Crise lait : un accord trop partiel

Crise lait : un accord trop partiel

 

 

En fiat c’est comme pour la viande un accord partiel et provisoire. L’accord sur le lait ne concerne qu’uen partie de son utilisation or il sera impossible de distinguer le lait destiné à la grande distribution (qui faiat l’objet d’uen accord) et le reste de la filière. En outre m^me sur ce terrain réduit, il n’est pas certain que les engagements soient tenus. Les éleveurs français ont obtenu vendredi l’accord des autres acteurs de la filière laitière pour faire remonter les prix, ce qui devrait calmer le jeu pour un temps, mais les engagements d’urgence ne règlent qu’en partie un problème européen. Après les éleveurs de porcs et de bovins pour l’abattage, les laitiers, transformateurs et opérateurs de la distribution se sont réunis au ministère de l’Agriculture où un accord a été trouvé sur un objectif de 34 centimes le litre. La cotation moyenne du lait, très volatile, était de près de 390 euros les mille litres (soit 39 centimes le litre) fin 2014 et a chuté à 302 euros environ les mille litres au 15 juillet. A l’issue de la réunion, les présidents de la FNSEA, Xavier Beulin, et de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), Thierry Roquefeuil, ont appelé à la levée des barrages alors que plusieurs laiteries, dans l’Ouest surtout, étaient bloquées dans la matinée de vendredi. « Du fait que la grande distribution a répondu favorablement à nos attentes (…) bien sûr qu’on doit lever les barrages mais on va rester vigilant dans le réseau pour que ces engagements soient tenus », a dit Thierry Roquefeuil à la presse. L’accord permettrait de reverser aux producteurs la totalité d’une hausse de prix qui serait mise en oeuvre par la grande distribution. Une moyenne de 340 euros les mille litres permet selon la FNPL de couvrir les charges, à défaut de plus.  Seront concernés le lait de consommation et les produits laitiers destinés aux produit de marques de distributeurs, un précédent accord ayant été trouvé avec les grandes marques. La Fédération nationale de l’industrie laitière souligne de son côté que, l’accord ne portant pas sur tous les produits, il est à ses yeux « impossible à ce jour de garantir un prix d’achat minimum aux 1.000 litres, comme annoncé par certains ».

0 Réponses à “Crise lait : un accord trop partiel”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol