Alsace: Massenet se maintient

Alsace: Massenet  se maintient

 

 

 

 

La tête de liste du parti socialiste dans le Grand Est témoigne bien de ce que sont devenus nombres de responsables socialistes : des professionnels de la politique, et qui en vivent ; la rémunération d’un conseiller régional se situe entre 1500 et 2500 euros par mois auxquels s’ajoutent d’autres rémunérations liés à d’autres mandats et responsabilités. Jean-Pierre Massenet et ses colistiers ne veulent donc pas lâcher le fromage qui les nourrit depuis tant d’années. Pour justifier l’injustifiable la tête de liste en appel à la stratégie qu’il convient de mettre en œuvre pour s’opposer au Front National. Une imposture évidemment puisque ce maintien risque précisément de faire élire le front national. La vérité c’est que ces j’ai lu n’ont ni lignes idéologiques, ni sens de l’intérêt général et que seul compte leur intérêt personnel d’élus avec tous les avantages qui vont avec. Si le parti socialiste avait un peu de cohérence et de courage il devrait exclure Jean-Pierre Massenet et ses colistiers. L’archétype du candidat PS qui a exercé des mandats pendant 35 ans et qui continue…. puisque la soupe est bonne. « Nous pensons que c’est la meilleure façon de nous opposer au Front national, en occupant la place, dans l’opposition »s’est expliquée la tête de liste socialiste dans le Grand Est. Alors que le FN emmené par Florian Philippot engrange 36,06% des voix au premier tour, le modeste de score de Jean-Pierre Masseret (16,11%) n’a pas découragé le président sortant de la région Lorraine. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a pourtant été clair, au lendemain du premier tour. Le Parti socialiste devait se retirer dans les trois régions où il arrive en troisième position alors que le Front national possède de réelles chances de l’emporter : Nord-Pas-de-Calais-PicardieProvence-Alpes-Côte-D’azur et donc Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne. Celui qui enregistre le pire score de toutes les listes socialistes en France métropolitaine est loin d’être un novice. Ce fils de mineur, né en 1954 à Cusset (Allier), a débuté sa carrière en 1979 comme conseiller général dans le canton de Montigny-lès-Metz (Moselle). En 1983, il devient le plus jeune sénateur à siéger au Palais du Luxembourg à 39 ans tout juste. Un poste qu’il n’a quitté qu’entre 1997 et 2001 depuis. Après avoir remporté la mairie d’Hayange en 1995, il poursuit son ascension et entre au gouvernement Jospin en tant que secrétaire d’État à la Défense en charge des Anciens combattants.

0 Réponses à “Alsace: Massenet se maintient”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol