• Accueil
  • > politique
  • > Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton 6 septembre 2015)

Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton 6 septembre 2015)

  •  

    • Pendant que François de Tulle, normal Premier, annonçait une baisse d’impôts afin de redorer son blason bien affecté, le bouillant prétendant au trône, Valls de Vienne, lui mouillait sa chemise à l’université du parti socialiste à la Rochelle. On l’a en effet vu rouge comme un coq et trempé comme une serpillière après son discours enflammé tentant de faire le grand écart entre les valeurs socialistes et la ligne sociale libérale qu’il incarne. On aurait dit un torero sortant de l’arène. On ne sait cependant s’il a obtenu  les oreilles et la queue de la bête combattue à savoir le socialisme rétro. La bête frondeuse a en effet la vie dure. Une bête frondeuse qui de toute façon ne pénétrera pas au gouvernement comme l’avait envisagé Hollande pour ressouder ses troupes royales. Valls de Vienne n’en voulait pas. Du coup on s’est mis d’accord sur le nom d’une complète inconnue. En réalité personne ne ce bousculait au portillon dans les personnalités de premier plan pour prendre ce ministère délicat qui consiste essentiellement à commenter chaque mois des statistiques décevantes du chômage tout en affirmant que les tendances vont dans le bon sens, mieux même que l’inversion est proche. Il n’y a sans doute que Sapin de Noël qui réussissait avec autant de fourberie et d’inconscience cet exercice impossible. Finalement c’est Myriam El Khomri qui a été désigné ministre du travail, une parfaite inconnue, apparatchik et sans compétence,  ce qui n’est pas du tout un obstacle à l’exercice du métier. Très critiquée pour son manque de connaissance de la question et son mode de désignation, l’intéressée s’est défendue avec vigueur à défaut de pertinence. Elle reconnaît en effet ne pas faire parti des poids-lourds mais qu’elle a la « légitimité du terrain ». Curieuse confusion sémantique à propos de ce qu’elle appelle le terrain. En effet notre nouvelle petite princesse n’a pratiquement jamais travaillé et dès 20 ans a commencé une carrière politique. Le terrain est sans doute celui de Solférino, un terrain assez éloigné de la  réalité économique et sociale donc elle ignore tout. On objectera pour sa défense qu’elle n’est pas la seule dans ce cas au gouvernement la plupart appartenant en effet à cette oligarchie qui a transformé la fonction élective et le service de l’État en carrière politique. Le parti socialiste n’ayant pas l’exclusivité dans ce domaine. La ministre du travail ou plutôt du chômage présente des qualités aux yeux du monarque : elle est jeune, issue de l’immigration et nouvelle star de la chanson socialiste. En outre elle n’a pas peur de l’enflure des mots et des formules puisqu’elle déclare qu’elle veut mettre les mains dans le cambouis, une image bien sûre car il s’agit de la poussière du code du travail. Une réforme chère à Valls de Vienne et vis-à-vis de laquelle il faudra sans doute prendre des gants quand même. En effet les sujets de Sa Majesté sont actuellement très sensibles sur tout ce qui touche à leurs conditions sociales. D’autant plus que certains princes économiques ne se privent pas de s’en mettre  plein les poches. Le patron d’Alcatel par exemple qui s’est octroyé une petite prime de 14 millions au terme d’un contrat de deux ans, en plus évidemment de son salaire et alors qu’il est assuré d’une reconversion rapide comme patron de Numéricable. Même le Medef n’a pas approuvé, c’est dire. Cette petite prime était presque juridiquement fondée puisque l’ancien patron d’Alcatel a bien redressé l’entreprise au prix de rugueuses  restructurations notamment avec le licenciement de 10 000 personnes dans des conditions draconiennes. On peut s’attendre à de lourdes sanctions à l’égard de ce patron bien peu délicat et à la sanction suprême ;  Macron a en effet prévu de lui faire les gros yeux à défaut d’une tête au carré. En outre les sujets de Sa Majesté devraient manifester un peu plus de compassion à l’égard des drames que vivent certains grands patrons en effet les grandes fortunes de France ont perdu en une quinzaine de jours environ 14 milliards à cause du mouvement baissier des marchés financiers du coup par exemple Madame Bettencourt se retrouve avec une fortune limitée à au lieu de 30 milliards au lieu de 33.Un téléthon devrait être organisé à l’égard de cette population spoliée.  L’ensemble des sujets seront cependant largement récompensés en 2016, on prévoit en effet une augmentation générale du pouvoir d’achat de l’ordre de 1 %. Comme pour le patron d’Alcatel, on se demande ce que les Français feront d’une telle fortune. Certains grincheux vont objecter qu’en fait cette augmentation est du pipeau et que l’indice des prix officiels de l’INSEE est obsolète car les dépenses contraintes ne cessent d’augmenter,  en tout cas beaucoup plus que ne l’indique l’indicateur de la servile INSEE. Bercy a cependant déjà réfléchi aux moyens de récupérer cette augmentation du pouvoir d’achat en élargissant l’assiette de redevance audiovisuelle on pourrait créer une nouvelle taxe sur les ordinateurs les boxs voire éventuellement les tablettes et autres smartphones ;  au départ évidemment une petite taxe toute nouvelle mais qui ne demandera qu’à grossir avec le temps et les soins attentifs de l’ingénierie fiscale française. Une ingénierie fiscale dont se sont beaucoup plaints  nos paysans cette semaine qui faut de moyens financiers pour payer le voyage ont été contraints d’utiliser leurs tracteurs pour se rendre à Paris, on avait craint qu’ils ne viennent avec leurs fourches mais ils sont repartis de la même manière quand même un peu déçus d’avoir était blousé à la fois par la FNSEA et par le gouvernement. Ils n’ont sans doute pas compris que l’avenir n’était plus dans la ruralité mais dans la concentration urbaine, les grandes métropoles et la croissance endogène qui permet de rendre  marchand tout ce dont l’individu a besoin. En plus il y a une sorte d’égalité de traitement entre l’industrie, qu’on a complètement délaissée, et l’agriculture qui va sans doute subir le même sort. C’est le nouveau concept d’organisation sociétale sans économie mais avec des trous financiers partout. Mais d’après le monarque qui s’est confié au Monde la gauche n’est pas assez armée idéologiquement pour comprendre encore.
    • God save the King

     

0 Réponses à “Hollande : une semaine catastrophique (feuilleton 6 septembre 2015)”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol