SNCM : maintenant Corsica Maritima favori ?

SNCM : maintenant Corsica Maritima favori ?

Après l’abandon du projet de reprise de la SNCM par la STEF,  il se pourrait que corsa Corsica maritime tienne la corde comme candidat repreneur  L’avantage de ce projet c’est qu’il est surtout soutenu et animé par les acteurs économiques locaux un peu sur le modèle de Brittany ferry en Bretagne. Un modèle qui a connu des difficultés mais qui a réussi  à les  dominer parvenant même à présenter sur le long terme un bilan économique très satisfaisant. Le tribunal de commerce de Marseille examinera mercredi les offres de reprise dans un contexte nouveau après le retrait, vendredi dernier, du spécialiste du froid STEF, longtemps favori mais dont l’offre n’a pas réussi à obtenir le feu vert de la Commission européenne. Baja Ferries, qui devait reprendre les liaisons de la SNCM sur le Maghreb dans l’offre conjointe avec STEF, censée se concentrer sur celles avec la Corse, a finalement décidé de se positionner sur l’ensemble des activités de la compagnie. Dans un courrier du 9 octobre, dont Reuters a obtenu copie, Daniel Berrebi, président de Baja Ferries, affirme que son groupe est en mesure de « présenter seul (son) offre ». L’armateur français basé à Miami dit avoir obtenu un « financement de 50 millions de dollars auprès de financeurs externes » qui viennent s’ajouter à la « trésorerie conséquente de Baja ferries », de l’ordre de 29 millions d’euros. Il demande toutefois un « nouveau et bref délai d’amélioration des offres » si la justice estime mercredi ne pas pouvoir étudier son offre. Les deux autres offres en concurrence sont celles du transporteur corse Patrick Rocca et de la société d’investissement Med Partners de Christian Garin, ancien président du port de Marseille. Les administrateurs judiciaires ont préconisé de ne retenir que les offres corses dans un rapport servant de base à la réflexion du tribunal, qui n’est pas tenu de suivre cet avis.  De source proche du dossier, on estime que Corsica Maritima a une longueur d’avance sur ses concurrents. « Aujourd’hui, Baja n’est clairement plus dans la course puisque les offres ne sont pas améliorables durant le report voulu par la justice », dit-elle. « Il lui faut absolument une décision du tribunal qui relance la procédure parce que, en l’état, son offre n’est pas acceptable. » Le président de Corsica Maritima, François Padrona, reconnaît être parti « avec beaucoup de retard sur certains qui sont dans le circuit depuis plus d’un an ».   »Mais le cahier des charges était au départ inabordable, notamment en raison des amendes européennes qui pesaient sur la compagnie », a-t-il déclaré à Reuters. Les offres de tous les repreneurs potentiels sont en effet conditionnées à la résolution des contentieux européens qui pèsent lourdement sur l’avenir de la compagnie maritime, dont l’actionnaire majoritaire est Trandev, coentreprise entre Veolia et la Caisse des dépôts. Il s’agit des quelque 440 millions d’euros d’aides publiques accordées dans le passé par l’Etat que la Commission européenne juge illégales et dont elle réclame le remboursement, sauf s’il y a cessation d’activité et reprise de l’entreprise dans un périmètre plus réduit, de manière à préserver la concurrence.

0 Réponses à “SNCM : maintenant Corsica Maritima favori ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol