Patrick Drahi, un nouveau Messier ?

Patrick Drahi, un nouveau Messier ?

 

 

La question commence à se poser tellement la croissance du groupe de Patrick Drahi est ultra rapide. Une croissance qui s’appuie surtout sur un endettement considérable et qui repose surtout sur la confiance que les marchés fian aciers lui accordent jusqu’’alors. Il ne reste pas moins que son groupe set endette à hauteur de 33 milliards Pour dégager du cash, il lui fauta utiliser une  méthode de gestion à la hache , c’est à dire réduire de façon brutale les coûts de fonctionnement, faire de la trésorerie, écraser les fournisseurs , sabrer dans la masse salariale ; délocaliser ce qui peut l’être. Bref des méthodes à l’américaine. 9a passe ou ça casse. Chez SFR la gestion a changé, c’est nupe la méthode commando avec des hommes à lui. L’homme d’affaires franco-israélien de 51 ans, qui combine des talents d’ingénieur et de financier habile, multiplie les acquisitions ces derniers mois à coup de milliards : SFR en France, le câblo-opérateur Suddenlink aux États-Unis et Portugal Telecom. Il avait même envisagé le mois dernier de lancer une offre sur le mastodonte américain Time Warner Cable (TWC), avant de se raviser.  Sa façon de mettre à profit la grande confiance que lui accordent les marchés jusqu’à présent et des taux d’intérêt historiquement bas pour des acquisitions financées par la dette suscite l’admiration chez de nombreux patrons. Mais l’endettement de plus de 33 milliards d’euros d’Altice commence à soulever des inquiétudes car il n’est tenable que si les actifs acquis génèrent des flux de trésorerie importants.   Au point que celui qui marche dans les pas du roi du câble américain John Malone, est comparé maintenant à Jean-Marie Messier, pour sa folie des grandeurs qui a failli couler le groupe de médias et télécoms Vivendi. Et depuis le rachat de SFR par Numericable, les relations du câblo-opérateur français, à la recherche de réductions de coûts tous azimuts, se dégradent avec syndicats et fournisseurs.  Un médiateur a dû être saisi pour tenter de trouver un terrain d’entente entre Numericable-SFR et ses fournisseurs, qui ont vu leurs contrats systématiquement remis en cause pour obtenir des tarifs drastiquement bas et ont du mal à se faire payer leurs factures. « Patrick Drahi ne paye que quand l’huissier arrive », explique une source chez un opérateur.  Son statut de résident fiscal suisse et la cotation de son groupe à Amsterdam sont aussi pointés du doigt par ses détracteurs, même si le groupe Numericable est immatriculé et coté en France.

0 Réponses à “Patrick Drahi, un nouveau Messier ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol