Charlie hebdo : le fric qui pourrit le journal !

Charlie hebdo : le fric qui pourrit le journal !

 

Inutile de tourner autour du pot, l’argent est en train de pourrir Charlie hebdo. Ilya déjà des semaines que des conflits sont latents dans le journal à propos de son évolution juridique, de sa ligne ( trop potache , pas assez professionnelle) et surtout finalement de la répartition des dons. Des dons qui devaient entièrement aller aux victimes et qui en faiat ne sont pas attribués. Du coup c’est la division au sein de la rédaction et même l’éviction pour  journaliste. Zineb El Rhazoui poussée vers la sortie par la direction de Charlie Hebdo ? Quatre mois après l’attaque qui a endeuillé le journal satirique, la journaliste franco-marocaine et militante contre l’islamisme et l’intégrisme, a reçu un courrier la convoquant à un entretien préalable à licenciement. L’urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo, soutient publiquement sa collègue.  Zineb El Rhazoui vit sous protection policière, menacée de mort pour ses articles dans Charlie Hebdo, et parce qu’elle a écrit le scénario du livre  La Vie de Mahomet, dessiné par Charb. A cela s’ajoute maintenant une lettre de mise à pied de sa direction. Une convocation à un entretien préalable en vue de son licenciement, pour faute grave. Malgré ce qui ressemble à un rétropédalage de la direction, la journaliste, qui s’est exprimée sur France info à la mi-journée, l’a qualifiée « d’oligarchie« . Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo, la direction veut se débarrasser des plumes historiques du journal.  « Zineb El Rhazoui est une figure emblématique de la situation actuelle contre l’intégrisme religieux. C’est quelqu’un qu’il ne faut pas lâcher. Et même si c’est quelqu’un qui a des défauts, et tout le monde a des défauts, on la lâche pas au milieu du gué !», a-t-il réagi sur France Info.« Nous sommes actuellement en train de gérer un post attentat, ça transcende les choses. Il faudrait un peu plus d’humanité, un peu plus de compréhension de ce qi se passe« , poursuit-il à l’attention de la direction du journal. « Je soutiens Zineb et le collectif soutient Zineb parce que c’est une grande journaliste, c’est quelqu’un qui est menacée de mort, c’est quelqu’un qu’on n’abandonne pas comme ça en disant : ‘Vous ne rendez pas vos papiers à l’heure c’est une faute grave’. Mais on rêve !« . Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo, soutient la journaliste Zineb El Rhazoui.  L’ambiance est tendue au journal, confirme par ailleurs Patrick Pelloux. La nouvelle manne financière de l’hebdo en est peut-être la cause selon lui. Entre les dons et les ventes post-attentat du journal, 30 millions d’euros sont rentrés dans les caisses. « Ça perturbe, c’est un journal qui ne vivait avec pratiquement pas d’argent et su coup nous avons eu cet argent et le fruit de la solidarité du peuple de France. Cet argent doit être redistribué aux victimes, c’était l’engagement qui avait été pris dans plusieurs interviews par des membres de la direction ou des avocats. Or, à l’heure actuelle, on ne sait pas trop comment ça va se passer. Il y en a encore à l’heure actuelle des victimes qui sont hospitalisés. On aimerait bien être autour de la table et savoir comment on va faire. Or, à chaque fois, il n’y a pas de réponse« , explique-t-il. Depuis les attentats, la rédaction du journal est divisée. Quinze salariés, dont Zineb El Rhazoui, sur la vingtaine qu’emploie le journal, ont demandé en avril une nouvelle gouvernance et un statut d’ »actionnaires salariés à part égale », disant « refuser qu’une poignée d’individus prenne le contrôle » de l’hebdomadaire. Les contestataires, dont sont aussi l’urgentiste Patrick Pelloux, le dessinateur Luz et le journaliste Laurent Léger, estimaient que Charlie Hebdo était devenu désormais un « bien commun ».

0 Réponses à “Charlie hebdo : le fric qui pourrit le journal !”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol