Intervention de Hollande : un manque de souffle

Intervention de Hollande : un manque de souffle

 

Une intervention qui ne marquera sans doute pas le quinquennat du président de la république et qui paraissait manquer de souffle et d’ambition. Gêné par les piètres résultats économiques intérieurs, Hollande s’est en effet résolu à faire une très large place aux questions internationales concernant notamment la Syrie, le terrorisme international et les migrants.  Hollande a longuement traité des conditions d’accueil des migrants en indiquant que la France était prête à accueillir son quota. Mot d’ailleurs qu’il récuse mais qui ressemble comme un frère au concept d’accueil obligatoire défini par l’union européenne.   »Face à cette situation, j’ai proposé un mécanisme permanent et obligatoire d’accueil des réfugiés, a expliqué le président de la République. Le mot important, c’est obligatoire, puisque c’est ce qui fait la différence avec ce qui ne s’est pas fait ces derniers mois. ». Il est clair que le plan de l’union européenne constitue une avancée sur le plan humanitaire pour autant les chiffres avancés non ne paressent  pas en adéquation avec les flux migratoires actuels et attendus. Le président de la république a convenu qu’il fallait s’attaquer aux causes fondamentales de ces flux migratoires cependant sa proposition d’intervenir par voie aérienne en Syrie ne paraît pas à la hauteur de l’enjeu. D’ailleurs il a signalé que les interventions auraient pour objet pour l’instant d’effectuer  des reconnaissances. Le chef de l’Etat a annoncé que la France mènerait dès ce mardi, des vols de reconnaissance qui permettront d’envisager des frappes contre Daech. En revanche, François Hollande a exclu l’idée d’une intervention au sol, ce serait « inconséquent et irréaliste », a-t-il-dit. Un débat aura lieu au Parlement sur la question de l’engagement militaire français en Syrie. Il aura lieu « le mardi 15 septembre » a précisé Manuel Valls, dans la soirée. Dans le domaine international Hollande a aussi abordé les conditions de la future conférence sur le climat et évoqué ses propres inquiétudes quant aux résultats à en attendre. Des inquiétudes légitimes car pour l’instant on n’a pas trouvé le premier euro pour financer les 150 milliards prévus afin d’aider les pays en voie de développement à assurer leur transition énergétique, même pas le financement pour les réunions de Cop 21. Évidemment le président de la république a fait une large place aux baisses d’impôts qu’il avait déjà annoncée. Des baisses d’impôt qui ne concerne que l’impôt sur le revenu et qui seront finalement assez symboliques puisque ces réductions seront de l’ordre de 2 milliards sur un rendement actuel de l’impôt sur le revenu de 75 milliards. Enfin Hollande à traité la question de l’évolution de la législation du travail. Mais là aussi avec un certain flou dans la mesure où il n’a pas dit clairement s’il y aurait ou non une inversion des hiérarchies juridiques. En clair si l’accord d’entreprise prendrait le pas sur le code du travail ou si  on donnerait la possibilité aux entreprises d’adapter le code du travail. Pour conclure une intervention assez terne, sans annonce très nouvelle et sans doute hypothéquée  par les mièvre résultats économique du pays. D’où l’accent mis sur les questions internationales.

0 Réponses à “Intervention de Hollande : un manque de souffle”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol