Collège : la fausse réforme

Collège : la fausse réforme

 

Ce qui caractérise la fausse reforme des collèges, c’est surtout la grande confusion. Pour des raisons politiciennes, on mélange, l’évolution des programmes en histoire, l’’apprentissage de langues vivantes, la mise à l’écart du latin et du grec et les enseignements pratiques interdisciplinaires. Autant de sujets qui n’ont pas grand-chose à voir entre eux. Le vrai sujet c’est l’incapacité du collège unique à enseigner les bases ( apprendre les mathématiques, à écrire le français et apprendre à réfléchir notamment). Du coup la reforme du gouvernement ressemble à un bricolage pédagogique pour masquer l’incapacité du collège à transmettre ce qui constitue les bases fondamentales de l’instruction ;  ce qui supposerait des priorité dans l’ enseignement. L’exemple de confusion le plus caractéristique est sans doute ces EPI ( enseignements pratiques interdisciplinaires) qui feront intervenir plusieurs matières, et donc plusieurs enseignants, pendant le même cours. Cela parait-il pour «  donner du sens aux matières fondamentales ». Une  sorte de charabia pédagogique  qui ne pourra jamais supprimer la nécessité de l’effort dans l’apprentissage des élèves. Mais la dégradation du système scolaire français dans ces collèges ne saurait être imputable à ce seul gouvernement, il prend sa source dans l’idée du collège unique qui ne peut être qu’une utopie dangereuse en l’état des différences sociales et culturelles. Du coup pour éviter le vrai débat on se focalise sur l’accessoire.  Ces deux dernières semaines, les deux axes forts de la refondation du collège, qui n’ont pourtant rien à voir, se sont ‘télescopés’ rendant la réforme encore plus confuse. Prenons par exemple l’enseignement de l’histoire qui cristallise les critiques. Contrairement à ce que laisse entendre certaines politiques, rien n’est encore acté sur le futur programme d’histoire puisqu’il relève du volet refonte des programmes. Les enseignants pourront donner leur avis jusqu’au 12 juin. Une mouture définitive sera ensuite présentée en septembre. « Pour l’instant, ce sont des textes provisoires, des textes ‘martyr’, et je dois dire que cela marche très bien », a d’ailleurs ironisé le président du Conseil supérieur des programmes Michel Lussault, sur Europe 1 alors que l’UMP a fait de la réforme du collège son nouveau cheval de bataille. Alors que la fronde politique fait la une de l’actualité, une autre bataille, tout aussi périlleuse, attend Najat Vallaud-Belkacem. Six syndicats (Snalc, Snes-FSU, FO, CGT, SUD, Snuep-FSU) manifesteront mardi contre la réforme du collège. « On ne demande pas le retrait de la réforme comme certains, mais la reprise des négociations », indique Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du SNES-FSU, premier syndicat du secondaire, qui s’attend à la mobilisation de deux profs sur trois, mardi.  Dans le viseur des profs, les nouveaux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI). Derrière ce concept théorique, l’idée est de mélanger au sein d’un même temps de classe différentes matières. « Les élèves au lieu de n’entendre parler de maths seulement en cours de maths, d’histoire-géo seulement en histoire géo, de français seulement en français vont voir se mélanger ces différentes matières pour leur donner plus de sens », avait détaillé sur Europe 1 la ministre de l’Education nationale. Les enseignants sont, eux, beaucoup moins enthousiastes et redoutent une mise en concurrence entre disciplines, enseignants et établissements. Surtout, les profs fustigent des intitulés « gadget » qui ne font pas partie du programme.

 

0 Réponses à “Collège : la fausse réforme”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol