Popularité Hollande : la baisse logique après la hausse

Popularité Hollande : la baisse logique après la hausse

C’est finalement assez logiquement que François Hollande reperd du terrain. Sa hausse subite de popularité était essentiellement due au climat d’union nationale qui s’était installé après les attentats de novembre ; l’effet des  attentats s’estompe donc maintenant progressivement d’autant que la gauche a enregistré une cuisante défaite lors des élections régionales. Certes Hollande a pris le soin de se mettre à l’écart de ces élections dont il connaissait le caractère catastrophique pour la gauche. Il ne sait même pas exprimer une seule fois sur le sujet ;  pour autant cette posture de « neutralité » ne l’empêche pas d’être rattrapé par les d’autres sujets relatifs à sa gestion du pays. Un seul motif de satisfaction toutefois pour Hollande : Sarkozy de plus en plus contesté dans l’opinion publique l’est également dans son camp et plusieurs personnalités le précèdent maintenant en termes de popularité chez les sympathisants de droite selon un sondage BVA pour Orange et iTELE publié samedi. Trente pour cent des Français déclarent faire confiance au chef de l’Etat, soit trois points de moins qu’un mois plus tôt, alors que sa cote avait bondi de huit points juste après les attentats de Paris et Saint-Denis. BVA souligne que ce phénomène de hausse et de baisse de la popularité du président avait déjà été observé suite aux attentats de janvier.   »Cette baisse plutôt contenue montre que la défaite des listes de gauche aux élections régionales ne lui porte un préjudice que limité sur le plan de la popularité alors qu’il avait perdu sept points de bonnes opinions à l’issue des municipales de mars 2014″, indique l’institut. Le Premier ministre Manuel Valls, qui s’est beaucoup impliqué dans la campagne des régionales, a mieux résisté avec une baisse limitée à 1% de sa cote, à 39%. Le jugement sur leur politique est toujours aussi sévère, 27% des personnes interrogées (-1 point) considérant qu’elle est juste et 17% (-5 points) efficace. Les résultats des régionales ont un impact fort sur la cote d’influence des autres personnalités politiques.  L’ancien Premier ministre Alain Juppé arrive toujours nettement en tête des responsables dont les sympathisants de droite souhaitent qu’ils aient plus d’influence dans la vie politique mais il est désormais suivi par Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, les nouveaux présidents de Nord-Pas-de-Calais-Picardie et d’Ile-de-France, en forte hausse. Les deux arrivent même en tête chez les sympathisants des Républicains, juste devant Alain Juppé. Ce sondage confirme une nouvelle fois qu’à gauche comme à droite les candidats  prévus » pour 2017 à savoir Sarkozy et Hollande souffre d’un déficit de popularité par rapport à d’autres personnalités de leur camp, ce qui n’est pas sans poser quelques questions démocratiques sur le processus de désignation des candidats. D’une certaine manière, les Français seraient prêts à souscrire au principe du « ni-ni » de Sarkozy mais en l’appliquant aux candidats pour 2017 : ni Hollande, ni Sarkozy !

0 Réponses à “Popularité Hollande : la baisse logique après la hausse”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol