La BCE pour une relance keynésienne ?

La BCE pour une relance keynésienne ?

Mario Draghi  tire un bilan très mitigé de la politique monétaire accommodante de la BCE. Sur la tendance la BCE estime que l’Europe est condamnée à la croissance molle, c’est-à-dire à une progression du PIB  de 1,4 à 1,5 % par an pendant plusieurs années. Depuis la fin de la récession en 2013, la croissance trimestrielle de la zone euro n’a pas dépassé 0,4 %. Au troisième trimestre 2015, elle était encore de 0,3 %. -De la mollesse de l’activité générale : une inflation très insuffisant (environ 1 % au lieu des 2 % visés). Contrairement à ce qui est affirmé ici ou là il s’agit dune  pression sur les prix qui n’est pas seulement lié à la baisse des matières premières. C’est essentiellement la faiblesse de la demande qui pèse sur les prix de l’offre. Dès lors la BCE entend poursuivre et même accélérer sa politique accommodante notamment par le rachat d’actifs mais aussi par de nouvelles interventions sur les taux. Pour autant Mario Draghi semble conscient des limites de l’action monétaire. Il n’hésite pas non plus à mettre en cause la rigueur budgétaire qui a pesé de manière négative sur la reprise. Du coup de manière feutrée il semble adhérer à la nécessité d’une politique keynésienne qui permettrait de relancer l’investissement, salaires et consommation. Pas sûr cependant qu’ils parviennent maintenant à persuader  les Etats encore convaincus des bienfaits de la rigueur budgétaire. Le principal pays à convaincre sera l’Allemagne toujours enfermée dans ses dogmes. Une Allemagne qui ne changera sans doute pas de position à moins comme c’est probable que son taux de croissance ne vienne à s’effriter dangereusement.

0 Réponses à “La BCE pour une relance keynésienne ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol