Inflation : une mesure des prix faussée

Inflation : une mesure des prix faussée

 

D’après l’INSEE des prix aurait baissé le mois dernier et sur un an la hausse seulement de 0,2%. La vérité c’est que les dépenses contraintes et les services voient leur prix augmenter. Il y a une déformation de la structure de consommation avec une part de plus en plus importante consacrée aux dépenses contraintes. Mais l’indice de l’INSEE n’en tient pas compte. Les revenus dont l’évolution s’appuie sur l’indice officiel de ce fait ne montent  pas voire régressent. Ne parlons pas des pensions qui elles sont bloquées depuis plusieurs années et qui le resteront encore longtemps. Grâce à cet indice des prix obsolètes on fait apparaître une augmentation de pouvoir d’achat théorique. Mais dans la réalité le pouvoir réel régresse. Cette situation fondée sur une erreur méthodologique (mais aussi politicienne) pèse de façon négative sur le volume de consommation donc sur la croissance et l’emploi. C’est aussi un mauvais calcul pour l’État et les grands équilibres financiers car les rentrées fiscales diminuent en francs constants. D’une certaine manière la tendance déflationniste est ainsi  entretenue par le gouvernement et les instituts serviles comme l’INSEE. Par parenthèse l’INSEE qui avait prévu une croissance de 03 % au second trimestre alors que la croissance réelle et de 0 %. Les prix à la consommation ont par ailleurs baissé de 0,4% par rapport au mois de juin dernier. Une baisse expliquée, selon l’Insee, par les soldes d’été qui ont fait diminuer les prix. Mais de leur côté, les prix de certains services et produits ont connu une réelle hausse, rapporte Le Monde. C’est notamment le cas des timbres, des journaux, de l’électricité ou encore des billets de trains qui ont vu leur prix s’accroître fortement. Le prix du timbre-poste a connu une augmentation de 8,8% en un an. Comme l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a autorisé, en 2014, une hausse des prix de 5,2% par an pendant 4 ans à La Poste, les prix ne devraient pas s’arrêter de grimper. L’électricité connait également une forte hausse. Les prix des particuliers ont augmenté de 4,3% entre juillet 2015 et juillet 2014. La principale cause ? La Commission de régulation de l’énergie est allée dans le sens d’EDF, qui souhaite depuis de nombreuses années une hausse des prix afin de pouvoir moderniser les centrales, explique le journal.  De leur côté, les consommateurs de fruits ont vu une hausse des prix de 6% en moyenne. Une hausse notamment due à la limitation des rendements et à la plus forte demande avec le beau temps. L’augmentation est néanmoins compensée par les prix très bas de 2014. Les amateurs de journaux voient depuis plusieurs années les prix croître. Depuis 1998, le coût moyen d’un journal a augmenté de 49%, face notamment à la baisse des ventes. Cette année, la hausse a été de 1,3%.  . Du côté des complémentaires santé et des assurances habitations, c’est le même bilan. Leur coût a en effet été augmenté de 3% par rapport à l’été 2014. La cause ? Des remboursements pour la santé ou encore pour les événements climatiques qui pèsent de plus en plus, selon les assureurs. Faire réparer ses appareils ménagers ou sa voiture  coûte de plus en plus cher. Le prix s’est accru de 3,9% en un an pour les appareils ménagers, et concernerait également d’autres produits. Une hausse qui, selon les entreprises, est due à l’augmentation des salaires, ajoute le quotidien.

 

0 Réponses à “Inflation : une mesure des prix faussée”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol