Après la Grèce, la France ?

Après la  Grèce, la France ?

Dans l’affaire concernant la négociation d’un nouveau plan pour la Grèce c’est une nouvelle partie de poker qui s’est joué entre la France et l’Allemagne. La France qui craint par-dessus tout d’être la prochaine cible de Bruxelles et qui s’abrite derrière la protection de l’Allemagne dans le cas grec. Dans une interview accordée au quotidien allemand des affaires Handelsblatt et publiée ce lundi 3 août, le ministre français des Finances, Michel Sapin, se plaît à insister sur sa divergence avec Wolfgang Schäuble, son homologue allemand. En réalité il y a une convergence conjoncturelle entre la France et l’Allemagne mais La chancelière refuse de remettre en cause l’irréversibilité de l’euro. La monnaie unique est essentielle pour l’économie allemande et elle ne peut prendre le risque de la voir se déliter autour d’une nouvelle « zone mark » dont la monnaie serait fortement réévaluée. Sans compter les effets collatéraux financiers pour le budget allemand, mais aussi pour le système bancaire allemand. Le jeu consistait à savoir qui craignait le plus le Grexit.  La France et Michel Sapin sont simplement alignés sur la position d’Angela Merkel. Bercy et l’Elysée ne veulent pas non plus du Grexit et d’une « zone euro resserrée » qui mettrait davantage de pression sur la France. Mais la France souhaitait aussi stopper « l’expérience Syriza » qui risquait de remettre en cause les fondements des choix économiques du gouvernement Valls. Paris a donc profité tout autant que la chancelière de la menace agitée par Wolfgang Schäuble et de ses conséquences. Donc, s’il y a dissension théorique, il y a en réalité, dans les faits, un accord complet entre la France et l’Allemagne sur la gestion de la crise grecque. . La raison en est connue de tous : la France doit faire accepter par Berlin son statut de médiocre élève de la classe en termes de finances publiques. C’est l’épée de Damoclès qui menace en permanence Paris. Certes, c’est Bruxelles qui donne les bons et les mauvais points en ce domaine, comme les délais ou les punitions. Mais la Commission ne saurait s’opposer frontalement à Berlin qui, compte tenu de sa noria d’alliés dans et hors de la zone euro, fait la pluie et le beau temps au Conseil européen.   L’opposition entre Michel Sapin et Wolfgang Schäuble est donc une opposition de forme. Quelle est alors sa fonction ? Celle d’envoyer plusieurs messages aux Français. Le premier, c’est que le gouvernement français est un contrepoids à l’Allemagne. En s’opposant à Wolfgang Schäuble, Michel Sapin apparaît comme une défense contre une Europe égoïste voulue par le ministre allemand. Mais il oublie de préciser qu’Angela Merkel a été celle qui a empêché les plans réels ou supposés de son ministre. Toujours est-il que ceci permet de donner au gouvernement français un vernis utile électoralement de « gauche » en défendant une supposée solidarité intra-européenne face à une « droite allemande » prétendument prête à détricoter la zone euro. Ce qui fait dire à Yanis Varoufakis, dans sa dernière interview à El Pais, que « la destination finale de la troïka est Paris. »

 

0 Réponses à “Après la Grèce, la France ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol