien les Français qui les réélisent, ou placent Juppé en tête des sondages ; Un brin contradictoire ! Ils fixent à 62 ans l’âge limite pour se présenter à une élection (66 %). De même, ils ne jugent pas prioritaire l’idée du mandat unique à l’Elysée, proposé par Juppé ou Fillon.  Plus efficace selon eux, l’obligation de démissionner de la fonction publique une fois qu’on est élu, plébiscitée à 76 %. Cela apporterait de l’air frais à une caste trop souvent issue des grands corps de l’administration, assurée de retrouver un poste en cas de défaite. Plus surprenant, si les Français ont adopté le système des primaires pour désigner le candidat d’un camp, ils n’y voient pas une garantie de renouvellement. A leurs yeux, les partis y restent trop maîtres du jeu. Et si c’était l’existence du régime présidentiel lui-même qu’il fallait remettre en cause ? C’est ce qu’estime la majorité des sondés, 64 % se disant prêts à supprimer un système donnant trop de pouvoir à un homme. Sept Français sur dix jugent carrément que cette élection rend « un peu fou » les candidats qui s’y présentent.

(avec Le Parisien)

Actu, infos, économie, social, politique: articles les plus lus

Actu, infos, économie, social, politique: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lien:

 

 

 

 

lien:

 

 

 

lien:

La chasse aux vieux chez les présentateurs de la télé

La chasse aux vieux chez les présentateurs de la télé

La mode est jeunisme dans les chaînes de télévision. La chasse au vieux est donc ouverte chez les présentateurs notamment dans le service public. La problématique n’intègre pas la qualité des programmes mais l’âge. Une curieuse méthode d’évaluation de l’intérêt des productions télévisées. Le renouvellement démographique touche parfois au ridicule il n’est pas certain qu’avec ce type de méthode le service parti public en particulier retrouve l’audience qu’il a perdue.  Il est clair que dans un paysage audiovisuel de plus en plus concurrencé, les chaînes de télévision tentent donc  d’innover par tous les moyens pour essayer de fidéliser des téléspectateurs considérés comme trop souvent nomades. Parmi les recettes figurent le rajeunissement des présentateurs, des rajeunissements qu’on peut comprendre lorsque la cible vise des jeunes ou des ados prolongés ( et un peu attardés quand même) type téléspectateurs d’Hanouna sur D8 mais un renouvellement plus discutable lorsqu’il s’agit par exemple d’un divertissement culturel comme question pour un champion ou d’autres émissions dont la caractéristique n’est pas fondée sur l’apparence. Dernière victime de cette chasse aux vieux Joël Collado, 66 ans, viré par Radio France et par Radio France et qui  présentait la météo ! Les directeurs de programmes devraient peut-être davantage s’interroger sur le contenu de leurs émissions que sur leur apparence des présentateurs ou le décorum des studios. Pour preuve le succès de « c à vous »  sur la cinq , à l’inverse le plongeon du Grand journal sur Canal+. Dans l’enquête Télé star Si aucun des noms proposés ne recueille une majorité de voix contre lui, le sondage est tout de même terrible pour certain d’entre eux, indique Ozap. Premier du classement, Michel Drucker. Le départ de l’animateur de Vivement dimanche, âgé de 73 ans, est souhaité par 46,8 % des sondés. Pourtant, cela ne semble pas pour tout de suite. Interrogé par Télé Star, celui qui a commencé comme journaliste à l’ORTF en 1964 explique que « ce sondage ne [lui] fait ni chaud ni froid ». Son départ, il l’envisage lui-même pour 2018 :  Dans le wagon de retraités, les personnes interrogées placeraient bien aussi Jean-Pierre Foucault, 68 ans (36,9 % de personnes sont favorables à son départ), Patrick Sabatier, 64 ans (34,9 %) et William Leymergie, 68 ans (33,1 %). Cinquième du classement (32,8 %), Julien Lepers, 66 ans, a quant à lui déjà été débarqué de l’émission Questions pour un champion. Pour le panel de téléspectateurs, l’âge ne fait heureusement t pas tout. Thierry Ardisson et Evelyne Dhéliat, 67 ans, Jean-Jacques Bourdin, 66 ans, ne recueillent que 15,5, 17,2 et 18 % d’opinions négatives.

Le classement complet

1. Michel Drucker, 73 ans (46,8 %)
2. Jean-Pierre Foucault, 68 ans (36,9 %)
3. Patrick Sabatier, 64 ans (34,9 %)
4. William Leymergie, 68 ans (33,1 %)
5. Julien Lepers, 66 ans (32,8 %)
6. Patrick Sébastien, 62 ans (32,5 %)
7. Jean-Pierre Pernaut, 65 ans (32,4 %)
8. Nelson Montfort, 62 ans (27,0 %)
9. Georges Pernoud, 68 ans (24,2 %)
10. Catherine Laborde, 64 ans (21,4 %)
11. Catherine Ceylac, 61 ans (20,0 %)
12. Jean-Jacques Bourdin, 66 ans (18,0 %)
13. Evelyne Dhéliat, 67 ans (17,2 %)
14. Thierry Ardisson, 67 ans (15,5 %)
15. Dominique Chapatte, 67 ans (12,7 %)

 

Auto entrepreneur : le plafond d’activité multiplié par trois

Auto entrepreneur : le plafond d’activité multiplié par trois

 

 

Le gouvernement envisage très sérieusement d’augmenter le plafond d’activité et de le multiplier par trois pour les autos entrepreneurs. Il s’agirait donc d’une extension du régime fiscal spécifique sauf pour la TVA (soumise aux anciens plafonds). Du fait de surtout de la situation économique et notamment du chômage le nombre d’autos entrepreneurs augmente. Le chiffre d’affaires moyen également mais ce n’est pas le Pérou puisque en moyenne le chiffre annuel est de l’ordre de 3000 €. Par ailleurs environ 40 % des  autos entrepreneurs ne sont pas actifs. Le nombre de personnes disposant d’un statut d’auto entrepreneur continue cependant  à augmenter. Un total de 982.000 travailleurs disposant de ce statut était recensé fin 2014 en France, soit 78.000 de plus qu’un an plus tôt, selon les données de l’Acoss, l’agence centrale des organismes de Sécurité sociale. La hausse de 8,6% est comparable à celle observée depuis deux ans après la forte hausse liée à la montée en charge du dispositif, rappelle l’organisme. En 2013 notamment, 911.000 auto-entrepreneurs étaient dénombrés, soit 11, 3% de plus que l’année précédente. Tous ne sont pas économiquement actifs. Un peu plus de 58% l’étaient (soit 574.000 auto entrepreneurs) en 2014. Cette proportion est quasi stable sur un an. Ils ont déclaré un chiffre global pour le quatrième trimestre de 1,9 milliard d’euros, en hausse de 6,7% sur un an, soit une moyenne de 3.290 euros (-1,7%) par tête. En 2015 le nombre d’autoentrepreneurs serait proche de 1 million. Tous les secteurs d’activité ont enregistré une progression du nombre d’auto-entrepreneurs « économiquement actifs » sur un an. Les hausses les plus fortes sont enregistrées dans les transports (+25%), la santé (+20%), les activités sportives (+17%) et le nettoyage (+17%). Ces quatre secteurs ne représentent toutefois que 9% du chiffre d’affaires global. Un chiffre d’affaire qui va pouvoir au moins théoriquement être multipliée par trois. Fixé à 32.900 euros par an pour une prestation de services et à 82.900 pour une activité commerciale, le plafond passerait donc à 98.700 et 248.700 euros pour les « microentreprises », la nouvelle appellation officielle des auto-entrepreneurs.

EDF une crise financière grave qui pourrait changer les modalités de financement des centrales nucléaires

EDF une crise financière grave qui pourrait changer les modalités de financement des centrales nucléaires

 

Discrètement mais sûrement le patron d’EDF ouvre le débat pour un changement des modalités de financement des centrales nucléaires. Il faut dire que la situation financière d’EDF est intenable. Il faut d’abord apurer une énorme dette de 40 milliards, ensuite trouver 50 milliards pour les travaux permettant de prolonger la durée de vie du parc nucléaire actuel. Financer aussi au moins en partie les 25 à 50 milliards du site d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure en Moselle enfin faire face à un besoin de financement de 200 milliards à terme pour le renouvellement du parc nucléaire. En clair EDF ne pourra jamais faire face seule à ces défis mêmes avec une augmentation régulière du prix de ‘l’électricité  (il est prévu une augmentation moyenne de 2,5 % par an  pendant plusieurs années) ou par des seules suppressions d’effectifs. Ce que confirme le patron d’EDF dans une interview du JDD.

 

 

 

L’entreprise est-elle « au bord de la rupture », comme le disent les syndicats?
Absolument pas. EDF est en bonne santé et nous restons le premier investisseur de France. Mais la fin du monopole est bien réelle, et nous devons résister à la concurrence, voulue par les régulateurs européens. En France, nos parts de marché reculent, donc on ne doit pas prendre de retard. Notre dette est élevée et nous devons faire des arbitrages sur nos activités futures. Nous n’avons plus les moyens de tout garder à l’étranger, ou de tout construire seuls. C’est pour cette raison que le moment venu, dans quelques années, nous devrons peut-être trouver des partenaires pour le renouvellement du parc nucléaire en France, comme nous le faisons déjà en Grande-Bretagne.

Pouvez-vous apporter des précisions sur la suppression de 5% des postes chez EDF?
Il y a quarante ans, EDF a beaucoup embauché pour la construction du parc nucléaire français. Aujourd’hui ces salariés partent en retraite et nous avons beaucoup recruté ces cinq dernières années pour anticiper leur départ. Nous allons continuer à embaucher, de 1.000 à 2.000 personnes chaque année, mais en ne remplaçant que quatre départs sur cinq en retraite. En France, dans la maison-mère, d’ici à 2018, la baisse des effectifs représentera environ 5% de nos 67.000 salariés, soit 3.350 postes. Cet effort de maîtrise de la masse salariale sera similaire dans le reste du groupe, en France et à l’étranger.

Est-ce le signal qu’EDF va mal?
EDF est en bonne forme, mais vit une transformation rapide et indispensable pour rester le grand électricien qu’il est. Le marché de l’électricité ne croît pas et la concurrence s’accélère. L’an passé, nous avons perdu 30% de nos parts de marché sur le marché des entreprises. Et nous ne leur vendons plus l’électricité à des tarifs réglementés, mais à des prix de marché nettement inférieurs. C’est un changement radical. Nous devons nous adapter à ce nouveau monde. EDF doit être agile et économe pour assumer ses ambitions. Nous allons baisser tous nos coûts, et cela passe aussi par les dépenses de personnel. En 2018, les effectifs seront revenus au niveau de 2012.

Le livre de Sarkozy : ça ressemble déjà à des mémoires

Le livre de Sarkozy : ça ressemble déjà à des mémoires

 

Sarkozy affirme le contraire pourtant ça y ressemble ;  l’ancien chef de l’État consacre en effet une longue partie au regret qu’il a de n’avoir pu engager de réformes plus radicales. Une sorte de mea culpa mais dont il fait endosser aussi la responsabilité à Fillon « à cause de ses silences ». Ce livre pourrait bien être le premier tome des mémoires de Sarkozy tellement il est discrédité dans l’opinion publique. D’après une enquête Elabe pour BFM TV  Sarkozy doit prendre sa retraite car il  est surtout animé par un esprit de revanche. Un sondage sans ambiguïté qui témoigne du rejet total de Sarkozy (à sa décharge Hollande est à peu près dans la même situation). Non seulement Sarkozy n’est pas regretté mais l’opinion publique ne supporte plus. Il faut dire que ses meetings électoraux sur le mode du one-man-show ont fini par lasser même parmi ses supporters.  Tout cela sent le réchauffé, le déjà entendu, le déjà vu. Sans parler du peu de crédit qu’on peut apporter à sa parole compte tenu de sa pratique passée. L’ampleur du rejet de Sarkozy est-elle qu’on ne peut plus écarter l’hypothèse qu’il se retire de lui-même pour la compétition de 2017. Près de trois quarts des Français (72%) jugent que Nicolas Sarkozy « a fait son temps », selon un sondage publié mercredi qui confirme la mauvaise passe traversée par l’ancien président. D’après cette enquête Elabe pour BFM TV, une majorité de personnes interrogées estime que l’ex-chef de l’Etat représente un handicap pour la droite (64%), divise les Français (70%) et est avant tout animé par un esprit de revanche (73%). Une majorité des sondés reproche également à Nicolas Sarkozy de ne pas savoir reconnaître ses erreurs (69%) et de toujours proposer les mêmes solutions (70%).  Les sympathisants de la droite et du centre, appelés à désigner en novembre prochain leur candidat pour la présidentielle de 2017, arrivent en majorité aux mêmes conclusions, même si les proportions sont moins nettes. Priées de dire si elles regrettaient l’époque où il était à l’Elysée, seules 31% des personnes interrogées ont répondu « beaucoup » ou « un peu », et 63% ont dit « pas vraiment » ou « pas du tout ». Du coup dans un tel contexte d’impopularité, Sarkozy a bien du mal à définir le statut de son livre.    »Ce n’est pas un outil de communication », ni une « déclaration de candidature » à la primaire de la droite et du centre qui aura lieu en novembre prochain 10 Sarkozy dans le JDD. « Je ne cherche pas à convaincre. Je cherche à expliquer.. Pour autant, « ce n’est pas du tout un mea culpa. C’est beaucoup plus important que ça. C’est un retour d’expérience », confie-t-il encore au JDD. Et, précise-t-il au cas où on douterait de la persistance de ses ambitions : « Ce ne sont pas mes mémoires » non plus dit-il. Peut-être alors un ouvrage qui précède son renoncement à la candidature pour 2017 ? 

123456...17



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol