Les RTT qui tuent l’hôpital

Les RTT qui tuent l’hôpital

 

Les 35 heures ont constitué une véritable catastrophe dans les hôpitaux parce qu’ils ont désorganisé les services et parce qu’il  a fallu embauché 32 000 personnes. Le projet de réforme de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)- réforme réalisée ailleurs- fait débat alors qu’il suffirait de supprimer les 30 minutes de pause repas comptées comme temps de travail ( pourquoi pas aussi le temps de sommeil !). Certes certaines conditions de travail dans certains services de soins sont difficiles et l’attitude du personnel est souvent exemplaire mais il ne faudrait pas que cela cache les réserve de productivité et les gâchis dans les services annexes ( logistique, administratif, entretien, nettoyage etc.), en particulier l’armée mexicaine des services administratifs.  La question des RTT dans les hôpitaux soulève des interrogations depuis leur instauration en 2002 qui a entraîné selon la Fédération hospitalière de France d’importantes « difficultés organisationnelles et financières ». Sur les 37.000 postes non-médicaux initialement prévus pour compenser le passage aux 35 heures, seuls 32.000 auraient été pourvus. Face au manque d’effectifs, le secteur hospitalier a dû faire appel à l’intérim et a été contraint de rappeler des agents pendant leurs congés ou leurs jours de RTT.  Résultat, les jours de compensation non pris par les agents ont été placés sur des comptes épargne-temps. Fin 2014, ils représentaient 74,7 millions d’euros selon la direction.  Face à ce constat, Martin Hirsch, qui a pris la tête en 2013 de l’AP-HP et de ses 38 établissements, s’est lancé à la « reconquête du temps perdu » tout en assurant que son projet de réforme ne visait pas à enterrer les 35 heures.

0 Réponses à “Les RTT qui tuent l’hôpital”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol