Sécu- déficit Maladie : ça dérape toujours

Sécu-Maladie : ça dérape toujours

 

Ce n’est pas demain que l’équilibre financier de la sécurité sociale sera atteint. D’ailleurs la Cour des Comptes, elle-même déclare être incapable, de prévoir une date pour ce rééquilibrage (plus de 200 milliards de déficits cumulés pour l’ensemble de la sécu) Pas forcément une détérioration de l’ environnement sanitaire plutôt l’effet dépressif de la crise et la sécu utilisée comme traitement d. thérapeutique du chômage La déprime sociale se métamorphose parfois en déprime tout court. Les dépenses du régime général d’assurance maladie ont en effet encore  augmenté de 2,3% sur les huit premiers mois de 2015 en France, selon les données corrigées des jours ouvrés et variations saisonnières publiées mardi par la Cnam. Sur les douze derniers mois, leur progression atteint 3,0%, contre +3,2% à fin juillet. Les soins de villes (hors soins hospitaliers), qui représentent environ 45% du total des dépenses d’assurance maladie, ont augmenté de 2,9% sur les huit premiers mois de l’année et de 3,6% sur 12 mois (contre +4,1% à fin juillet). Ce ralentissement touche l’ensemble des composantes des dépenses. Très net pour les soins des médecins et dentistes (+3,0% sur un an après +3,3%), il est très limité pour les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux (+5,0% sur un an après +5,1%). Les remboursements de médicaments délivrés en ville ont diminué de 0,8%.  Dans le même temps, les versements aux hôpitaux ont progressé de 2,9% sur les douze mois à fin août, dont +3,3% pour le secteur public et +,9% pour le privé. Les remboursements du régime général d’assurance maladie représentent 86% du total de l’Ondam (objectif national de dépenses d’assurance maladie), dont l’évolution a été fixée à +2,1% en 2015.

 

0 Réponses à “Sécu- déficit Maladie : ça dérape toujours”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol