Crise grecque: vers un accord ?

Crise grecque: vers un accord ?

Tout ça pour ça ? En fait tout un cirque pour finalement aboutir sans doute  à un accord partiel et provisoire qui était prévisible dès le début. Mais il a fallu que Bruxelles fasse semblant de se fâcher  (Juncker surtout toujours ridiculement théâtral), que Tsipras provoque uen referendum dont il a abandonné le contenu sitôt la majorité obtenue, que le France joue les entremetteurs afin d’éviter de devenir à son tour  la cible de Bruxelles en cas de Grexit.  Et finalement on n’a pas traité le fond : l’ impossible remboursement de la dette de nombre d’Etats européens (qui dépasse les 60% du PIB) et dont le déficit sera encore largement au dessus des 3% du PIB ; Autant dire que pacte européen n’est pas respecté  notamment parce qu’il est inapplicable en période de crise de la croissance.  Cette proposition, qui fait renaître l’espoir d’un accord évitant à Athènes la sortie de l’euro, sera examinée samedi par les ministres des Finances de l’union monétaire réunis à Bruxelles. Toutefois, selon cette même source européenne, la réunion de l’Eurogroupe devrait déboucher « au mieux sur un accord politique », la décision de relancer les négociations avec Athènes incombant au sommet des chefs d’État ou de gouvernement des 28 qui aura lieu dimanche à Bruxelles.  En outre, si la Grèce et ses partenaires européens s’entendent sur ce troisième plan d’aide à Athènes, au moins huit parlements de la zone euro devront donner leur aval, le Bundestag allemand même à deux reprises. La proposition soumise par le gouvernement grec « est une base de négociation pour un troisième programme de 74 milliards d’euros sur trois ans: 16 milliards du FMI et 58 milliards du Mécanisme européen de stabilité (MES), soit un dixième de sa capacité« , a souligné la source européenne, observant que   »ce n’est donc pas du nouvel argent ».  D’après une autre source européenne, les créanciers ont été « surpris favorablement » par le document envoyé jeudi par Athènes, considérant qu’il contenait des mesures « très similaires de celles que proposaient la Commission »  fin juin. Dans ce document de 13 pages intitulé « Actions prioritaires et engagements » et publié dans la nuit de jeudi à vendredi, Athènes s’engage à adopter une grande partie des mesures proposées par les créanciers le 26 juin et qui ont été rejetées par les Grecs lors d’un référendum dimanche dernier.  Les propositions du gouvernement Tsipras paraissent en effet très proches du dernier texte des créanciers sur la plupart des sujets qui fâchent: retraites, TVA, privatisations, taxe sur les sociétés… Lors du débat en cours au Parlement grec, le Premier ministre Alexis Tsipras a défendu sa proposition d’accord faite aux créanciers, tout en admettant qu’elle contient des mesures « difficiles » et « loin » du « pacte électoral » de la gauche radicale au pouvoir. % du PIB

0 Réponses à “Crise grecque: vers un accord ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol