Une boucherie végétarienne

Une boucherie végétarienne

 

 

Des boucheries végétariennes pour sauver la planète, peut-être la solution. En moyenne, 10kg de protéines végétales sont utilisées pour produire 1kg de protéines animales.1 En effet, pour obtenir de la viande, il faut d’abord nourrir un animal : par exemple, il faut 13kg de céréales et 30kg de foin pour produire 1kg de viande de bœuf.2 En conséquence, la production d’aliments d’origine animale nécessite en moyenne beaucoup plus de ressources que la production d’aliments végétaux. Ce gaspillage de ressources est lourd de conséquences pour la planète et contribue à renforcer l’insécurité alimentaire mondiale.: déforestation, érosion, épuisement des ressources d’eau douce, pollution de l’air et de l’eau, réchauffement climatique, réduction de la biodiversité, injustices sociales, développement de maladies. En Amérique Centrale, 40% des forêts tropicales humides ont été détruites au cours des 40 dernières années, principalement pour laisser la place à des pâturages destinés au marché d’exportation, souvent à destination des hamburgers américains… La viande est trop chère pour les pauvres de ces pays exportateurs de viande de bœuf, alors que dans certains cas les pâturages ont chassé une agriculture traditionnelle hautement productive. Au cours des quatre dernières décennies, les terres agricoles ont gagné presque 500 Mha sur les forêts et les autres surfaces. On estime que seront convertis encore 500 Mha entre 1997 et 2020, principalement en Amérique latine et en Afrique sub-saharienne4. Les besoins en terre pour l’élevage en sont la principale cause. En effet, l’élevage est de très loin l’activité humaine la plus consommatrice de terres : il faut de 6 à 17 fois plus de surface de terre pour produire de la viande que pour produire du soja1. En conséquence, la production de bétail monopolise 70 % de toutes les terres agricoles et 30 % de la surface émergée de la planète. 70 % des terres auparavant couvertes de forêts en Amazonie sont occupées par des pâturages, et les cultures destinées à l’alimentation du bétail couvrent une large part des terres restantes.  Certes il n’est pas facile de passer du régime carné au régime végétarien, c’est pourquoi uen bouverie propose de la viande sans viande. Une boucherie végétarienne vient en effet d’ouvrir ses portes dans le 12ème arrondissement, sur la Place d’Aligre, haut lieu de la gastronomie parisienne. Sa spécialité: ne vendre que des viandes créées à partir de matières végétales.  Au « Boucher végétarien », on trouve du bœuf, du poulet, du porc ou encore des brochettes. Au premier abord, rien de très étonnant pour une boucherie. Sauf que dans cette échoppe végétarienne, il n’y a pas la moindre trace de chair animale.  Les produits sont obtenus à partir d’un mélange de soja et de froment de pois. Pour Philippe Conte, le propriétaire de cette boucherie végétarienne, ces produits ne s’adressent pas seulement aux végétariens.  Et même si ces produits ne sont pas aussi riches que de la viande traditionnelle, la présidente de l’association végétarienne de France, Elodie Vieille Blanchard, l’assure: ils couvrent l’ensemble des besoins de l’organisme.   »Du point de vue des protéines, une personne qui choisit de ne se nourrir qu’à base de simili-carnés, par exemple à base de soja, va avoir un apport protéinique tout à fait satisfaisant parce que le soja est une protéine végétale de très bonne qualité, qui contient tout ce qu’il faut ».

0 Réponses à “Une boucherie végétarienne”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol