La baisse des retraites (CAE)

La baisse des retraites (CAE)

 

Comme pour les dépenses de santé, le conseil d’analyse économique tourne autour du pot et d’une certaine manière découvre la lune à propos du déséquilibre financier des régimes de retraite. Le comité d’analyse économique considère que l’équilibre des régimes est lié au niveau d’activité économique. Une évidence qui ne nécessite pas le recours à des cerveaux aussi prestigieux que ceux du CAE. Il est clair qu’en fonction du niveau du PIB (croissance) c’est le rapport entre actifs et retraités qui est modifié, donc  l’équilibre financier des caisses de retraite. En attendant en  l’état des perspectives de croissance même sur le long terme les régimes de retraite risquent d’éclater. Du coup le conseil d’analyse économique se livre à des les élucubrations byzantines pour s’orienter vers une baisse du montant de retraite. Des retraites normalement indexées sur l’évolution des prix mais en réalité bloquée et qui le seront pour longtemps. Le reste est littérature et arguties pseudo économique. Le mode actuel de calcul des retraites rend le système beaucoup trop dépendant de la croissance économique, souligne le Conseil d’Analyse économique (CAE). Il faut revenir à l’ancien système  Cela a été déjà souligné, mais c’est un fait majeur : le système français de retraites est extrêmement dépendant de la croissance. Qu’on en juge : à l’horizon de 2050, une croissance moyenne de 1,5% amènerait l’ensemble des régimes de retraite à l’équilibre, ou presque, même avec un taux de chômage restant élevé (10%), tandis qu’une croissance à peine inférieure, de 1% l’an, plongerait le système dans le déficit (près de 2% du PIB). En attendant il faut  diminuer le montant des retraites sans trop le dire, en s’appuyant sur un mécanisme technique mais puissant, puisqu’il compte pour plus que toutes les autres réformes dans l’équilibre des comptes des retraites. Il s’agit du mode de calcul du salaire de référence, base de la pension du futur retraité. Ce salaire est basé sur les 25 meilleures années de rémunération, comme l’a voulu la réforme Balladur de 1993. La question très technique, mais fondamentale, est celle du mode de calcul de ce salaire de référence: comment actualiser la rémunération reçue il y a 25 ou 30 ans ? En l’indexant sur l’évolution générale des salaires constatée depuis? Ou sur celle des prix ? Depuis 1987, les gouvernements ont choisi cette deuxième option, qui permet de diminuer les pensions servies. Mais cette diminution est d’autant plus sensible que le niveau général des salaires a été en forte hausse au cours de la période, ce qui correspond bien sûr à une croissance économique importante. Autrement dit, il faut de la croissance pour équilibrer les retraites, ce qui n’a rien d’assuré au cours des années à venir : rien ne prouve que la croissance en France sera supérieure à 1%. Certains économistes estiment la hausse potentielle du PIB à 0,8%. Les mécanismes en jeu peuvent se résumer de la façon suivante. Depuis 1987, les salaires portés aux comptes du régime général, qui rentrent dans le calcul du salaire de référence utilisé pour calculer la pension de retraite, ne sont plus revalorisés par la croissance des salaires, mais par l’inflation. Problème : dans la pratique les pensions ne sont plus revalorisées !

 

0 Réponses à “La baisse des retraites (CAE)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol