Eurotunnel lâche My Ferry Link

Eurotunnel  lâche My Ferry Link

 

Et encore une  entreprise qui va sans doute disparaître ( et les emplois français avec) depuis qu’Eurotunnel a décidé de lâcher la scop my ferry Link. Il seraiat étonnant que Hollande se déplace pour vanter les mérites de cette scop comme il l’a fait chez Fralib ( 29 salariés). En fait il s’agit d’un nouvel abadons d’un armement  français malade depuis longtemps.  Un lent abandon puisque cette affaire de dépérissement du pavillon date de plusieurs dizaines d’années. Rappel de histoire de la scop . SeaFrance est une compagnie maritime française qui assurait les liaisons transmanche par ferries entre Calais et Douvres. Société anonyme à directoire et conseil de surveillance,. La compagnie était détenue à 100 % par la SNCF. Héritière du groupement Sealink. . La compagnie employait 900 personnes, dont 650 navigants français. C’était le premier employeur privé de la ville de Calais. Sa filiale SeaFrance Limited comptait 200 salariés en Angleterre. En 2011 la société est placée en redressement judiciaire. Le 16 novembre 2011, le tribunal de commerce de Paris prononce la liquidation judiciaire de la compagnie, tout en maintenant son activité jusqu’au 28 janvier 2012. À partir du 15 novembre 2011, les bateaux restent à quai. Le syndicat CFDT maritime Nord, décide de créer une société coopérative et participative (SCOP) avec le soutien de certains salariés, pour reprendre l’exploitation de l’entreprise suite à la liquidation judiciaire.. En 2012, Eurotunnel avait donc  racheté les bateaux de l’ex-SeaFrance pour les louer à d’anciens marins de la compagnie regroupés dans la Scop SeaFrance, qui affrète les navires au groupe Eurotunnel via MyFerryLink. Mais un long feuilleton judiciaire a pesé sur l’activité, les autorités britanniques estimant que cette situation posait des problèmes de concurrence. Mi-mai, la cour d’appel britannique a donné raison à la compagnie maritime française, suspendant l’interdiction de desservir Douvres depuis Calais. Cette victoire de MyFerryLink n’a pourtant pas « modifié la donne » pour le groupe Eurotunnel, car la CMA envisageait de poser un recours devant la Cour suprême. Eurotunnel a ainsi décidé fin mai de ne pas renouveler son contrat avec la Scop SeaFrance exploitant la compagnie MyFerryLink, et qui court jusqu’au 2 juillet: une annonce qui, selon certains syndicalistes et connaisseurs du dossier, a pu être causée par les problèmes de gouvernance à l’intérieur de la Scop, et qui a relancé l’incertitude autour de l’avenir des quelque 600 salariés de la société. A présent le groupe, qui exploite le tunnel sous la Manche, se dit confiant dans l’autorisation que doit désormais donner l’autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) à la nouvelle opération « qui se traduira par 2 opérateurs maritimes d’égale importance ». Il souhaite néanmoins « poursuivre son exploitation en frêteur », de son troisième navire, et en fera la demande aux autorités de la concurrence.

0 Réponses à “Eurotunnel lâche My Ferry Link”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol