Archive mensuelle de avril 2015

Page 12 sur 17

Actualités, info, économie: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croissance- climat des affaires : toujours morose

 

 

 

Actualités, infos: articles les plus lus

Taxis : manif lundi à Paris

Climat : un accord vraiment au minimum

UberPOP : covoiturage ou business ?

Sondage Merkel : le oui mais des Français 

Airbus 350: retard ou caprices du Qatar

Travail le dimanche : « triple erreur » (Hamon)

Parti socialiste : 500.000 pour quoi faire ?

Loi Macron : « Du bruit pour pas grand-chose » (Juppé)

Rachida Dati : « Non à une campagne avec les cantines halal ou la burqa»,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croissance: après l’incantation de l’INSEE, celle de la Banque de France

Croissance:  après l’incantation de l’INSEE, de Sapin,  celle de la Banque de France

 

A défaut de résultats et de perspectives très roses, la mode est à l’incantation, celle du gouvernement bien sûr, celle de la docile INSEE , celle des grands médias et maintenant celle de la Banque de France. La reprise serait donc là. On prévoit 0.4% pour la croissance du PIB au premier trimestre. On se demande comment déceler vraiment cette reprise puisque la production industrielle est en recul, que la consommation des ménages stagne en février et que les investissements sont toujours dans le rouge. Or ce sont les trois  éléments qui tirent la croissance puisque malheureusement la balance commerciale est toujours très déficitaire (Autour de 50 milalirds sur un an). Jeudi, la Banque de France a augmenté de 0,1 point sa prévision de croissance pour le premier trimestre. Elle vise désormais une progression de l’activité de 0,4%.  Jeudi, Michel Sapin, le ministre des Finances a repris ses mauvaises habitudes en proclamant le reprise. . En 2013, alors ministre du Travail, il martelait que la courbe du chômage allait s’inverser en fin d’année. Cette inflexion ne s’est toujours pas produite. Le nombre de demandeurs d’emploi n’a cessé de progresser chaque mois, à de très rares, trop rares, exceptions près. Jeudi, toujours, alors que la Banque de France indique tabler désormais sur une progression de 0,4% du PIB au premier trimestre, et non plus de 0,3%, Michel Sapin n’a pas pu s’empêcher de partager son optimisme.  » Dans les chiffres, dans les prévisions qui sont les miennes, oui le chômage est en situation de se stabiliser au cours de l’année 2015 et de baisser en 2016 « , a-t-il déclaré sur I-Télé, interrogé sur la probabilité d’une baisse du chômage d’ici la fin du quinquennat. On l’a vu, la Banque de France vise une croissance de 0,4% du PIB au premier trimestre. C’est également le cas de l’Insee qui anticipe ensuite une progression de 0,3% de l’activité au deuxième trimestre. Interrogés par la Banque centrale, les chefs d’entreprises s’attendent à une poursuite de la hausse de l’activité dans l’industrie et les services en avril. En mars, les livraisons dans l’industrie se sont accélérées, constate la Banque de France à l’issue de son enquête. L’activité s’est intensifiée dans le matériel de transport hors automobile, la chimie et l’agroalimentaire, tandis que les équipements électriques ont poursuivi leur progression. Les commandes ont augmenté  » sous l’effet de la demande étrangère « . En revanche, l’activité est en panne dans le bâtiment. Globalement, si  » les effectifs se tassent un peu « ,  » les trésoreries s’élargissent  » indique la Banque de France. Selon l’Insee, la production industrielle n’a progressé que de 0,2% entre novembre et janvier. Sur un an, en janvier, elle affiche un recul de 0,7% ! Seul moteur de la croissance, la consommation, soutenue par la faiblesse de l’inflation, s’est stabilisée en février, après trois mois de hausse.  » Le dynamisme des dépenses en énergie et en autres biens fabriqués est compensé par un léger repli de la consommation en habillement et en automobiles « , explique l’Insee. L’investissement ? Il est en panne. Que ce soit les ménages, les entreprises ou les collectivités territoriales, personne n’investit. Manuel Valls, le Premier ministre a annoncé mercredi plusieurs mesures pour le relancer. La mesure-phare est le suramortissement de 40% accordé pendant une durée d’un an. Si le patronat, et tout particulièrement la CGPME saluent cette initiative, reste à savoir si cette mesure aura les effets escomptés. Pour que les entreprises décident d’investir en profitant de cette aubaine, il faut notamment que leurs dirigeants aient confiance en l’avenir. Le climat des affaires s’est certes amélioré en mars, mais l’indicateur synthétique reste inférieur à sa moyenne de longue période. Les carnets de commandes sont toujours atones et on constate une surcapacité des moyens de production. 

« C’est Marine Lepen qui se suicide »( Jean Marie Lepen)

« C’est Marine Lepen qui se suicide »( Jean Marie Lepen)

 

Sur RTL ce matin, Jean Marie Lepen a déclaré qu’il comptait bien se rendre devant les instances disciplinaires pour se défendre mais aussi pour attaquer. Au passage, il a indiqué que Marine Lepen parlait du bureau politique alors qu’il s’agirait selon lui du bureau exécutif. D’après Jean Marie Lepen, Marine a décidé de dynamiter sa propre formation en créant uen difficulté majeure au parti. Il pense aussi qu’il s’agit là d’une manœuvre délibérée pour s’attirer l’indulgence du système ; Philippot serait un des responsable de cette manœuvre , « Philippot une pièce rapportée au FN ». Au passage Jean Marie Lepen note que Marine est essentiellement entourée  par des responsables extérieurs au FN. Jean Marie Lepen considère donc que Marine Lepen se tire uen balle dans le pied  et que toute cette opération est dirigée de l’extérieur du FN.  Il exclut pas de se présenter éventuellement à la présidence de la région PACA, une perspective que sa fille a exclu. En outre il n’envisage pas sa mise en retraite politique comme l’a souhaité sa fille.

Immobilier : nouvelle baisse des prix en 2015

Immobilier : nouvelle  baisse des prix en 2015

En dépit de l’offensive des lobbies déclenchée lundi avec l’annonce du pseudo  retour des primo accédants, le marché ne reprend pas de manière très évidente. En fait on constate plutôt uen attentisme de la part de acheteurs qui comptent  sur la baisse des prix. Uen baisse des prix constatée dans la région parisienne officiellement de 1 à 2% en 2014 mais qui va s’accélérer en 2015 (autour de -5%). En Province cette baisse est plus significative autour de 10 à 20% ( avec des disparités selon les villes). En zone rurale isolée la baisse est encore plus frappante : moins 50% en quelques années. Il est clair que les achats sosnt freinés par deux facteurs, d’ une part le manque de visibilité la situation économique, d’autre part l’attente de nouvelle baisses ; sans parler de insuffisance de solvabilité de certains acheteurs comme les primo accédants. Selon les notaires, le volume des ventes d’appartements anciens a chuté de 4 % sur un an à fin 2014 en petite couronne. Le marché des maisons a mieux résisté (+ 3 %) mais il reste marginal. Résultat, les prix continuent à s’éroder, de l’ordre de – 1,1 % sur un an au 4e trimestre 2014 pour les appartements et de – 2,2 % pour les maisons. Si de rares villes échappent au repli des valeurs (Boulogne-Billancourt ou Issy-les-Moulineaux, par exemple), d’autres enregistrent de sévères corrections comme Levallois-Perret ou Saint-Maur-des-Fossés. Un mouvement qui devrait s’accentuer, d’après les professionnels. «On s’attend à une baisse des prix plus prononcée pour les premiers mois de l’année 2015», observe Thierry Delesalle, de la chambre des notaires de Paris-Ile-de-France. Selon les projections, la chute pourrait atteindre - 4,8 % sur un an à fin avril 2015. Comment expliquer cette situation quand les conditions d’achat et d’emprunt n’ont jamais, depuis longtemps, été aussi favorables? Assurément, les incertitudes économiques continuent de peser sur les décisions d’achat. «La confiance en l’avenir fait toujours défaut», note Pascal Boulanger, cofondateur de MeilleursAgents.com. Un avis que partage Thierry Delesalle. «Il manque un déclencheur pour redonner un coup de fouet au marché», conclut-il.

RSA : « 7h de travail obligatoire (Sarkosy) »

RSA : « 7h de travail obligatoire  (Sarkosy) »

Le président de l’UMP a encouragé les nouveaux élus des départements à combattre « l’assistanat » en imposant sept heures de travail hebdomadaires obligatoires, au service de la collectivité, pour les allocataires du RSA (Revenu de solidarité active). « Des sujets aussi importants que l’expérimentation que nous avions faite sur le nouveau contrat d’insertion de 7 heures hebdomadaires obligatoires pour les bénéficiaires du RSA-socle, qui avait été refusé par tous les élus de gauche, moi je ne verrais que des avantages à ce que vous puissiez le reprendre », a-t-il expliqué. Fin 2011, alors qu’il était à l’Elysée, Nicolas Sarkozy avait effectivement annoncé l’expérimentation d’une obligation de travail de sept heures pour les bénéficiaires du RSA. Il reprenait ainsi une proposition du député Marc-Philippe Daubresse, issue d’un rapport sur l’amélioration du RSA. L’initiative avait été relayée dans une quinzaine de départements. Il entend aujourd’hui la remettre au goût du jour. « Pensez-vous qu’il y a beaucoup de gens qui vont vous le reprocher? Moi je pense qu’il y a une immense majorité, bien au-delà de ceux qui ont voté pour vous, qui vous applaudiront si vous avez le courage de mettre cela en place », a-t-il insisté. Mais « faites le tout de suite! », a ajouté Nicolas Sarkozy. Parce que « ce que vous ne faites pas tout de suite vous ne le ferez jamais. » « Bien sûr, ça créera des polémiques ; bien sûr ça créera des débats. Et alors? (…) S’il n’y a pas de débat, s’il n’y a pas de polémique sur ce que vous faites, c’est que vous ne faites rien et à l’arrivée ceux qui ne font rien sont balayés! Personne ne s’en souvient et personne ne les défend. » Nicolas Sarkozy entend capitaliser sur la conquête de 68 départements par la droite et le centre pour s’y démarquer immédiatement de la politique du gouvernement en place et ainsi s’appuyer sur ces exemples d’alternances locales lors des régionales puis plus tard, à la présidentielle de 2017. Outre la lutte contre « l’assistanat », il a donc appelé les nouveaux patrons de conseils départementaux à « maîtriser les dépenses » en luttant contre « la gabegie » et à créer des emplois « par le développement économique ».

Valls doit encore apprendre ( Hollande)

Valls  doit encore apprendre ( Hollande) 

C’est en substance ce que déclare Hollande à propos de Valls dans un documentaire qui sera diffusé lundi 13 avril sur France 3. Hollande qui sans doute commence à percevoir le danger Valls pour 2017. Hollande lui cherche à ressembler à gauche pour rendre crédible sa candidature et met la pédale douce sur le réformes tandis que Valls veut marquer son passage de réformateur et d’homme d’autorité ( le contraire de Hollande en faiat). Manuel Valls va-t-il se présenter à la présidentielle pour 2017? Interrogé sur ce point par Franz-Olivier Giesbert, François Hollande botte en touche :  »Il a une vie longue. Il est plus jeune que moi. Il est plus jeune que beaucoup d’autres. Il a le temps devant lui », estime le chef de l’Etat. « Vous le voyez Président? », relance le journaliste. « Quelquefois il faut apprendre à faire très bien ce pour quoi on a été nommé. Si on pense toujours à faire ce que le destin ne vous a pas encore permis d’accomplir, on ne fait pas ce que le président de la République vous a demandé de faire, être Premier ministre », grince François Hollande. Autre anecdote,  lors du premier été du retour de la gauche au pouvoir, Manuel Valls multiplie les déplacements en province sur les questions de sécurité. L’ex-ministre écologiste Cécile Duflot ironise sur cette attitude « caricaturale » :  »On a beaucoup parlé de l’été de François Hollande qui était en maillot de bain sur la plage. Je pense qu’il y avait un effet de contraste. Est-ce qu’il était voulu (par Manuel Valls, Ndlr)? Est-ce qu’il était mis en scène en disant ‘Voilà il y a le président en maillot de bain qui se baigne et moi pendant ce temps, sanglé dans mon costume, je suis sur tout les fronts’? Au bout d’un moment, j’ai blagué en disant qu’il y avait un petit chat qui était dans mon platane et qui n’arrivait pas à descendre. J’ai demandé si je pouvais appeler le ministre de l’Intérieur pour m’aider. Le président de la République m’a dit que oui je pouvais », lâche-t-elle dans un sourire.

 

Croisance- Chine : l’inflation 1,4% en février

Croisance- Chine : l’inflation 1,4% en février

L’indicateur le plus inquiétant pour la Chine c’est sans doute la baisse des prix à la production de près de 5% en février  ( phénomène identique dans les pays développés mais moindre). En raison d’un affaiblissement de la demande externe  notamment. C’est le signe que la crise mondiale est loin d’être terminée.  La Chine doit rester vigilante quant aux risques de déflation, a prévenu dimanche le gouverneur de la Banque populaire de Chine (PBoC), Zhou Xiaochuan.   »L’inflation en Chine aussi est en baisse. Nous devons rester vigilants pour voir si cela va ou ne va pas se renforcer et aboutir à une sorte de déflation », a déclaré Zhou lors d’une conférence sur l’île de Hainan, dans le sud du pays.  La PBoC a réduit ses taux d’intérêt à deux reprises depuis novembre et pris d’autres mesures pour soutenir l’économie, sans parvenir à enrayer le ralentissement de la croissance. Le gouvernement table pour cette année sur une croissance de l’ordre de 7%, en recul par rapport aux 7,5% visés l’an dernier et au plus bas depuis un quart de siècle.  Fin février, le journal de la banque centrale chinoise avait averti que la Chine se rapprochait dangereusement d’un risque de basculement dans la déflation. La hausse des prix à la consommation en Chine s’est accélérée à 1,4% en février, contre 0,8% en janvier, ce qui constituait un plus bas de cinq ans mais l’inflation s’est maintenue à 1,4% en mars, soit au même niveau qu’en février, selon le gouvernement, aux prises avec un net ralentissement économique.  La hausse des prix à la consommation mesurée sur un an, principale jauge de l’inflation dans la deuxième économie mondiale, s’est établie à 1,4%, a indiqué le Bureau national des statistiques (BNS). Le chiffre s’avère légèrement supérieur aux prévisions moyennes de 1,3% établi par un panel de 39 experts de Bloomberg News. Comme celui de février, le chiffre de mars reste inférieur à l’indice de décembre (+1,5%), et très en-deçà du niveau-cible que s’est fixé le gouvernement pour l’ensemble de l’année (+3%).

 

PSG-Foot : Ibrahimovic suspendu 4 matchs

 

 

 

 

Il est clair que l’arbitrage n’est pas  la hauteur du foot moderne mais ce n’est pas une raison pour justifier des propos tenus par Ibra.qui a écopé de 4 matchs de suspensions. Ce n’est pas un problème spécifiquement français mais une question internationale, l’arbitrage dans le foot est à coté de ses godasses. Les arbitres sont complètement dépassés et faussent trop souvent les résultats. Même avec 5 arbitres sur le terrain cela ne change rien d’autant qu’en fait un seul arbitre officie réellement (contrairement aux basket par exemple). La plupart des arbitres ne connaissent à peu près rien au ballon ( là encore contrairement au basket), ils n’ont ni compétence , ni autorité ( contrairement par exemple au rugby). Tout est à revoir dans ce domaine.  Ibra de son coté compte tenu de ses performances très moyennes depuis des mois devrait davantage consacrer son énergie au service de l’équipe plutôt qu’à des diatribes avec les arbitres. L’attaquant du PSG était convoqué pour son dérapage verbal commis à l’issue de la défaite parisienne à Bordeaux (3-2), le 15 mars. Il n’a pas fait le déplacement et a été représenté par Olivier Létrang, directeur sportif adjoint du club, Romain Voillemot, responsable juridique, et son avocat François Klein. Dans le détail, Zlatan Ibrahimovic écope ainsi de trois matchs de suspension (il en risquait quatre, selon le barème de la Ligue) pour son dérapage bordelais, le quatrième match relevant de la révocation du sursis qu’il trainait depuis la fin janvier, à cause d’un mauvais geste sur le Stéphanois Romain Hamouma.  Les «éventuelles erreurs commises» par l’arbitrage ne justifient pas ses propos «grossiers et injurieux», juge la Ligue, qui estime avoir «tenu compte de la «frustration» du joueur. «La commission n’a pas été pleinement convaincue par les explications du PSG», a ajouté Sébastien Deneux, président de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel. «La commission n’est pas là pour faire des exemples, on a des règlements et des barèmes de sanctions», a-t-il également précisé. Zlatan Ibrahimovic manquera ainsi les rencontres contre Nice, le 18 avril, contre Lille, le 25, contre Metz, le 28, et contre Nantes, le 2 mai. Et reviendra sur les terrains le 9 mai contre Guingamp, antépénultième journée du championnat. «Ça fait quinze ans que je joue au foot et je n’ai jamais vu un arbitre aussi nul dans ce pays de merde. Ce pays ne mérite pas le PSG. Le PSG ne devrait même pas être dans ce pays, nous sommes trop bons pour ce pays», avait éructé l’avant-centre avant de rentrer au vestiaire, le tout sous l’œil d’une caméra de Canal +. Olivier Létang, directeur sportif adjoint du Paris SG, a estimé jeudi après une audition d’une heure que Zlatan Ibrahimovic ne devait «pas être suspendu» après ses déclarations à l’issue du match Bordeaux-PSG. «Pour nous, une chose est sûre : Zlatan ne doit pas être suspendu dans la mesure où il n’a tenu aucun propos grossier ou injurieux envers un membre du corps arbitral», avait-il argumenté. «Le quatrième arbitre de la rencontre, qui était présent ce soir, a confirmé que les propos qui ont été tenus l’ont été une fois que la porte des officiels était fermée», avait-il ajouté.

 

TV5 Monde : une attaque internationale

TV5 Monde : une attaque internationale

 

Une attaque internationale  mais relayée sas doute au plan international, ce qui semble logique puisque TV5Monde diffuse dans 40 pays. Un groupe se réclamant de Daech a piraté TV5 Monde, dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 avril. Vers 22 heures, un large bandeau noir barré de la mention « Je suis ISIS » – acronyme anglais de Daech -, la traduction anglaise du sigle du groupe terroriste, est apparu sur ses réseaux sociaux. Ce groupe, Cyber Caliphate (Cyber Califat, en français), se réclame de Daech, qui ne l’a jamais reconnu. Il est apparu à l’été 2014 et a déjà piraté le Pentagone, l’état-major de l’armée américaine et menacé les Obama, notamment Michelle, l’épouse du président des États-Unis.Cyber Caliphate signe son attaque contre TV5 Monde avec un message en français, anglais et arabe. Cette dernière version est d’ailleurs bourrée de fautes d’orthographe et d’inexactitudes  »Soldats de France, vous avez la chance de sauver vos familles », est-il écrit. Le message s’en prend à François Hollande, accusé d’envoyer l’armée « dans cette guerre qui ne sert à rien (…) C’est pour ça que les Français ont reçu les cadeaux de Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher ». Le Cyber Califat recherche les familles des soldats, notamment ceux qui se trouvent actuellement à bord du Charles de Gaulle. Selon nos informations, cette attaque est partie de France, transitant par un réseau qui emploierait, d’après les services américains, une quinzaine de hackers chevronnés dans le monde. Deux de ces hommes ont été récemment arrêtés en Grande-Bretagne. Ils travaillaient sur des attaques visant à pirater les services de police britanniques.

« Jean Marie Lepen devrait prendre sa retraite » (Marine )

« Jean Marie Lepen devrait prendre sa retraite » (Marine )

Jean marie Lepen sera convoqué « devant le bureau exécutif » du parti « siégeant en sa qualité de structure disciplinaire » déclaré Marine Lepen  qui a souhaité qu’il prenne sa retraite. . Commission de discipline comme un simple militant pour celui qui a co-fondé le FN en 1972 et qui l’a présidé pendant près de 40 ans ? « Personne ne comprendrait qu’il y ait au FN des personnalités qui puissent exprimer une pensée qui soit personnelle et contraire aux statuts du FN« , a justifié la benjamine des trois filles du « menhir». Elle a réaffirmé son souhait que « Le Pen » ne représente pas le FN aux régionales de décembre en Paca. La décision, a-t-elle rappelé, appartiendra au bureau politique du parti, qui se réunira le 17 avril. Mais, exprimant son « chagrin en tant que fille » de Jean-Marie Le Pen et « comme militante » face à la situation, elle a demandé à celui qui a été élu pour la première fois député en 1956 de « faire preuve de sagesse, de tirer les conséquences du trouble qu’il a lui-même créé et peut-être arrêter ses responsabilités politiques. » Pourquoi en vient-elle à une procédure disciplinaire cette fois alors qu’elle n’avait jusqu’ici opposé que des protestations verbales aux multiples déclarations polémiques de son père ? « C’est le phénomène de la récidive« , a lâché l’eurodéputée. »On a le sentiment dans cette interview qu’il y a toutes les provocations qui sont réitérées (…), des propos qui sont totalement en rupture avec la ligne » du parti. Invité de RTL vendredi matin, Jean-Marie Le Pen aura l’occasion de dire s’il compte se présenter à cette convocation de l’instance suprême du FN, composée de neuf membres… et dont il est déjà membre de droit. La réunion devrait se tenir dans au minimum 15 jours, à cause du délai obligatoire de convocation, selon une source FN. Jusqu’à peu, les dirigeants FN, même dans les discussions avec les journalistes, gardaient une certaine mesure concernant « Le Pen », soulignant avec une quasi-tendresse son côté « emmerdeur » et le présentant, autant lassés qu’amusés, comme le « vieil oncle éructant à la fin des repas de famille« . Pouvoir de nuisance ? Aucun ou presque, assuraient-ils. Les dagues sont dégainées depuis mercredi matin au lendemain de la diffusion de l’entretien de Jean-Marie Le Pen à Rivarol, dans lequel -sans nouveauté majeure sur le fond-, il déroule « un best of des textes et des mots de toute sa carrière », selon les termes du patron des socialistes Jean-Christophe Cambadélis. Dans cette polémique qui se déroule par médias interposés, le numéro deux du parti, Florian Philippot, a été le plus loin, assurant jeudi qu’il serait « préférable » que Jean-Marie Le Pen démissionne du parti. L’hypothèse même d’une exclusion de Jean-Marie Le Pen du FN n’est plus inenvisageable. « Toutes les options sont sur la table« , a lâché M. Philippot. Une exclusion ? Cette décision serait « complètement folle », porteuse d’un « risque d’implosion » du FN, a répliqué dans la journée Le Pen père. Mais le bain de sang à venir pourrait ne pas éclabousser tout le monde. En rompant avec son père, Marine Le Pen peut espérer tirer un avantage politique dans sa stratégie de « dédiabolisation« . Nombre de frontistes ont d’ailleurs salué sur Twitter la prestation télévisée de leur chef: « L’étoffe d’une femme d’Etat« , pour M. Philippot. La crise, « une chance pour le FN », selon Robert Ménard, maire de Béziers.  Ce changement radical de ton envers Jean-Marie Le Pen n’est par ailleurs pas dépourvu de calcul : « Ils accélèrent le processus de destruction. Quand la bête est à terre, on l’achève« , remarque un frontiste historique. L’intérêt général des Français devant l’intérêt personnel de Jean-Marie Le Pen: ainsi est mis en forme le rejet du « suicide politique » évoqué par Marine Le Pen.  Mais le principal intéressé est convaincu: en cas d’exclusion, « le prestige que je conserve assez naturellement au sein du FN provoquera des remous considérables et pour elle, une perte d’influence qu’elle ne mesure sans doute pas. » Une situation qui a réjoui les adversaires du FN, et au premier rang desquels l’ancien président Nicolas Sarkozy, qui en meeting dans l’Oise a assuré : « On se sent humiliés d’assister à un tel spectacle ». La violente dispute occulte aussi un autre danger pour le parti d’extrême droite, qui doit faire face à une enquête judiciaire sur ses campagnes électorales qui s’est accélérée avec de nouvelles mises en examen dévoilées jeudi, notamment pour financement illégal du parti.

 

FN : Un proche de Marine Lepen mis en examen

 

FN :  Un proche de Marine Lepen  mis en examen

 

Nouvel épisode dans l’affaire du financement illicite du FN qui prouve que le FN se banalise sur tous les plans y compris en matière de financement illicite. Un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, patron de la principale société prestataire du Front national, Riwal, a été mis en examen hier pour financement illégal de parti politique, selon une source judiciaire. Cette nouvelle mise en examen intervient dans une enquête sur le financement de plusieurs campagnes du parti d’extrême droite, notamment les législatives de 2012. La société Riwal a également été mise en examen pour financement illégal de parti politique par personne morale et escroquerie, a précisé la source judiciaire.  L’express  Médiapart, quant à eux, soutiennent qu’à l’occasion des élections législatives de 2012, la vente est devenue « obligatoire » et les « kits de campagne » sont surfacturés, à environ 16 000 euros. Médiapart ajoute que le véritable bénéficiaire de ce système « est l’entreprise de communication prestataire de Jeanne (…) Riwal », dirigée par Frédéric Chatillon, « souvent présenté dans les couloirs du FN comme « l’argentier officieux de Marine » », « c’est aujourd’hui l’un de ses associés, un certain Axel Loustau, qui occupe le poste clef de trésorier de Jeanne ».  En fait le FN se banalise sur tous les plans  y compris en matière de financement occulte. Presque tous les partis ont en effet des micros partis pour contourner la loi. Comme ailleurs, il y a des gens au FN qui en profitent pour se gaver.

Réchauffement climatique : la santé en danger

Réchauffement climatique : la santé en danger

 

 

C’est bine connu en France il n’ya pas eu de véritable hiver depuis une trentaine d’années. Pour preuve les stations de sport d’hiver de 1000 à 15000 m ne sont pratiquement plus skiable faute de neige. Quand il gèle ( sauf pour  certaines régions) , c’est seulement quelques jours . par ailleurs les étés sont de plus en plus secs et chaud. Une évolution de la température très néfaste à la santé largement due à la pollution.  Le Haut conseil de la santé publique, organe consultatif du ministère de la Santé, a mené une étude  depuis 2013 sur les impacts sanitaires liés au réchauffement du climat (dont les résultats sont diffusés par le Figaro). Les résultats, présentés lundi en conférence de presse par le professeur Jean-François Toussaint, sont alarmants: selon le rapport, c’est tout l’environnement sanitaire humain qui sera modifié par le changement climatique. Les premiers bouleversement sont déjà visibles et pourraient vite s’amplifier, estiment les experts. Le réchauffement climatique a tout d’abord un impact direct sur les populations vulnérables: les personnes âgées, les jeunes enfants et les individus en situation précaire. Selon le rapport, le nombre de morts augmente dès que la température moyenne dépasse les 25°C. Le réchauffement favoriserait aussi l’apparition de phénomènes extrêmes, en particulier des canicules, et ferait des ravages dans une population toujours plus vieillissante. Enfin le rayonnement solaire provoquerait aussi, par sa composante UV, l’apparition de cancers ou de mélanomes cutanés: ceux-ci ont augmenté de 45 % chez les hommes et de 19% chez les femmes entre 1990 et 2010. Les maladies infectieuses pourraient avoir des dynamiques inédites et atteindre de nouvelles régions. En effet, «les changements climatiques peuvent modifier et rendre imprévisibles les évolutions d’espèces microbiennes» et ainsi avoir «des effets directs et immédiats sur le paysage infectieux auquel est confrontée notre espèce», prévient l’étude. Le moustique vecteur de la dengue Aedes albopictus est par exemple présent dans le sud-est de la France depuis 2010. Si son implantation est le fruit de l’intensification des échanges internationaux et de l’usage massif d’antibactériens induisant des résistances accrues, le réchauffement climatique y a aussi contribué, estime le Haut conseil de la santé publique. Mais certains dangers sanitaires sont aussi imprévisibles. Le rapport recommande de ne pas «réduire les conséquences du changement climatique à des relations simples de cause à effet». En effet, le réchauffement augmente les risques d’incendie et de submersion/inondation des littoraux très concentrés en population, et selon le rapport, il faudrait «dès à présent envisager certaines relocalisations». Les effets sur la biodiversité pourraient se répercuter sur l’économie et la production agricole, posant de sérieux problèmes de nutrition. Si le Haut conseil de la santé publique recommande d’intégrer ces notions de complexité et de vision à long terme dans les réflexions politiques, il préconise surtout d’agir en amont afin d’éviter un tel scénario. Cela nécessite de réduire drastiquement les émissions de gaz carbonique, en renonçant totalement aux énergies fossiles d’ici 2100. Quand on lui demande quelles sont les chances que l’humanité suive ces directives, le président du Haut conseil de la santé publique Roger Salamon affirme, fataliste: «infimes, entre 3 et 5%».

Actualités, info, économie: articles les plus lus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croissance- climat des affaires : toujours morose

 

 

 

Actualités, infos: articles les plus lus

Taxis : manif lundi à Paris

Climat : un accord vraiment au minimum

UberPOP : covoiturage ou business ?

Sondage Merkel : le oui mais des Français 

Airbus 350: retard ou caprices du Qatar

Travail le dimanche : « triple erreur » (Hamon)

Parti socialiste : 500.000 pour quoi faire ?

Loi Macron : « Du bruit pour pas grand-chose » (Juppé)

Rachida Dati : « Non à une campagne avec les cantines halal ou la burqa»,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pollution Paris : 20 km/h en moins sur les routes

Pollution Paris : 20 km/h en moins sur les routes

Avec le retour de la pollution, on va réduire la vitesse de 20 km/h, pas sûr que cela soit de nature à limiter les particules. Cela pourrait au contraire être de nature à créer davantage de bouchons et donc à polluer davantage. La vitesse maximale autorisée sur les routes d’Ile-de-France, limitée à 90 km/h ou plus, sera donc abaissée de 20 km/h jeudi en raison des prévisions de forte pollution aux particules fines, a annoncé mercredi la préfecture de police. A cet égard la circulation alternée qui réduit vraiment le volume de circulation est sans doute plus adaptée. Un problème toutefois de nature sociale :  la contrainte que cela représente pour certains banlieusards. La solution  à long  terme c’est le développement des transports collectifs et de la voiture électrique. En attendant des mesures s’imposent c’est non seulement l’environnement qui est concerné mais aussi la santé. ( voir article).  « Le préfet de police a décidé, après consultation des collectivités locales (…), d’abaisser de manière contraignante de 20 km/h la vitesse maximale autorisée sur les routes franciliennes (dont la vitesse est supérieure ou égale à 90 km/h) », selon un communiqué. Mercredi, le taux de pollution était déjà très élevé sur la capitale française et le stationnement résidentiel gratuit.   Cette décision a été prise après une réunion avec un « collège d’experts (AirParif, Météo-France et Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie) en présence des représentants de la mairie de Paris, du conseil régional d’Ile-de-France et des conseils départementaux, afin d’examiner l’évolution de la situation en termes de pollution », a précisé la PP. Airparif, l’organisme qui surveille la qualité de l’air en région parisienne, a annoncé pour jeudi une deuxième journée de pollution plus élevée qu’habituellement. « La situation anticyclonique actuelle ne favorise pas la dispersion des agents polluants », relève la PP.

 

Pacte de responsabilités : des négociations insuffisantes (Macron)

Pacte de responsabilités : des négociations insuffisantes (Macron)

 

D’une certaine manière Macron reconnait que le pacte de responsabilité est un demi échec compte tenu de l’insuffisance du nombre de branches impliquées. Pourtant ce pacte et le CICE constitue la base de la politique économique du gouvernement.. « Nous ne sommes pas dans une économie planifiée. Notre choix, c’est de dire qu’on va faire 50 milliards d’économie par rapport au tendanciel et on va investir 40 milliards d’euros dans les marges des entreprises. Les partenaires sociaux s’étaient engagés à négocier branche par branche. Ce que nous constatons, c’est que ces négociations sont toujours insuffisantes », a-t-il critiqué.  L’intérêt principal étant notamment de moderniser le marché du travail actuel. « Il faut aller vers la flexisécurité », a plaidé le ministre de l’Économie. « Pour les chefs d’entreprise, il faut donner plus de visibilité, plus de capacité à s’adapter et surtout reconnaître qu’il y ait un droit à l’erreur économique », a-t-il détaillé en évoquant des plans sociaux avec plus de visibilité pour les grandes entreprises, accélérer et sécuriser les désaccords entre les deux parties, améliorer les négociations pour adapter l’organisation ou encore simplifier les choses pour donner plus de flexibilité.  Une flexibilité pour les entreprises qui va avec une forme de sécurité pour les employés. « Si on veut que notre économie soit plus adaptable, plus flexible avec en même temps un vrai niveau de sécurité, il faut bien former les salariés. C’est l’ambition d’une vraie réforme de l’ambition professionnelle et reconnaître l’existence d’un compte personnalisé », a défendu Emmanuel Macron. 

 

Plan investissement de Valls : de l’affichage

Plan investissement de Valls : de l’affichage

 

Evidemment les grands médias reprennent intégralement et souvent sans commentaire la déclaration de Valls sur son plan concernant les investissement :  2,5 milliards. En réalité il s’agit d’un plan sur 5 ans donc de 500 millions par an. On est très loin des 10 milliards qui seraient nécessaires pour une croissance supplémentaire de 1%.. En outre Valls hypothèque l’avenir car la gauche partira en 2017, conclusion c’est un plan de deux ans et non un plan de 5 ans. Pas tellement un plan économique mais politique pour faire plaisir à la gauche de la gauche, aux frondeurs et à Aubry. Bref pour faire « gôche ».   Manuel Valls a donc annoncé mercredi une aide exceptionnelle de 2,5 milliards d’euros pour pousser les entreprises à investir sans attendre, confirmant une intention exprimée dès le soir de la défaite de la majorité aux élections départementales. Les investissements industriels réalisés entre le 15 avril 2015 et le 15 avril 2016 pourront ainsi être amortis à hauteur de 140% de leur montant au lieu de leur prix réel. « C’est une forte amélioration de la rentabilité de tous les investissements concernés », a dit le Premier ministre, citant une économie d’impôt de plus de 13% du montant de l’investissement au taux normal de l’impôt sur les sociétés. Le coût estimé à 2,5 milliards d’euros est un total sur cinq ans, a-t-on précisé dans l’entourage du Premier ministre, dont moins de 500 millions cette année. Il est pris en compte dans la nouvelle trajectoire des finances publiques qui sera présentée dans les prochaines heures. « Il ne s’agit en aucun cas de financer des mesures nouvelles avec du déficit en plus », a précisé le ministre des Finances, Michel Sapin, lors de la même conférence de presse. Du côté patronal, le Medef a salué des « initiatives positives », tout en estimant que la meilleure façon de favoriser l’investissement était de rétablir les marges des entreprises. Pour la CGPME, cette « vraie bonne mesure » aura un impact « réel et tangible » sur leur capacité d’investissement. Même les détracteurs de la politique gouvernementale dans la majorité ont trouvé des vertus aux mesures annoncées par Manuel Valls, tout en les jugeant insuffisantes. Plusieurs clignotants sont repassés au vert en France mais l’investissement des entreprises, susceptible d’enrichir la reprise en emplois, reste atone. L’Insee prévoit qu’il stagnera au premier trimestre et augmentera de seulement 0,1% au second. Manuel Valls avait annoncé le 29 mars, au soir du second tour des départementales perdues par la gauche, qu’il avait « entendu le message » des électeurs et qu’il allait y répondre par des mesures en faveur de l’investissement et de l’emploi.

 

Marine Lepen: rupture avec Jean Marie Lepen

 

Marine Lepen: rupture avec  Jean Marie Lepen

Cette fois c’est vraimenet la rupture entre le père et la fille. Marine Lepen qui avait condamné les récents propos antisémites sur RTL  et qui a récidivé après les attaques de Jean marie Lepen sur la politique du FN. Dans le journal Rivarol , Jean Marie Lepen considérait que la France était gouvernée par des immigrés ( mettant dans le même sac Valls). Comme l’a indiqué Marine Lepen , son père est maintenant engagé dans la voie du suicide politique. Mais le surdimensionnement de l’égo du vieillard va vraisembalmenet l’amener vers d’autres outrances . D’uen certaine manière Jean marie Lepen est un homme d’opposition qui se complait dans cette posture. Lui le créateur du FN n’accepte pas facilement que sa propre fille réussisse là où il a échoué. Le FN , c’est son parti et il considère d’ailleurs sa fille comme une bourgeoise née avec uen cuillère d’argent dans la bouche, une héritière. La banalisation du FN ne lui plaît pas, c’est pourquoi il multiplie autant les saillies à l’humour noir , raciste e t approximatif, pour déstabiliser le FN de Marine.  Des propos d’un vieil homme aigri aussi. De ce point de vue,   l a vieillesse est parfois  un naufrage surtout quand la jeunesse était déjà un désastre . c’est le cas de Jean Marie Lepen  dont le révisionnisme touche au pathétique. Il ne regrette rien de ses déclarations sur les chambres à gaz et n’ hésite pas en plus à s’offusquer qu’on le soupçonne d’antisémitisme. , un comble !  Jean Marie Lepen ajoute le cynisme sénile à l’obsolescence intellectuelle. Il bafouille,  cherche ses mots, déblatère mais s’accroche désespérément pour tenter d’occuper la scène médiatique avec des saillies et des propos  de plus en plus douteux. Ce FN de Jean Marie Lepen n’est un parti républicain .. Tout autre adhérent que Jean  Marie Lepen aurait été exclu du parti après de telles déclarations. Pour ‘instant la sanction consiste à écarter de la probable présidence de la région PACA. Son maintien comme responsable national peut légitimement nourrir des doutes sur les orientations du FN, c’est une  épine dans le pied de Marine Lepen.

UMP : un nouveau nom « les républicains »

UMP : un nouveau nom «  les républicains »

 

Changement de flacon pour la droite qui ne finit pas de changer de nom, après l’UNR, le RPR, l’Union pour le Mouvement populaire, L’Union pour la majorité, l’UMP,  maintenant les républicains . Un changement de flacon qui ne change rien sinon la reprise en main par Sarkozy mais aussi qui traduit  un manque de clarté dans la politique de la droite. En réalité les courants de pensées ( que les futurs statuts vont d’ailleurs supprimer)  sont très divers voire opposés au sein de l’UMP. Il y a encore quelques gaullistes traditionnels, des sociaux démocrates, des libéraux, des étatistes. Des clivages assez sérieux existent par rapport à l’immigration, l’économie  ou encore l’Europe.  De toute évidence uen ligne reste à définir.  La commission chargée de l’élaboration des nouveaux statuts qui seront débattus le 14 avril prochain lors d’un bureau politique a travaillé autour de « trois axes, définis par M. Sarkozy pendant sa campagne pour la présidence de l’UMP : décentralisation, démocratisation, modernisation », a précisé Nathalie Kosciusko-Morizet. L’innovation la plus importante que la commission va proposer est l’élection du président de chaque fédération départementale au suffrage direct des militants – programmée en septembre 2015 -, jusqu’ici choisi par le comité départemental de l’UMP, ce qui obligera les candidats à ce poste à faire « la course aux adhésions », se félicite la numéro deux du parti. Nicolas Sarkozy a affirmé en décembre dernier qu’il voulait « doubler » les effectifs du parti, pour atteindre « 500.000 adhérents d’ici 2017″. Autre innovation encouragée par NKM: « la mise en œuvre régulière du vote militant » et « le développement des outils numériques » pour y parvenir (vote par internet, mise à disposition d’un code et d’un numéro de téléphone pour ceux qui n’ont ni smartphone ni ordinateur). D’ailleurs, « des militants tirés au sort » siégeront dans certaines commissions (commission des recours ou comité financier…). Les cotisations, pas encore fixées, ne seront pas les mêmes non plus. (Jusqu’ici, un militant UMP paie 30 euros par an).  de l’UMP. Les nouveaux statuts acteront également la suppression des cinq « mouvements » (ou courants) de l’UMP, dont la reconnaissance, fin 2012, avait constitué une première à droite, les courants existant depuis longtemps au PS.  Les nouveaux statuts feront aussi une place aux élus non parlementaires, conformément à ce que M. Sarkozy avaient promis aux maires UMP qui ne sont ni députés, ni sénateurs, en les recevant après les élections municipales. Leurs représentants pourraient faire leur entrée dans le Bureau politique, et occuper jusqu’à « un tiers » des postes de cette structure formant « le gouvernement » du parti et qui compte actuellement 61 membres (des anciens présidents de la République aux anciens ministres et parlementaires).

 

TV5 Monde piratée par les islamistes

TV5 Monde piratée par les islamistes

La ChaîneTV 5 Monde a été entièrement piratée par des islamistes qui ont en plus diffusé des messages contre la politique de Hollande  et menacer la France. Les sites et les antennes de TV5 Monde ont été hackés par l’Etat islamique, selon la directrice de la chaîne. Le site reste inaccessible ce jeudi et la chaîne reprend progressivement. Sur Facebook, des messages djihadistes ont été postés.  TV5 Monde victime de pirates informatiques islamistes. Ce mercredi, la chaîne francophone annonce sur Twitter que ses comptes, sites et antennes ont été « hackés par un groupe islamiste ». Les sites sont inaccessibles et la télévision ne peut plus diffuser ses programmes. Depuis 22h,  »nous ne sommes plus en état d’émettre aucune de nos chaînes. Nos sites et nos réseaux sociaux ne sont plus sous notre contrôle et ils affichent tous des revendications de l’Etat islamique« , a indiqué le directeur général de TV5Monde, Yves Bigot sur RTL.   » À l’heure où l’on parle, explique Yves Bigot, nous avons réussi à restaurer un signal unique sur l’ensemble de nos chaînes. Mais nous ne pouvons diffuser que des programmes préenregistrés, précise-t-il. Nous ne sommes pas encore en état de rétablir ni la diffusion ni la production de nos journaux mais nous avons repris le contrôle de nos comptes Facebook et Twitter» Comment cette cyberattaque très puissante a pu se produire ? Alors qu’on a des firewall extrêmement puissants et certifiés.   »Quand on travaille à la télévision et que l’on apprend que ses 11 chaines sont en écran noir c’est une des choses les plus violentes qui puissent vous arriver, confie le directeur général de TV5Monde. Quand on a découvert la teneur des messages qui apparaissaient sur l’ensemble de nos réseaux sociaux c’est ce qui nous a permis de comprendre ce qui se passait et évidemment de nous en inquiéter », affirme Yves Bigot qui confirme avoir été « dès hier soir, en contact avec les ministères de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires Étrangères ».
« Pour l’instant ce qu’on essaie de faire c’est d’analyser ce qui s’est passé, poursuit-il. Comment cette cyberattaque très puissante a pu se produire alors qu’on a des firewall extrêmement puissants et certifiés. Ça nous donnera éventuellement la provenance de cette attaque. On est mécaniquement tenu à porter plainte pour éventuellement travailler avec des assurances, a expliqué Yves Bigot. Même en réussissant à rétablir dans la matinée nos diffusions, les dégradations infligées à l’ensemble de notre système de production et de diffusion sont importantes. »

 

 

Vivarte : 1600 licenciements mais 3 millions d’indemnités pour le patron

Vivarte : 1600 licenciements mais 3 millions d’indemnités pour le patron

 

Un petit chèque de  3millions d’euros pour l’ ex patron de Vivarte qui vient pourtant d’annoncer 1+600 suppressions de postes. Sans doute pour le récompenser sa mauvaise gestion !  On se  demande si les patrons sont vraiment conscients des dégâts qu’ils causent à leur propre image. Retraites chapeaux, indemnités, salaires, stock-options autant d’éléments qui discréditent le patronat des grandes entreprises. Pas étonnant que les français aient tellement de mal à adhérer à la rationalité de la culture économique. Ces avantages patronaux sont complètement irrationnels. De telles pratiques portent un grave préjudice à l’ensemble des patrons y compris des PME qui le plus souvent ne peuvent se payer de tels gâchis financiers. Mais dans les grands groupes il d’usage de se servir d’abord avant même de servir l’intérêt de l’entreprise et bien sûr celui des salariés. Selon le journal Le Parisien-Aujourd’hui en France, qui révèle le chiffre, l’ex-PDG ne sera resté que deux ans en poste avant de partir, en « désaccord sur la conduite future du groupe ». Selon le détail de l’accord, Marc Lelandais a touché un « bonus pour restructuration » d’un million d’euros, auquel s’ajoute une indemnité de sortie d’un autre million, et un dernier million pour solde de tout compte. Un très gros parachute doré qui fait un peu grincer des dents chez les 17.000 salariés du groupe (La Halle, André, Kookaï), sonnés par l’annonce de 1.600 suppressions de postes. 174 des 620 magasins de La Halle aux vêtements vont fermer, et peut-être 23 de plus ; 37 magasins André également.

 

1...1011121314...17



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol