• Accueil
  • > politique
  • > Revendication des attentats : la voix d’un djihadiste français identifié

Revendication des attentats : la voix d’un djihadiste français identifié

 

Revendication des attentats : la voix d’un djihadiste français identifié

La voix du Jihad East qui a revendiqué les attentats au nom de l’État islamique est celle d’un français, Fabien Clain, C’est un vieux routier du jihadisme français, pilier de la mouvance toulousaine des Merah. L’intonation n’est ni martiale ni agressive, la voix est douce, posée. Les mots sont d’une violence rare pour se réjouir de la mort des « idolâtres » du Bataclan, des « croisés », et pour prévenir: « Cette attaque n’est que le début de la tempête et un avertissement pour ceux qui veulent méditer et retirer leurs leçons ». Âgé d’environ 35 ans, ce Réunionnais n’appartient pas à la génération des « djihadistes Facebook » partis en Syrie embrigadés par internet et dotés d’un bagage religieux sommaire. Comme un Saïd Arif ou un David Drugeon, son profil et son passé en font un cadre et un mentor naturels pour les plus jeunes parmi les quelque 850 Français et Belges qui seraient actuellement en Syrie. Converti à l’islam dans les années 90, il semble s’être radicalisé dans la première moitié des années 2000. Il appartient alors à un groupe de jeunes Toulousains qui fréquentent une salle de prières de Bellefontaine à Toulouse et se réunit volontiers dans un petit village de l’Ariège, Artigat, autour d’un étrange « gourou », Olivier Corel. D’origine syrienne, l’ »Émir blanc », aujourd’hui septuagénaire, fait office de « savant en religion » pour ces jeunes qui viennent régulièrement dans sa petite maison écouter ses préceptes. Au même titre qu’un autre converti, l’Albigeois Thomas Barnouin, Fabien Clain, alias « frère Omar », exerce un ascendant intellectuel certain sur le groupe. Notamment auprès de deux frères, Abdelkader et Mohamed Merah, et d’un de leurs intimes, Sabri Essid. Surveillé de plus en plus près, le groupe de Toulouse-Artigat apparaît dans les radars de la justice fin 2006. Le 12 décembre, Essid et Barnouin sont interceptés par l’armée syrienne, en route pour combattre les troupes américaines en Irak.

 

0 Réponses à “Revendication des attentats : la voix d’un djihadiste français identifié”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol