Grèce : on s’approche d’un accord

Grèce : on s’approche d’un accord

 

Lentement mais sûrement , on approche d’un accord avec la Grèce. Simplement parce que l’Europe à davantage à perdre qu’à gagner en cas de défaut de la Grèce. La Grèce qui a une  dette de 350 milliards ( dont 60 milliards pour l’Etat Allemand, 40 pour la France) . Un défaut annulerait cette dette ( tout en créant de graves problèmes monétaires  la Grèce). Par ailleurs un défaut serait de nature à déstabiliser les marchés et à mettre en cause la solidité du système monétaire européen, donc aussi les taux et la croissance. Du coup on va trouver uen habillage pour que personne ne perde la face ( ni la Grèce,, ni l’Allemagne surtout).  La Grèce est très proche d’un accord avec ses créanciers internationaux sur le déblocage de la dernière tranche du plan d’aide et le pays n’a nullement l’intention de réutiliser la drachme comme devise, a déclaré lundi le ministre des Finances Yanis Varoufakis. « Je pense que nous sommes très proches (d’un accord) (…) disons dans une semaine(…) », a-t-il dit sur une chaîne de télévision grecque. Auparavant, s’exprimant devant la Fédération industrielle grecque, Yanis Varoufakis avait suggéré que ce soit le Mécanisme européen de stabilité (MES), le fonds d’urgence de la zone euro, qui paye pour les 27 milliards d’euros d’obligations souveraines grecques, détenues par la BCE, qui arrivent à maturité en juillet et en août. « L’Etat grec remboursera ensuite le MES sur le long terme après un accord avec nos créanciers », avait-il ajouté. Dans la journée, le porte du gouvernement grec avait estimé que ce dernier devait aboutir à un accord avec ses créanciers avant la fin du mois même s’il sera en mesure de payer les salaires et les pensions de mai. De son côté, la Commission européenne a jugé que les positions se rapprochaient dans de nombreux domaines en raison d’un état d’esprit plus constructif à Athènes. « Il faut qu’il y ait une solution en mai afin que nous puissions résoudre nos problèmes de liquidités », a dit Gabriel Sakellaridis lors d’une conférence de presse. Il a exclu l’instauration d’une taxe sur les dépôts bancaires pour lever des fonds et ajouté que le gouvernement ne signerait pas un troisième plan d’aide financière. Gabriel Sakellaridis a également souligné qu’Athènes maintenait ses « lignes rouges » dans les négociations avec ses partenaires, ce qui revient à refuser toute réduction des pensions de retraite et à exiger un projet incluant des objectifs de croissance économique, un objectif d’excédent primaire (hors service de la dette) viable et une restructuration de la dette.

 

0 Réponses à “Grèce : on s’approche d’un accord”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol