Migrants : entre populisme et irresponsabilité

Migrants : entre populisme et irresponsabilité

En Europe comme en France la problématique des migrants prend des allures surréalistes. Pour l’instant le choix se résume entre une attitude populiste et l’irresponsabilité des autres responsables politiques. Le populisme surfe sur les mécontentements de tous ordres qui estiment que les migrants viennent manger le pain des Français. Un thème forcément populaire en ces temps de crise caractérisés par la montée du chômage et la dégradation des conditions de vie. On a facilement trouvé le bouc émissaire de toutes nos difficultés et de toutes nos insuffisances : le responsable ses l’étrangers. Curieux parfum des années 30 qui légitime tous les nationalismes, tous les égoïsmes aussi tous les schématismes. À l’inverse il y a tout ceux  qui préconisent e de manière naïve l’accueil de toutes les misères du monde. De ce point de vue l’Allemagne s’est montrée particulièrement irresponsable en décrétant qu’elle était prête à accueillir des millions de réfugiés. Tellement irréaliste que la même Allemagne est contrainte aujourd’hui ,comme d’autres pays qu’elle a par ailleurs condamnés, de rétablir un contrôle des frontières. Cette annonce inconsidérée a largement accru les mouvements migratoires qui deviennent désormais impossibles à gérer. En France aussi, mais dans une moindre mesure par rapport à l’Allemagne, certains ont souhaité ouvrir très largement la vanne des flux migratoires. Dans le flux migratoire il n’y a pas que des réfugiés victimes de conflits et de barbarie notamment de la part de l’État islamique mais aussi nombreux de migrants en provenance des Balkans et surtout des migrants pour raisons économiques. En clair il faudrait s’apprêter à accueillir des millions de migrants en quelques années. La question la problématique est beaucoup plus complexe que ce qu’en disent la plupart des responsables politiques qui s’opposent t de manière manichéenne entre humanitaires et populistes voire xénophobes . De ce point de vue la simplification des facteurs explicatifs donne bonne conscience aux un et aux autres mais ne parvient pas à dégager une stratégie prenante en compte des différentes interactions entre les facteurs politiques, économiques sociales, religieuses sociétales au sens large. Même si les pays en conflit ont des responsabilités évidentes, des pays occidentaux sont aussi parties prenantes dans les facteurs explicatifs. De ce point de vue l’Europe fait complainte Mans l’impasse sur la nature de nos relations avec les pays en conflit, relations qui ont permis alternativement de soutenir des dictatures corrompues ou inversement de déstabiliser les régimes en place. Cela pour des intérêts économiques ou géo stratégique. La position de la France quant à elle se traduit par une vision au jour le jour. Il y a peu de temps la France entendait intervenir seulement en Irak. Puis le pays a décidé d’intervention aérienne dans un but de reconnaissance en Syrie. Valls à l’assemblée nationale annonce maintenant des frappes à la seule initiative de la France. En clair en marge de toute perspective de coalition internationale comme si la France avait encore seule la capacité de faire face avec ses frappes aériennes à l’État islamique. De ce point de vue l’annonce par Valls de ses futures frappes isolées de la France et sans doute aussi irresponsable que l’annonce par l’Allemagne d’accueillir des millions de réfugiés. Face à l’irrationalité de ces orientations pas étonnant que la vague populiste gagne du terrain. Elle se nourrit de toutes les contradictions. Pour schématiser le débat sur les flux migratoires, lors facteur explicatif et les stratégies à mettre en œuvre sont à peu près au niveau de celui du café du commerce. Un débat forcément nul qui ne peut déboucher que sur des propositions affligeantes.

0 Réponses à “Migrants : entre populisme et irresponsabilité”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol